> > Search plus your world : encore un obstacle pour le positionnement ?

Search plus your world : encore un obstacle pour le positionnement ?


Notez cet article

Quand je me posais la question suivante, il y a quelques jours de cela : "Google veut-il tuer le SEO ?, je ne croyais pas si bien dire et la dernière annonce du moteur de recherche, Search plus your world va vraiment dans ce sens.

D'ailleurs, l'option "personnalisation des résultats avec Google+" est d'ores et déjà proposée sur Google.com par défaut dans les SERP. Autant dire que ce sera l'option la plus souvent utilisée par les internautes lambda lorsqu'elle arrivera en France (ce qui ne saurait tarder).

L'occasion était donc belle pour faire quelques tests sur certaines requêtes (en étant logué sur mon compte Google, bien sûr) dans des domaines qui sont proches de mes préoccupations. Pour ces requêtes, nous avons noté les réusltats personnalisés (indiqués avec un pictogramme bleu représentant un personnage) et les résultats "classiques" :

- "search engine" : 4 résultats personnalisés, 6 résultats "normaux"

- "pagerank" : 4 résultats personnalisés, 7 résultats "normaux"

- "seo" : 3 résultats personnalisés, 8 résultats "normaux"

- "référencement" : 4 résultats personnalisés, 8 résultats "normaux"

- "abondance" : 4 résultats personnalisés, 7 résultats "normaux"

- "moteur de recherche" : 4 résultats personnalisés, 7 résultats "normaux"

- "olivier andrieu" : 4 résultats personnalisés, 6 résultats "normaux"

On le voit, sur la plupart des requêtes touchant à des thèmes d'intérêt qui me sont propres, Google affiche quasi systématiquement 4 résultats totalement personnalisés, qui viennent en droite ligne de Google+ et de mon réseau d'amis. Restent ensuite 6, 7 ou 8 résultats "classiques", en fonction des liens de recherche universelle proposés.

Autant dire que le "pot commun" des liens proposés, sur une requête donnée, à tous les internautes, s'est singulièrement rétréci avec cette nouvelle fonctionnalité. Et donc que la notion de mesure de positionnement va devenir de plus en plus complexe…

On savait déjà que chaque internaute avait une SERP personnalisée et contextualisée en fonction de nombreux paramètres (voir article précédent). Mais, avec cette nouveauté, Google en rajoute une couche non négligeable, puisqu'on peut facilement imaginer qu'avec l'historique des recherches, la géolocalisation et autres critères, c'est certainement plus de la moitié des SERP qui est aujourd'hui spécifique de l'internaute qui utilise le moteur et donc différente pour chaque personne, à moteur et requêtes égaux.

Autant dire qu'il est urgent de délaisser, petit à petit, la notion de positionnement et de se tourner vers l'analyse du trafic généré par les moteurs de recherche et le taux de transformation des visites occasionnées. C'est finalement une évolution logique de notre métier… A prendre en compte sans attendre !

Commentaires : 9
  1. Anonymous 11 janvier 2012 at 16 h 25 min

    Va-t-on vers la mort des petits sites ?
    Ex : je créé un site féminin, déjà qu'il était ardu d'avoir 100 visiteurs sur mon article vs 10 000 sur Aufeminin, ce dernier sera encore plus aidé, car s'il reçoit 100 fois plus de visiteurs que moi sur ses articles, il a 100 fois plus de changes d'avoir une personne des cercles qui aient ajouté un +1 ?

    Du coup, Aufeminin sera de plus en plus devant sur les grosses requêtes... et la taille critique encore plus dure à atteindre pour les indépendants.
    Qu'en pensez-vous ?

  2. Plombier 11 janvier 2012 at 19 h 51 min

    Cette notion va nous inciter, comme dans la réalité, à ne pas sortir de notre cercle d'amis. Je trouve cette philosophie complètement inverse à celle du web qui va vers l'ouverture au monde.

  3. Loisirs Créatifs CréaPause 12 janvier 2012 at 8 h 34 min

    C'est la politique du pot de fer contre le pot de terre ....
    Je suis d'accord avec "Anonyme", ça va être de plus en plus dur de se faire une place sur le net pour les petites structures.

