> > Mais à quoi peut bien servir le PageRank ?

Mais à quoi peut bien servir le PageRank ?


Notez cet article

Un titre un rien provocateur pour une question pourtant essentielle selon moi : pourquoi Google affiche-t-il le PageRank (ou PR) d'une page web dans sa barre d'outils ? Je voudrais essayer de lister ici les avantages et les inconvénients de cet indicateur, que Google est le seul moteur de recherche à fournir dans sa barre d'outils. Pourquoi le fait-il ? Voici quelques tentatives d'explication...

PageRank Google

Explication numéro 1 : le PageRank permet d'avoir une idée de la "popularité" d'une page (nous ne reviendrons pas ici sur le mode de calcul du PR, basé sur l'analyse quantitative et qualitative des liens entrants sur un document web). Une bonne façon, donc, de mesurer un certain taux de pertinence dont on pourra créditer le document que l'on a sous les yeux. OUI, certes, mais :
- La valeur du PR affichée dans la Googlebar n'est mise à jour que tous les 3 mois environ et ne représente donc que très approximativement (voire très peu) cette notion de popularité. Elle n'a en tout cas qu'un rapport souvent très lointain avec la popularité de ce document au moment où on le lit. Or, c'est bien cette donnée que l'on aimerait avoir pour le juger. De plus, un document récent aura un PR nul pendant de longues semaines, ce qui exclut toute tentative d'obtenir une notion de popularité sur un sujet d'actualité, ce qui limite, là encore, la portée de de cet indicateur.
- Connaissez-vous beaucoup d'internautes qui regardent la valeur de cette barre pour apporter une crédibilité plus ou moins grande à l'information qu'ils sont en train de lire ? Personnellement, je n'en connais aucun(e)... Moi-même, qui suis pourtant un gros utilisateur du Web, ne le regarde jamais, en tout cas avec cette finalité. Et vous ?

Explication numéro 2 : le PageRank est un outil de communication pour Google. Le moteur de recherche leader a, depuis sa création, basé une partie de sa communication et de sa promotion sur la notion de PageRank, qui a fait sa réputation et qui a effectivement écrasé la concurrence, qui - à cette époque - ne prenait pas en compte ce facteur au début des années 2000. Le fait de montrer la "petite barre verte" indique clairement que le PageRank est une notion "réelle", que ce n'est pas un concept fuligineux sorti d'on ne sait quel cerveau de chercheur génial. "Mais oui, le PR c'est simple, regardez, vous le voyez ici", pourrait dire le service "com" de Google en montrant la barre d'outils. Sur ce plan-là, aucun souci, le travail est bien fait. L'outil de communication marche bien. Mais l'intérêt pour l'internaute est plutôt limité...

Explication numéro 3 : le PageRank permet à certains de vendre des liens au prorata du PR de leurs pages ou d'obtenir des échanges de liens entre page à popularité équivalente. Pratique de liens payants clairement dénoncée par Google, qui, pourtant, incite clairement à cette pratique en affichant le PR... Cercle vicieux duquel Google a quelque peu du mal à s'extraire... Car, dans ce cas, il fournit clairement le bâton pour se faire battre. Comment peut-on, d'un côté, dénoncer la pratique de liens payants voire celle des échanges de liens dans le seul but d'augmenter sa popularité, donc de détourner l'algorithme du moteur, et de l'autre proposer un indicateur qui facilite ces pratiques ? Ce n'est pas logique...

Explication numéro 4 : le PageRank permet de connaître la "qualité du référencement d'une page web". On entend parfois cela... Ce qui est clairement faux. Il faut bien expliquer que le PR n'est en rien une représentation du référencement d'une page web, qui dépend de plusieurs dizaines de critères. Le PR n'en est qu'un seul, qui est à des années-lumières d'être suffisant pour obtenir une visibilité sur les moteurs de recherche. Rappelons également qu'il y a fort peu de chances pour que le PR affiché par Google, sous la forme d'une note entre 0 et 10, corresponde d'une quelconque façon avec celui réellement utilisé par le moteur dans son algorithme de pertinence (qui est certainement défini sous la forme d'une note bien plus complexe et d'ailleurs, mise à jour bien plus souvent).

Pour le moment, j'ai beau me gratter la tête, je ne vois pas d'autre explication plausible à la présence du PageRank dans la barre d'outils de Google. Et aucune d'elle ne me convient ni ne me convainc. A quoi cet indicateur peut-il bien servir ? Si certains d'entre vous ont d'autres idées, je serais heureux de les lire en commentaire de ce billet.

