> > Faut-il croire en Bing comme challenger de Google ?

Faut-il croire en Bing comme challenger de Google ?


Notez cet article

On le sait, l'année 2011 verra l'avènement de la "vraie" technologie Bing en Europe de façon générale et en France plus précisément.

D'ici quelques mois, on verra donc deux événements importants se passer dans le petit monde des moteurs de recherche francophones :

- La version française de Bing abandonnera l'ancienne technologie qui tournait sous l'appellation "Live", il y a quelques mois de cela, pour adopter celle qui est déjà disponible actuellement aux Etats-Unis et au Canada. En gros, on va passer d'un clone un peu raté (il faut bien le dire...) de Google au "vrai" moteur tel que les équipes de Microsoft l'ont repensé l'année dernière.

- La version française de Yahoo! va également adopter cette nouvelle technologie de Bing.

En face de Google, on aura donc deux portails/moteurs équipés de la même technologie et dont on va pouvoir additionner les parts de marché pour suivre la concurrence avec le leader actuel.

Les statistiques parlent

Si on prend, donc, les chiffres de décembre 2010 en France, on obtient les parts de trafic suivantes :

Parts de marché (France) - Décembre 2010 :
- 91,5% pour Google
- 4,5% pour le couple Bing+Yahoo!
(Source AtInternet)

Il semble donc évident que, si les choses en restent là, il sera très compliqué pour Microsoft de marcher sur les plates-bandes de Google. Si rien ne se passe de spécifique, le leader actuel peut dormir sur ses deux oreilles...

Pour extrapoler cette situation, il peut être intéressant de voir ce qu'il se passe aux Etats-Unis, un pays où Bing "dernière version" est intégré et disponible (sur les différents portails et sites : Bing et Yahoo!, bien sûr, mais aussi Facebook et MSN par exemple) depuis bien plus longtemps. Voici les chiffres de décembre 2010 :

Parts de marché (Etats-Unis) - Décembre 2010 :
- 66,6% pour Google
- 28% pour le couple Bing+Yahoo!
(Source Comscore)

Une progression de Bing aux Etats-Unis ?

Effectivement, ce n'est pas pareil... On peut donc imaginer que l'avènement de Bing, accompagné par une presse plutôt élogieuse par rapport à ce nouveau challenger, a fait fortement progresser cette technologie aux Etats-Unis. Pour en avoir le coeur net, regardons les chiffres d'il y a un an (décembre 2009). Logiquement, ils devraient être bien plus favorables à Google (et moins à Bing). Les voici :

Parts de marché (Etats-Unis) - Décembre 2009 :
- 65,7% pour Google
- 28% pour le couple Bing+Yahoo!
(Source Comscore)

Les chiffres sont assez étonnants. En fait, depuis un an, c'est le statu quo aux Etats-Unis... Et si les chiffres de Bing ont augmenté, ceux de Yahoo! se sont réduits à peu près dans les mêmes proportions... La situation est même légèrement plus favorable pour Google depuis un an.

Pourtant, on vient d'apprendre que Bing a augmenté ses parts de marché de 21% en janvier 2011 par rapport à décembre 2010 (selon Hitwise cette fois). Alors, où est le bug ?? Il vient certainement de l'interprétation que l'on a des chiffres et des statistiques... Bing progresse, certes, de 21% sur un mois, mais pour passer de 10,6% à 12,81% de parts de trafic, ce qui n'est finalement pas si énorme que cela (même s'il s'agit d'une progression non négligeable sur un seul mois, mais on est encore très loin des chiffres de Google) :

Finalement, ce sont les chiffres en déclin de Yahoo! (-4%) qui "plombent" la moyenne de tous les sites web équipés de la technologie Bing (+6% seulement en janvier).

Bref, les chiffres sont cruels pour Microsoft : en un an, malgré une monumentale somme d'efforts et des millions de dollars dépensés en promotion et partenariats divers, les parts de marché de sa technologie n'ont pas vraiment bougé (si on tient compte du duo Yahoo!-Bing) aux Etats-Unis. Et pourtant, ce pays est, historiquement, plus porté à utiliser les sites de Yahoo! et de Microsoft que l'Europe...

Une extrapolation pour l'Europe ?

Alors, est-il possible d'extrapoler ces chiffres pour l'Europe ? Si oui, on pourra dire qu'au mieux, la situation en 2012 sera la même qu'en 2011, c'est-à-dire une hégémonie large et complète de Google dans nos contrées... Et rien ne changera. En gros, Bing sera un flop...

Si non... La situation peut bien sûr bouger. Mais quel événement peut provoquer ce coup de tonnerre ?

- Une communication parfaite et excellente de Microsoft sur son "nouveau" moteur en Europe (possible).
- Un raz-le-bol des internautes européens de Google pour diverses raisons (gestion des données privées, mise en avant trop forte de ses services dans ses résultats, etc.).
- Bien meilleure qualité du moteur Bing (quoi que, si c'était vrai, on s'en serait déjà rendu compte aux Etats-Unis...).
- Une meileure gestion par Microsoft de son inestimable prise de participation et proximité avec Facebook ?
- Autre(s) possibilité(s) ?

Seul Facebook...

