> > Alexandre Diehl (Lawint) : "Le combat de Twenga contre Google est perdu d'avance"

Alexandre Diehl (Lawint) : "Le combat de Twenga contre Google est perdu d'avance"


Alexandre Diehl (Lawint) : "Le combat de Twenga contre Google est perdu d'avance"
4 (80%) 4 votes

Le juriste Alexandre Diehl donne son avis sur la décision de Twenga d'attaquer Google pour concurrence déloyale et abus de position dominante devant la Commission européenne. Selon lui, c'est peine perdue...

Alexandre Diehl, juriste et avocat d'affaires du cabinet Lawint (voir photo ci-dessous), est un rédacteur habituel du site Abondance et de sa lettre professionnelle. Il nous livre ci-dessous son avis sur la décision de Bastien Duclaux (Twenga) d'attaquer Google devant la cour européenne pour cause de concurrence déloyale :

"D'un point de vue juridique (mais, pour une fois, il s'agit vraiment ici de l'objet de l'action), Bruxelles n'a quasiment aucune compétence judiciaire. En effet, la Commission a un pouvoir d'enquête (comme l'Autorité de la Concurrence en France) qui pourrait, éventuellement, donner lieu à des remontrances, voire, dans le pire des cas, une amende. Mais, le procès se déroulera en toutes hypothèses devant la Cour de Justice de l'Union européenne (qui est à Luxembourg…).

Sur le fond, une action en droit de la concurrence sur ce terrain nous semble extrêmement étonnante. D'abord, il ne s'agit pas d'une plainte. Ensuite, si la Commission accepte d'ouvrir une enquête, Twenga devra établir plusieurs faits qu'elle ne peut pas, en pratique établir, et notamment est-ce que Google abuse de sa position dominante en Europe ? Il ne faut pas simplement répondre "oui" ou "non", il faut argumenter et surtout démontrer. Or, comme les lecteurs assidus de la Lettre Mensuelle d'Abondance le savent, la Commission enquête en ce moment-même précisément sur plusieurs faits de nature à distordre la concurrence (comme l'éventualité d'interventions humaines de la part de Google dans le search ou autres services). Dans le meilleur des cas, l'action de Twenga sera "jointe" à l'enquête en cours et Twenga aura le loisir d'être entendu. Dans le pire des cas, l'action de Twenga sera mise de côté en attendant les résultats de l'enquête générale initiée par la Commission elle-même il y a un an et les conclusions de cette enquête seront, comme par hasard, les mêmes conclusions que celle de l'action de Twenga.

Cette stratégie est d'autant plus étonnante que Twenga aurait pu attaquer Google devant les tribunaux français pour les faits reprochés. Plusieurs jurisprudences du Tribunal de Grande Instance de Paris ou d'autres tribunaux étaient favorables aux demandes de Twenga et cette dernière aurait pu obtenir de fortes sommes devant les juridictions nationales. A ce titre, l'article 1382 du Code civil permet de réparer toute faute civile (comme les malheurs de Twenga) devant un tribunal français. C'est sur ce fondement que Google est (de plus en plus) fréquemment condamné pour des faits semblables.

Ceci dit, pour le monde de la recherche d'information, l'action de Twenga aura au moins le mérite de valider ce schéma de contestation (devant la Commission) ou non…"

Alexandre Diehl
Source de l'image : Abondance

Commentaires : 17
  1. Papy Spinning 5 novembre 2011 at 8 h 31 min

    Bonjour

    Je me pose une question. L'article 1382 du Code civil dit ceci: "Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer".
    Le récent arrêt de la Cour d'appel de Douai (concurrence déloyale pour usage "abusif" de site satellites) se fonde également sur cet article, au moins en partie.
    Or il semble bien vaste cet article. N'a-t-il pas un peu bon dos en l'espèce et n'utilise-t-on pas sa large étendue pour pallier à un manque de législation claire sur ces questions?

  2. LaurentB 5 novembre 2011 at 15 h 23 min

    L'incident rigolo de Bing qui s'inspirait des SERPS de Google nous a prouvé qu'ils pouvaient manipuler manuellement les résultats de recherche.
    Concernant Twenga, cela me semble également illusoire de partir seul affronter le monstre. Pourtant, il y a moyen de rassembler les tombés sous le joug de Panda.