Toujours est-il que pour moi, la présence de cette donnée dans la Googlebar reste un mystère. Si ce PR génère tant de problèmes que ce que Google veut bien le dire, pourquoi celui-ci le laisse-t-il visible, et qui plus est avec une fréquence de mise à jour qui le rend quasi inutilisable en termes de jugement de popularité d'une page affichée dans son navigateur (ce qui semble pourtant sa seul utilité "réelle" pour l'internaute lambda) ? Ne serait-il pas plus logique que, si elle est affichée, cette donnée soit exacte et donc, par exemple, mise à jour chaque semaine ?

Pour l'instant, Google ne semble jamais avoir communiqué à ce sujet. Peut-être sera-ce le cas bientôt. En tout cas, il serait intéressant d'avoir votre avis sur la question...

Commentaires : 16
  1. Anonymous 11 février 2008 at 14 h 30 min

    Tout ce que je vais écrire là, c'ezt entant que néophyte, à prendre avec des pincettes, donc.
    Peut être que c'est un résidu : a une époque, ce PageRank correspondait mieux à une sorte d'indice de référencement. Il était surtout destiné au référeuceur (professionnels ou amateurs), qui installaient la barre d'outils Google pour ça. ça a permis à Google de distribuer un peu sa barre d'outils. Maintenant, la société n'ose peut être pas enlever ce petit truc, par peur d'être accusé d'obscurantisme, de fermeture. Google se veut un peu le symbole de l'ouverture (don't be evil, qu'ils disent). Ils ont peut être juste peur des réactions s'ils font sauter ce truc.

  2. MagicYoyo 11 février 2008 at 15 h 10 min

    Déjà, je pense qu'il ne faut pas assimiler PageRank affiché et PageRank réel.
    Le PageRank affiché n'est qu'un indicateur simplifié du premier, utilisé dans l'algo de positionnement.

    Ensuite, le PR est un indicateur quantitatif censé estimer une élément qualitatif (la notoriété).

    Enfin, le PR affiché pourrait avoir une utilité très très grande pour Google (non décrite ici). Ce pourrait être un bête outil de tracking du parcours de l'internaute.
    J'ai détaillé ici : http://www.inferences.fr/index.php/2007/09/26/11-pourquoi-google-affiche-le-pagerank

  3. Abondance 11 février 2008 at 15 h 24 min

    > Déjà, je pense qu'il ne faut pas assimiler PageRank affiché et PageRank réel.

    Oui, tout à fait. C'est dit dans l'article.

    > Ce pourrait être un bête outil de tracking du parcours de l'internaute.

    Euh, oui, mais la barre d'outils en elle-même est déjà un très bonoutil de tracking. Je ne suis pas sur que l'affichage du PR dans la Googlebar apporte un "plus" dans ce domaine. Google a, de toutes façons, la navigation de l'internaute sur un site web à sa disposition via la barre d'outils, que le PR soit affiché ou non. Non ?

    Cordialement
    Olivier

  4. Nico 11 février 2008 at 15 h 37 min

    Explication n°5 : Google exploite cet indice via la ToolBar pour auditer le traffic des pages web et donc leur potentielle popularité/pertinence.

  5. Abondance 11 février 2008 at 15 h 43 min

    > Google exploite cet indice via la ToolBar pour auditer le traffic des pages web et donc leur potentielle popularité/pertinence

    Oui mais, là encore, Google a-t-il besoin d'afficher le PR dans la Toolbar pour cela ? Je ne pense pas. Il peut tracer de nombreuse schoses sans afficher le PR, à mon avis... ceci dit, oui, bien sûr, la Googlebar est un fabuleux outil pour auditer le tarfic des sites et la navigation des inetrnautes. Mais avec ou sans PR...

  6. Julien 11 février 2008 at 16 h 07 min

    Explication N°6: Google laisse la barre verte pour motiver ces idiots de webmasters/référenceurs à garder ce sacré bon espion de google toolbar (puisque cette barre d'outil est parfaitement inutile sinon).

    Ahlàlà, la révélation m'apparaît soudain, c'est tellement clair, je ne comprends même pas pourquoi je n'y avais jamais pensé avant.

  7. ThomasF 11 février 2008 at 17 h 17 min

    plutôt d'accord avec "anonyme" et "julien". A mon avis, il s'agit là d'un résidu d'algorithme qui est devenu prépondérant en terme de communication et qui ne peut encore (mais pour combien de temps) être remis en question (et ceci, même si tout le monde connaît sa vraie valeur)...

  8. Jacques 11 février 2008 at 20 h 11 min

    Non Olivier, par défaut la toolbar ne permet pas à Google de connaître les URL visitées par l'utilisateur, il faut que ce dernier active les fonctions avancées (dont le PR), ceci est un point important dans la politique de confidentialité de Google.