Bien sûr, il est toujours souhaitable qu'une concurrence s'installe, quel que soit le domaine économique, et tout le monde a à y gagner (sauf les référenceurs qui se rendront peut-être compte qu'optimiser un site web pour deux moteurs fonctionnant différemment peut rapidement s'avérer un casse-tête bien complexe...). Mais Bing peut-il être ce challenger ? Personnellement, j'en doute (quoi que je n'ai rien contre ce moteur...). Et les chiffres américains me confortent dans mon opinon... Alors, qui ??? Apple semble ne pas vouloir aller sur ce marché (dommage...), Blekko est sympa mais ne semble pas de taille à lutter. Seul Facebook semble être un challenger valable pour "contrer" Google à l'avenir. Mais comment ? En se liant à Microsoft, déjà très proche ? En inventant une nouvelle manière de chercher l'information sur le Web ? Difficile à dire mais il s'agit là, selon moi, de la seule piste plausible dans les prochains mois...

Commentaires : 4
  1. Vacances.com (Sylvain) 11 février 2011 at 4 h 42 min

    Je ne crois pas à l'avènement (rapide), en France, de Bing comme challenger de GG. Pas sur le seul changement de technologie.
    J'aimerai croire en celui de Blekko qui apporte vraiment un vent nouveau. Mais j'ai également du mal à croire que l'immense majorité des gens va (à court terme) passer du temps ne serait-ce qu'à comprendre le principe et le fonctionnement des slashtags. Alors de là à se les accaparer...
    Un moteur de recherche n'est qu'un point de passage sur lequel les gens ne souhaitent / doivent passer qu'un minimum de temps. GG a réussi à être - avec tous ses produits - omniprésent tout au long de la navigation d'un internaute, même lorsqu'il n'utilise pas le moteur. Je pense qu'on va attendre encore un moment avant qu'un concurrent soigne sa présence de cette façon. Et, je le répète, je ne suis pas convaincu qu'un simple changement de technologie y parvienne.
    À suivre...

  2. Frédéric ECM 11 février 2011 at 8 h 05 min

    Au vu des statistiques en Europe et en France, cela semble difficile.
    Depuis le temps que le marché attend un vrai challenger pour contrer Google.
    Google est omniprésent dans la publicité en ligne et bien au delà de la recherche.

  3. Anonymous 11 février 2011 at 12 h 57 min

    Y a t il vraiment besoin d'un Challenger?? Je me le demande en regardant ce qu'il y a en face.

    Dans les challengers cité, il y a Microsoft, son modèle économique fondé sur des licences casse couille (OEM), les coups bas pour s'imposer à coup de brevet, l'absence de prise de risque (on investit un marché que quand il est porteur), et le dumping (puisque bing, comme la xbox première du nom, doit surement être développé à perte POUR sucrer les fonds de Google...). Sans compter qu'un succès de Microsoft dans ce domaine lui donnera une hégémonie presque totale : après les système d'exploitation, la recherche sur le net ... Bref, un avenir limite morbide

    De l'autre coté, on nous parle de facebook, un modèle fondé sur le "tout pour moi" qui veut créer un net dans le net, avec affiliation de toutes les pages à Facebook, et, si l'avenir leur donne (malheureusement) raison, un net réduit à "je me connecte à facebook pour aller voir ce que font mes voisins". On parle bien évidement pas d'interopérabilité, de concurrence (car concurrencer facebook nécessiterait d'amener nos amis sur un autre réseau social, ceux là même qui devrait également ramener leur amis, etc....), ni de vie privé, qui bien que déjà pas très protégé sur Google, a quand même pris un dimension toute particulière sur Facebook (en gros, que mes recherches soit envoyé à des publicitaires, je m'en fous. Que mes informations personnel même mis en privé appartiennent à Facebook que peut se permettre de les revendre à des journaux, ce qui m'est arrivé, ç'est du grand n'importe quoi....). Un challenger de google???

    Serieusement, google a ses défaut, comme toute société, mais au vu de l'esprit de la société ("on pourrait vous espionner, mais on ne le fait pas, on automatise juste les pubs", plutot fairplay), les avancés qu'ils se permettent avec leur réserve d'argent (Systeme open source pour les mobiles, systeme gratuit dans le Cloud, map gratuite, grande capacité de stockage sur les mails, etc...) et qui ont été largement copié après par les concurrents (il était temps d'avoir plus de 10 mo disponible sur hotmail quand même!!), peut on se réjouir d'un "Challenger qui ferait tomber google"?

    Je ne suis pas convaincu. La concurrence a toujours du bon, mais actuellement, la concurrence s’insère juste dans le "search" et concurrence juste google (sans apport soit dis en passant), pas pour faire avancé les choses, mais juste pour se débarraser d'eux.

    A la rigueur, si blekko y arrivait, ça me rassurerait, mais sinon, je préfère voir Google en position dominante qu'un concurrent Facebook ou Microsoft.

  4. xavier Formation 17 février 2011 at 15 h 49 min

    Pas de soucis puisque que bing = google, si on en croit des annonces .

    teins vous avez déja essayer de modifier le moteur de recherche d'un appareil android pour le mettre sous bing 😉

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site