  4. Kmenslow 12 janvier 2012 at 8 h 58 min

    Est ce que les 4 résultats personnalisés dans les différentes requêtes testées étaient cohérentes et pertinentes ?

  5. Abondance 12 janvier 2012 at 9 h 14 min

    @ Kmenslow : oui sans problèmes, mais en même temps je les connaissais déjà pour la plupart, donc elles ne m'apportaient pas grand chose 🙁

  6. Anonymous 12 janvier 2012 at 13 h 44 min

    Il en est déjà de même il me semble lorsque l'on visite un site "revendeur" tels que ... pour ne pas les citer, et que l'on est poursuivi par les pubs de ce site sur des centaines d'autres sites visités ensuite.
    C'est une stratégie GG pour inciter tous les e-commercants à se pencher sur adwords... Nous avons tous pu remarquer que les "gros sites" ou sites généralistes achètent des mots clés sur leur "quantité de recherche" et non sur les articles en ligne sur leurs sites...
    Ainsi on peut trouver un annonceur qui achete un positionnement sur le mot perles alors qu'il vend des livres, ou des saucisses...rien à voir....
    Dommage effectivement car ceci restreint notre ouverture sur le monde comme disait plombier

  7. Fred Guffroy 12 janvier 2012 at 14 h 33 min

    quelqu'un sait-il comment un clic dans les "résultats personnels" sera visible dans google analytics ?

    fred du site 123fleurs.com

  8. Cécile 12 janvier 2012 at 16 h 59 min

    Bonjour,

    Vous avez raison, ce pourrait être l'histoire du pot de fer contre le pot de terre mais l'internaute ne peut-t-il s'adapter et contrer ces petits bidouillages entre amis ? En tant qu'internaute, je vais de plus en plus loin dans les pages de recherche, parfois je défile jusque 10 pages ! Et quand un site "m'appelle" en me proposant des saucisses alors que je cherchais des perles (ce qui m'agace profondément), il ne me faut pas plus de deux secondes pour repartir avec en prime une mauvaise image de lui qui restera gravée en moi.

    Alors petits sites, gardez espoir 🙂

  9. Sprinteur 13 janvier 2012 at 12 h 56 min

    En fait Google a changé de métier, ce n'est plus un moteur de recherche mais un canaliseur de trafic, regardez la différence frappante sur une recherche scientifique entre le Google standard et scholar: scholar donne les résultats d'un moteur, avec pertinence et exhaustivité, la version standard raconte le cancer du sein de votre supposée copine sur Facebook, que 1) comme l'a dit Olivier Andrieu ci-dessus je connaissais sans doute déjà 2) j'aurais trouvé tout seul et 3) n'ai pas besoin d'un moteur pour estimer la pertinence.

    Donc offrir en résultat ce que je sais déjà parce que proche de moi, que j'aurais trouvé tout seul et dont je connais déjà la pertinence, c'est confondre le métier de recherche d'infos avec celui de concierge dont les ragots sont d'autant plus importants que la personne est proche de mon cercle.

    La bonne nouvelle est que ça ouvre la voie à un métier de moteur de recherche ouvert et transparent, à algorithmes vérifiables et compréhensibles, qui ferait son boulot d'exploration du web, d'extraction de contenu et de classement par pertinence sur la requête et rien que la requête. La mauvaise c'est que le créneau n'a pas l'air d'attirer grand-monde.

    Il y a quelque temps la recherche d'une référence d'appareil donnait avant tout la liste des prix dans les magasins qui prétendent en vendre ou dans les comparateurs de prix, maintenant on tendrait à renvoyer la liste des blogs de mes copains d'avant qui l'auraient acheté, ça ne me semble pas plus adapté à ma recherche de caractéristiques par exemple.

    Donc les moteurs de recherche subissent aussi des modes, mais c'est quand les soldes qu'on puisse s'habiller avec ceux de l'an dernier ou avec le carrément rétro moteur à base de pagerank?

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site