> > Eric Schmidt déraille à nouveau sur les données privées

Eric Schmidt déraille à nouveau sur les données privées


Notez cet article

Eric Schmidt, le CEO de Google, continue ses sorties médiatiques "limites" au sujet de laprotection de la vie privée en indiquant que, selon lui, les adolescents arrivant à l'âge de la majorité pourront bientôt demander à changer de nom pour effacer un passé numérique trop chargé sur les réseaux informatique. A quoi toutes ces déclarations riment-elles ?...

Eric Schmidt, le CEO de Google, a de nouveau effectué une sortie médiatique très "limite" hier au sujet de la gestion des données privées. Coutumier du fait depuis plusieurs semaines, il a cette fois indiqué que les jeunes allaient pouvoir à l'avenir changer leur identité et leur nom lorsqu'ils seront majeurs. Ceci pour "masquer" leur passé numérique disponible et stocké un peu partout sur Facebook, Google, etc. Du passé faisons table rase en faisant fi du "droit à l'oubli", en quelque sorte…

Eric Schmidt avait commencé, il y a quelques mois, ses saillies médiatiques en indiquant que la notion de vie privée n'était importante que pour ceux qui avaient quelque chose à se reprocher. La phrase " Si vous ne souhaitez pas qu'on le sache, mieux vaut encore ne pas le faire" avait fait couler beaucoup d'encre à l'époque… La semaine dernière, il a prédit la fin de l'anonymat sur l'Internet.

Ses "petites phrases" autour du sujet de la gestion des données privées des utilisateurs d'Internet sont actuellement tellement fréquentes et outrancières qu'on peut se poser la question de leur utilité, qui n'est certainement pas dénuée de toute intention. Eric Schmidt, qui est loin d'être un naïf ou un doux rêveur, énonce-t-il des "énormités" pour "faire passer" des concepts plus "light" dans la foulée ? Veut-il se faire autant détester que Microsoft (et sur ce point, Google en prend clairement le chemin) ? Quelle est vraiment sa volonté, et celle de son entreprise, derrière tout cela ?

Eric Schmidt
Source de l'image : Saida Online

Plus d'infos :
- http://www.google.com/

Source(s) :
- Google and the Search for the Future (Washington Post)

Articles connexes sur ce site :
- Le PDG de Google prédit la mort de l'anonymat sur Internet (9 août 2010)
- Eric Schmidt, CEO de Google, quitte finalement le conseil d'administration d'Apple (4 août 2009)
- Microsoft ne veux plus de Yahoo!, Eric Schmidt ne veut pas de poste avec Barack Obama (12 novembre 2008)
- Firefox trouve que Bing est plus respectueux des données privées que Google (15 décembre 2009)
- Schmidt, Page, Brin : P..... 20 ans... (5 février 2008)

Toutes les pages du réseau Abondance pour la requête Eric Schmidt...

Toutes les pages du Web pour la requête Eric Schmidt...

Commentaires : 5
  1. Anonymous 18 août 2010 at 11 h 29 min

    Volonté de quelque chose, je ne vois pas les aboutissants, par contre si c'est pour se faire détester, il y arrive très bien emmenant avec lui Google dans son sillage.
    Il veut peut être se faire virer pour toucher son parachute ou bien il est en train de tomber dans la dictature...ou alors encore il pête un cable et espère faire changer la mentalité des gens au sujet de la protection de leur vie privée.
    Bienvenue chez Google, si tu viens à la maison ce sera à poil et on te piquera tes papier, tes photos, ta vie intime, même si t'es pas d'accord on le fera quand même!

  2. Anonymous 18 août 2010 at 22 h 30 min

    Pourquoi ces commentaires outres? Ce n'est pas Eric Schmidt qui deraille, ce sont ceux qui exposent leur vie privee dans facebook et autres medias sociaux... aux yeux du monde. Sont-ils naifs au point de croire que tout cela va rester prive et sans contre partie?
    Ma vie intime n'est pas sur le web... car elle est... intime!
    Ce sont les exhibisionistes qui crient au respect de la vie privee? Voyons, soyez serieux une minute...

  3. Anonymous 19 août 2010 at 22 h 25 min

    Tout à fait d'accord avec l'anonyme précédent. "Pour vivre heureux, vivons cachés" (La Fontaine), et si l'on veut montrer ses fesses en public, il n'y a aucune raison pour venir se plaindre après que des paparazzi vous ont photographié à poil (Lady Di).

    A part ça, la confidentialité des données est un des thèmes qui me fait presque autant rire que le réchauffement planétaire.

    Ces données, censées être revendues à des boîtes utilisant des techniques marketing sophistiquées à l'extrême n'ont de valeur que limitée dans le temps: les gens vieillissent et changent forcément de comportement, et les modes vieillissent encore plus vite que les gens.

    N'allez pas chercher non plus Big Brother derrière tout ça: il serait largement incapable, et pour au moins une quinzaine d'années, d'interprêter les données personnelles d'un individu quand la collecte des informations porte sur des dizaines voire centaines de millions, d'autant plus que cela n'aurait aucun intérêt pour lui. A moins que vous n'ayez la stupidité de communiquer sur le thême "comment fabriquer une bombe atomique chez soi et détruire Paris" en utilisant Facebook ou Twitter. Mais franchement, vous passeriez pour un charlot aux yeux d'un service de renseignement. Les RG vous classeraient au mieux sous la rubrique: "à mettre sous Prozac avent qu'il n'emmerde ses voisins".

    Tout bénef pour les voisins.

  4. Michel Besson 19 août 2010 at 22 h 51 min

    Dans le fond, je n'aime pas l'anonymat. Mais je ne sais pas ce qu'est un "compte Google", alors que j'en suis client, et je viens de découvrir la possibilité de laisser mon nom sans passer par un processus inextricable de mots de passe et de codes d'accès.

    Pour info, je suis l'auteur du billet précédent - "La Fontaine et Lady Di".

  5. Sprinteur 20 août 2010 at 9 h 35 min

    La technique d'Eric Schmidt qui n'est ni un imbécile ni un fada est de faire parler de lui et de son entreprise.

    Les politiques le savent bien, l'important n'est pas ce qu'on dit mais qu'on parle de vous.

    Cet article est un hommage au succès de la manoeuvre: une photo, un billet et une entrée de flux RSS bien achalandé pour quelques mots qui ne coûtent rien. Il aurait fallu combien de mois de développement et combien de programmeurs pour en obtenir autant sur un site pourtant largement consacré à Google?

    C'est de l'ingénierie sociale aussi, comme l'explication du problème aux mômes qui racontent sur le web ce qu'ils n'osent pas dire à leurs parents sous prétexte que c'est sous pseudo.

    C'est aussi une stratégie d'occupation de l'espace: encore un titre que Bing n'aura pas, on défend sa part de marché comme on peut.

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site