  3. Anonymous 6 novembre 2011 at 4 h 13 min

    C'est à tort me semble-t-il qu'on assimile les cas de distorsions de concurrence à des interventions humaines modifiant les effets de l'algorithme de google.

    D'abord, ces interventions existent bel et bien puisque les officiels de google ont admis l'existence de listes blanches de sites qui dérogent au fonctionnement de l'algorithme. Listes blanches qui constituent d'ailleurs une fameuse pression contre ceux qui voudraient contester les pratiques de google alors qu'ils bénéfieraient de ses faveurs et privilèges. En soi, ces listes blanches sont déjà une totale anomalie que les autorités de la concurrence devraient interdire ou au minimum exiger leur publicité.

    Ensuite, l'algorithme, lui-même, n'est pas un deus ex machina, mais le produit du staff de google, algorithme qui soit dit en passant est modifié à d'innombrables reprises. Par exemple, on peut concevoir que un changement d'algorithme soit concu pour éliminer une partie des sites qui pourraient entraver ou concurrencer les sites propres de google (ds le e-shopping , ds la résevations ds vols en avion , des hôtels des locations de vacances,...).

    D'ailleurs, il n'est pas nécessaire et surtout inutile (car une page de résulats d'une requête ne se limite de toute façon pas à un seul site) de "déranker" tous les concurrents potentiels de ces sites. Et rien n'empêche de faire une nouvelle mise à jour de l'algorithme si demain d'autres concurrents empêcheraient les sites de google de se positionner.

    Enfin, il y a bien d'autres façons pour google de manipuler le web, sans passer par un changement d'algoritheme. Ainsi, pendant près de deux ans (en gros 2008-2010), beaucoup de sites ont vu le PR de leurs pages internes "grisé" (nul) sans raison. Certes le positionnement réel des sites concernés n'en étaient pas affecté, mais les sites ont ainsi subi artificiellement une nette perte d'attrait pour les partenariats, notamment pour les échanges de liens. D'où entrave à leur développement.

    Une autre façon encore est la communication des officiels de google, voire de ses guidelines officielles qui peuvent s'en prendre à certaines pratiques que google peut juger néfaste à ses activités alors qu'en soi, elles ne sont irréprochables (ex l'échange de liens dans les normes).

    J'ai aussi noté qu'en dix ans de mon expérience personnelle, de tous les infos et changements algorithmiques qui nous viennent quasi chaque semaine (voire, chaque jour) de google et de son environnement, j'en ai jamais, je répète JAMAIS, vu qui soient néfastes au développement des adwords: ou bien ils sont neutres à cet égard, ou bien on y peut y une action qui a une incidence positive sur le développement des adwords (ou négative pour les options concurrentes que pourraient avoir les sites pour acquérir ou développer leur visibilité). Mais jamais d'infos qui pourraient entraver la croissance des adwords.

  4. Anonymous 6 novembre 2011 at 18 h 31 min

    N'importe quel spécialiste du SEO passant trente secondes sur Twenga et sur Google Shopping pige pourquoi l'un perd des places alors que l'autre n'en perd pas.

    Google est tout simplement le mieux placé pour faire du SEO et son Google Shopping respecte les règles de qualité de contenu.

    Les comparateurs de prix ayant investi dans du conseil en SEO ont été largement épargnés par Panda.

    Twenga s'est cru au dessus de la mélée, n'a rien changé, a gardé son contenu duplicate de faible qualité et dégage donc de la page one. C'est normal et c'est ce que l'on attendait de Panda : virer les sites de merde de nos recherches.

  5. Anonymous 7 novembre 2011 at 10 h 20 min

    le problème n'est pas tant le deranking de Twenga (et Ciao, Shopping.com, Shopzilla, LeGuide, etc. etc.) de façon plus ou moins arbitraire via Google Panda, mais bien la mise en avant de Google Shopping (photo du produit + 3 liens vers sites marchands) sur la page de résultats de Google Search. Autrement dit, un service de Google (Shopping) mis en avant avec un traitement de faveur, sur lequel les algo de ranking de Google ne s'appliquent pas.

    Si certains souhaitent rester aveugles et ne pas voir que l'attitude de Google est similaire à celle de MSFT avec son IE à la fin des années 90, et que cette attitude nuit au consommateur, libre à eux. Laissons à Twenga le droit de penser et agir autrement. Quant à la technicalité de la procédure, je ne suis pas juriste/avocat, mais j'imagine que Twenga s'est entouré des meilleurs (Gide Loyrette Nouel était le conseil de la société sur ses levées de fonds), et que la démarche entreprise est la plus pertinente...

