> > Les trois princes de Serendip

Les trois princes de Serendip


Notez cet article

On entend de plus en plus parler de "sérendipité" dans le monde des moteurs de recherche, et je crois qu'Exalead, par la voix de François Bourdoncle, a été l'un des premiers à promouvoir et populariser ce terme. Mais savez-vous d'où il vient ?

En fait, il est tiré d'un conte persan publié en 1557 par l'imprimeur vénitien Michele Tramezzino et intitulé "Les Trois Princes de Serendip" (Serendip étant un mot du perse ancien pour "Sri-Lanka"). Il raconte l'histoire de trois hommes partis en mission, qui sur leur chemin ne cessent de trouver des indices en apparence sans rapport avec leur objectif, mais en réalité nécessaires.

Par exemple, dans l'histoire du chameau, les trois princes utilisent les traces laissées par l'animal (qu'il n'ont jamais vu) pour le décrire avec précision (boiteux, borgne, ayant une dent en moins, transportant une femme enceinte, chargé de miel d'un côté et de beurre de l'autre). Cependant, ce n'est pas le résultat de ce raisonnement déductif que l'on désigne par sérendipité (notion créée en 1754 par Horace Walpole, soit la découverte de quelque chose que l'on ne cherchait pas). Leur intelligence et leur sagacité leur vaut d'être sur le point d'être exécutés par Vahram Gur sous l'accusation d'avoir volé le chameau. Soudainement et sans que personne ne soit venu le chercher, un voyageur fait irruption pour déclarer qu'il a vu le chameau en question errer dans le désert. Vahram gracie alors les trois princes , les comble de somptueux présents et les nomme conseillers. Ce sont ces récompenses non recherchées (donc "serendipiteuses") qui sont le resultat final de leur sagacité.

La morale de cette histoire est que chaque être humain doit trouver par lui-même ce qu'il recherche le plus dans sa vie. Mais, pour cela, il faut avant tout regarder, analyser, comprendre, explorer et aller là où son coeur et parfois le "hasard" le mène... D'où la notion de sérendipité qui caractérise une démarche qui consiste à trouver quelque chose d'intéressant de façon imprévue, en cherchant autre chose, voire rien de particulier...

Aussi, lors de votre prochaine pause-café, si on vous demande ce que vous avez fait ce matin, ne répondez plus "j'ai glandé au hasard sur le Web", dites plutôt "j'ai navigué par sérendipité sur la Toile", c'est quand même vachement plus hype... 🙂

Plus d'infos au sujet de ce conte sur Wikipedia dont certaines parties de ce post sont extraites.

Commentaires : 6
  1. Enki-A 13 septembre 2007 at 14 h 41 min

    Pour être plus précis, Serendip ne signifie pas "Sri Lanka" mais est l'ancien nom de l'île. C'est la transposition en perse du mot arabe Serendib, qui signifie "la magnifique", et qui est donc le nom que les explorateurs arabes (dont Ibn Battuta) donnèrent à l'île.

  2. TOMHTML 13 septembre 2007 at 21 h 42 min

    Mais savez-vous d'où il vient ?
    > Oui, depuis peu 🙂

  3. Abondance 14 septembre 2007 at 6 h 51 min

    Jean et moi devons être des fans d'Exalead 🙂
    a+

  4. Christophe 14 septembre 2007 at 9 h 32 min

    Ce terme est également assez répandu dans le domaine de la veille car chercher sur un sujet nous fais découvrir d'autres choses ... Pour réagir sur la fin du message, je ne dis pas "j'ai navigué par sérendipité sur la Toile" mais plutôt "j'ai fais preuve de curiosité sur la toile" . Quel beau défaut pour tous les veilleurs ;-)))

  5. Paul Bending 14 septembre 2007 at 10 h 38 min

    Bonjour,

    Le mot français "serenpidité" vient de l'anglais "serendipity". Mot créé par Horace Walpole dans une lettre envoyée le 28 janvier 1754 à Horace Mann, émissaire du roi George II à Florence. Walpole faisait référence à un conte persan nommé "les Trois Princes de Serendip" publié en 1557 par le Vénitien Michele Tramezzino. Serendip est le nom de Ceylan (ou Sri Lanka) en vieux persan). "D'ailleurs je dois te raconter une découverte pénible. [...] Cette découverte est presque du type de ce que j'appelle sérendipité, un mot qui dit beaucoup, que j'essaierai de t'expliquer parce que je n'ai rien de mieux à te dire ; tu le comprendras mieux par l'étymologie que par la définition. Une fois je lisais un conte stupide appelé "Les trois Princes de Serendip". Quand les trois dignitaires voyageaient, ils faisaient toujours des découvertes, par accidents et sagacité, des choses qu'ils ne cherchaient pas ; par exemple l'un d'entre eux découvrit qu'un âne borgne était passé par la même route parce que l'herbe avait été broutée seulement du côté gauche où l'herbe était pourtant la moins bonne. Comprends-tu sérendipité maintenant ? "

    Nous avons defini ce mot sur notre site depuis plus de deux ans :
    http://www.cristobal-colon.net/doc/glossaire_s_z.htm
    De la façon suivante :
    " Situation d'un chercheur qui trouve tout autre chose que ce qu'il cherchait. C'est bien le cas de Colomb qui en voulant atteindre l'Inde ou le Chine, en voyageant vers l'Ouest, a découvert un continent inconnu situé entre l'Europe et l'Asie. De nombreux chercheurs sont dans ce cas. Le plus célèbre est celui de Flemming qui a découvert la pénicilline par hasard. Je définirais le mot en écrivant : "Capacité de trouver quelque chose d'utile lorsqu'on ne le cherche pas".

    Cordialement :
    Paul Bending
    http://www.cristobal-colon.net/aCh00.htm

  6. kotkot 17 septembre 2007 at 7 h 00 min

    Olivier Ertzscheid s'en explique dès 2003 dans cet article écrit avec Gabriel Gallezot :
    http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/06/89/sic_00000689_02/sic_00000689.html

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site