  9. Abondance 12 février 2008 at 8 h 46 min

    > Non Olivier, par défaut la toolbar ne permet pas à Google de connaître les URL visitées par l'utilisateur, il faut que ce dernier active les fonctions avancées (dont le PR)

    Tout à fait d'accord avec ça, aucun probleme. Mais les fonctions avancées de la Googlebar, ce n'est pas QUE le PR, c'est ça que je veux dire... Est-ce que l'affichage du PR est une condition suffisante pour la prise en compte de ces fonctions avancées par l'utilisateur lors de l'utilisation de la barre d'outils ? La question reste posée, selon moi...

  10. Anonymous 13 février 2008 at 14 h 53 min

    Bonjour,

    Encore une fois, je suis déçu par votre commentaire.
    Le page rank .... une notion qui date de 2002 ? antérieur ?

    Le référencement ne risque pas d'évoluer si tout les commentaires sont centrés sur google et son page rank ... Vous ne faites que suivre, rien d'innovant.

    Moi je pensais que le niveau allait s'élever qu'on parlerais d'ontologie, de semantique.
    Le discours est toujours le meme et c'est bien triste.
    Aller chercher de ce coté c'est un peu plus vivant que le page rank :
    http://www.slideshare.net/novaspivack/nova-spivack-semantic-web-talk-176214/

  11. Abondance 13 février 2008 at 15 h 20 min

    Bjr
    Une fois encore, je suis déçu par votre commentaire, cher anonyme... Mais pourquoi donc lisez-vous ce blog si, à chaque fois, vous êtes déçu ???
    Malheureusement, c'est dommage qu'on ne puisse pas compter sur vos lumières pour élever le niveau si bas de ce billet... A charge de revanche ? Allez, un bon geste, parlez-nous d'ontologie, de sémantique, de tous ces concepts passionnants, nous n'attendons que cela : une discussion constructive et pas des commentaires gratuitement négatifs!!!
    Cordialement
    Olivier

  12. Martin 14 février 2008 at 8 h 43 min

    Bonjour,
    J'aimerais savoir si vous êtes d'accord avec moi, mais deux sites possédant les mêmes contenus et mêmes éléments d'optimisations (densité de mots clés, url, meta, nombre de page, etc.) seront classés dans Google selon leur PR (qui indique la qualité du netlinking) ? Donc le site qui a 5/10 de PR sera plus souvent devant que les sites aux PR inférieurs ?

  13. jean-pierre 15 février 2008 at 5 h 19 min

    Pour les blogs ou les sites d'expression locale, ces éléments nous défavorisent, car ils sont disproportionnés avec notre objet. Un site peut être très lu, un blog peut être très influent, à l'échelle d'une ville ou d'une petite région, mais ça échappe à PageRank. La pertinence, l'efficacité, ne sont pas vus par PageRank pour qui seul "big is beautiful". Et pourtant nous sommes nombreux et nous existons, souvent même avec talent.
    http://www.gilblog.fr

  14. Anonymous 21 février 2008 at 19 h 02 min

    Bon, elle ne sert apparemment à rien. Elle ne veut rien dire et en plus elle n'est jamais à jour... tout le monde semble d'accord. Simplement, remarquez que nous en parlons tous.
    Ca fait partie de l'alchimie. Ca évoque le laboratoire du savant Cosinus, c'est le camélia de Marguerite Gautier, c'est l'étoile de la calandre des Mercédes.
    C'est le Graal de Google - un mythe d'autant plus pur qu'il n'y a pas de véritable itinéraire à suivre pour l'atteindre. Une sorte se sceau divin qui marque le front (page) d'honneur ou de honte, et sans que le commun des mortels n'aie vraiment la possibilité de savoir ce qui lui vaut cet excès d'honneur ou cette indignité.
    J'appellerais ça du marketing mystique. Mais ça marche...

  15. pierre 28 février 2008 at 15 h 43 min

    Le pagerank existe mais son importance tend à diminuer au cours du temps..seul google connait reellement son utilite..

  16. Aisne Economie 3 novembre 2008 at 16 h 46 min

    A mon avis, le PR d'un site se divise en unités de sens.

    Dans la pratique il vaut mieux avoir des unités de sens cohérentes (avec les mots clés qui se complètent).

    Un PR 5 peut vouloir dire 2+3 ou 1+1+1+1+1 et, dans ce second cas on est présent partout mais rarement premier.

    Avoir 100% de ses liens entrants sur un seul mot clé est un objectif réalisable pour un site qui démarre. Dès que l'on va commencer à être un peu plus populaire le PR va commencer à se diviser...

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site