    Il est bien loin le temps où Google est "cool" et sa la devise "do not evil"....

  6. Anonymous 8 novembre 2011 at 9 h 43 min

    L'intérêt de Panda ? Taper une bonne fois pour toute sur cette fumisterie qu'est le SEO, cette secte ridicule avec ses amateurs de petites cuisines et autres bidouilles qui gagnent un fric monstre en prodiguant des "conseils" d'une médiocrité et d'une banalité affolante le tout en se prenant pour des génies.
    Chaque révolution technologique / scientifique a son lot de charlatans: Internet à les experts SEO.
    Que les entreprises dépensent plutôt leurs précieux argents pour la qualité de leurs contenus, l'innovation et l'expérience utilisateur, le reste suivra !

  7. Abondance 8 novembre 2011 at 9 h 45 min

    @ anonyme : ahhhh, j'adore les avis argumentés et anonymes. J'ajoute que les SEOs ont aussi pirates, pédophiles et néonazis, comme ça, on aura fait le tour du problème :))).

  8. Charles69100 8 novembre 2011 at 14 h 49 min

    L'avis d'Anonyme vous semble vide d'arguments pourtant j'adhère totalement à ses remarques : les "experts" SEO ont toujours été les charlatans du web... ils font croire qu'ils savent alors qu'ils ne savent rien de plus qu'un graphiste du "print". Ils apprennent les rudiments du html sur le tas puis jouent sur la crédulité de leurs clients qui se font berner par méconnaissance tels les astrologues, les marabouts...

    Je continuerai d'utiliser google tant que google bannira ces parasites.

  9. Abondance 8 novembre 2011 at 14 h 52 min

    :-)))
    Effectivement, c'est beaucoup mieux argumenté :-)))
    Et dans le meme style que le commentaire précédent, bizarrement :-))))
    cdt

  10. Charles 69100 8 novembre 2011 at 15 h 07 min

    Comment voulez-vous que j'argumente alors que vous-même ne garantissez pas de résultat certain ??? votre métier tient plus à de la magie qui-plus-est basée sur une seule société. Cessez de vous plaindre de google (cf. twenga) et utilisez le web, mais sans google. Saviez-vous que vous pouviez utiliser le web sans google ? Faites des sites web, mais cessez de dire que vous faites du (pseudo-)référencement(-incertain) sur google.

    Je ne suis pas la même personne que "Anonyme".

  11. Henri Chamoins 8 novembre 2011 at 18 h 48 min

    La bêtise humaine est une manifestation de l'infini. Merci de nous le prouver... :)))
    Comment peut-on intervenir ainsi sans rien connaitre à un métier ?
    Mon boulanger m'a donné un pain rassi ce matin, du coup, je hais les boulangers qui sont tous des escrocs qui jouent sur la crédulité de leurs clients. Au bucher,hop !!!!
    Lamentable de bétise...
    A+++

  12. Charles69100 9 novembre 2011 at 8 h 38 min

    Les référenceurs sont comme les graphistes web qui continuent à faire des sites full flash. Ils n'arrivent pas à comprendre que google les banni car çà n'est pas dans l'interet de l'utilisateur : Le full-flash est bridé/peu ergonomique/lourd ; le référencement-à-la-twenga décridibilise la pertinance des résultats de google. Laissons le temps au temps avant qu'ils comprennent...

    @HENRI "intervenir ainsi sans rien connaitre à un métier" : encore une affirmation aproximative. Je suis webmaster, je pense uniquement à la création de contenu, jamais au conséquences sur google et pourtant un grand nombre de mes visiteurs proviennent de google. L'analogie avec le boulanger est vraiment naze..

    A+

  13. Annuaire Français 9 novembre 2011 at 13 h 52 min

    Vu que Google reste l'outil de recherche le plus employé et qu'il est totalement généraliste dans cet univers d'information et de marketing, il est tout a fait naturel qu'une certaine partie de cette activité soit une compétition...

    Dès lors que l'on désire entrer dans une compétition, il y a des experts et des professionnels dans les moindres composantes.

    Bien sûr, quelques anonymes espèrent arriver en tête d'un grand prix de formule 1 avec leur vieille Renault 4 ...

    Il y a un règlement au championnat, il suffit de le respecter. Panda est là simplement pour vérifier qu'il n'y a pas de triche ou d'exagérations simplistes.

    Les experts en referencement et SEO, c'est comme pour la formule 1, il y a des génies, des experts, des professionnels ... et les bricoleurs du dimanche qui connaissent toutes les combines pour avoir une super 4L ...

    Certes, il n'est pas nécessaire de faire 6 ans d'étude pour être diplômé SEO, comme les médecins ou avocats, mais chez ces derniers, il y a des cas d'exception qui en font des personnes pas fréquentable dutout, ce n'est pas pour cela qu'il faut condamner et tirer à boulet rouge sur la profession.

  14. Anonymous 15 novembre 2011 at 8 h 46 min

    @Abondance : mon avis était bien entendu (très) provocateur (et ne visait pas Abondance, que j'apprécie beaucoup) mais correspond bien à ce que je pense de ce milieu du SEO.

    Je suis chercheur en traitement et recherche d'information. Sans parler de grand age, j'ai de la bouteille dans ce domaine. Dans mon métier, je suis amené - avec d'autres laboratoires de recherche - à travailler avec beaucoup d'entreprises web dans des "projets collaboratifs" (nationaux ou européens). A chaque fois, je suis sidéré de voir les dépenses (parfois terribles considérant la taille de certaines boites) pour le SEO (salaires des "experts", cabinets de conseil etc.) par rapport aux investissements pour l'innovation voire même pour le fonctionnement de la R&D interne.

    Je reconnais qu'il y a de vrai expert SEO, j'en ai rencontré 2 dernièrement (!!!) La plus part du temps ce sont des personnes qui ont de solides bases techniques et scientifiques sur l'"Information Retrieval", le "Data Mining" et (surtout) l'évaluation. Mais qu'ils sont rares dans cet océan d'experts qui pensent approcher la Vérité après avoir lu le "HTML pour les nuls" !

    Je reste persuadé qu'il y a aujourd'hui un début de prise de conscience vis à vis de ce milieu et que les vrais professionnels seront faire le ménage !

    NB : a partir du moment ou l'on propose un profil "Anonyme", toute critique contre son utilisation me parait assez malhonnête.

  15. Anonymous 29 décembre 2011 at 13 h 54 min

    En synthèse, c'est tout de même super HOT pour Twenga et l'avenir du site web !!

    Je suis une simple "petite internaute", mais très à l'écoute des avancées technologiques du web.
    Les points forts que j'ai relevé du débat Twenga/Google, me semblent de véritables constatations sur la Jungle du Net et la Loi du plus fort ! et pourquoi? pour la recherche d'obtenir toujours plus de FRIC !!

    " (...) cela me semble également illusoire de partir seul affronter le monstre, pour Twenga".

    "Listes blanches qui constituent d'ailleurs une fameuse pression contre ceux qui voudraient contester les pratiques de google alors qu'ils bénéfieraient de ses faveurs et privilèges "

    "N'importe quel spécialiste du SEO passant trente secondes sur Twenga et sur Google Shopping pige pourquoi l'un perd des places alors que l'autre n'en perd pas."

    "Twenga s'est cru au dessus de la mêlée, n'a rien changé, a gardé son contenu duplicate de faible qualité et dégage donc de la page one. C'est normal et c'est ce que l'on attendait de Panda : virer les sites de merde de nos recherches."

  16. Yves45 12 juin 2012 at 1 h 50 min

    Twenga a son point de vue. Malheureusement comme dit précédemment tout ça est une affaire de sous bien évidemment. A part que biensûr Google est ultra leader et propose désormais un comparateur shopping gratuit pour tous les marchands. Twenga lui raye ses offres de référencement qui ont fait son succès pour une offre cpc coquille vide hors de prix qui ne mettra en avant que ceux qui payent beaucoup, ce qui va rendre son contenu moins transparent, moins large et totalement sans intérêt pour les internautes.

  17. Pigeon voyageur 13 janvier 2013 at 16 h 19 min

    Ce genre de société (Twenga) est à fuir. Je sais pertinemment que je ne peux pas vous en convaincre en quelques lignes, mais c'est parce que des pigeons comme je l'ai été veulent à tout prix voir de leurs propres yeux si c'est vrai que l'arnaque continue. Vous allez jeter votre l'argent. On vous aura prévenu !!!

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site