> > Net-blingbling : une prestation de netlinking honnête est-elle encore possible en SEO ?

Net-blingbling : une prestation de netlinking honnête est-elle encore possible en SEO ?


Net-blingbling : une prestation de netlinking honnête est-elle encore possible en SEO ?
3 (60%) 2 votes

Note avant de lire : attention, article volontairement polémique. Merci d'en tenir compte lors de votre lecture et de lire le nota bene à la fin de ce post 🙂

Nous sommes en 2012 et le petit monde du SEO a bien changé depuis près de 20 ans que les moteurs de recherche existent sur le Web. Cependant, un point est resté immuable depuis que Google est né à la fin des années 90 : il est difficile - voire impossible - de mettre en place une stratégie efficace de référencement naturel sans obtenir de liens (ces fameux "backlinks" !!) vers son site.

Depuis des années, il est donc logique, lorsqu'on s'intéresse au référencement de son site, de mettre en place des actions de netlinking ou recherche de liens depuis d'autres sites du web. Certaines agences webmarketing et/ou SEO proposent même des actions de ce type et des offres de services autour du netlinking, se proposant d'effectuer ces recherches (ou création) de liens pour le compte de leurs clients.

Il nous a semblé important, à l'aube de cette année 2012, de revenir sur ces actions en se posant une question simple : les actions de netlinking proposées par les agences SEO sont-elles pertinentes aujourd'hui ? Sont-elles totalement artificielles ou apportent-elles un réel "plus" aux internautes ? En d'autres termes, les liens ainsi créés génèrent-ils un vrai trafic ou ne sont-ils que des tentatives de manipulations de l'algorithme de Google (donc pénalisables logiquement par le moteur de recherche) ?

Pour cela, le mieux est peut-être de lister les différents types d'actions proposées actuellement et d'essayer d'évaluer, sans hypocrisie ni langue de bois, leur utilité pour l'internaute :

Les communiqués de presse

Les communiqués de presse (CDP) ont fleuri ces dernières années comme système de netlinking : on créé un CDP, on le spinne (on en fait plusieurs versions de façon plus ou moins automatisée pour éviter le "duplicate content") ou pas, et on l'envoie sur des plates-formes de CDP créées à cet effet.

Pour ce type d'action, j'attends que quelqu'un me démontre un jour quel est leur intérêt pour l'internaute !! Je reste ouvert sur ce sujet, mais pour l'instant, personne n'a pu me donner le moindre début de départ de prémice d'explication : à part la création de lien pour le SEO, et donc pour manipuler l'algo de Google, l'intérêt me semble nul ou tout au mieux, au ras des paquerettes ! Mais, comme je l'ai dit précédemment, je ne demande qu'à être convaincu du contraire (mais arguments solides demandés et plus si affinités..) !

Qu'un seul CDP soit créé, pourquoi pas (la technique est veille comme le monde), mais une multitude en série sur des plates-formes qui ne servent qu'au SEO, j'avoue que j'ai plus de mal à comprendre...

En l'absence d'argumentaire recevable pour l'instant, j'en conclus que les CDP sont des actions, disons-le, "bidons" créées dans un pur but SEO et n'amenant rien aux internautes. J'attends avec impatience et plaisir vos contre-arguments ! 🙂

Les annuaires

On est là aussi devant une stratégie vieille comme le Web (et l'annuaire de Yahoo!) : on inscrit son site sur de nombreux annuaires, ce qui créé des liens vers la page d'accueil de son site. Inattaquable !

Je suis un grand défenseur des annuaires dans le domaine de la recherche d'informations, car j'ai toujours cru que l'intelligence et le tri humains étaient irremplaçables et que ces outils pouvaient réellement nous aider dans nos recherches de sources d'informations. Donc je dis oui 1 000 fois à l'existence d'annuaires dans notre quotidien de chercheur d'infos et de pépites sur le Web.

Ceci dit, la réalité est toute autre : aujourd'hui, aucun annuaire n'amène de trafic consistant sur un site, bien que les annuairistes diront certainement le contraire. Bon, je ne dois pas avoir accès aux bonnes stats sur les sites que j'observe au quotidien :))

Et il faut bien se rendre à l'évidence : 99% des annuaires actuels n'ont été créés que dans une seule optique : faire du netlinking et rien d'autre !!! Et ceux qui prétendent le contraire sont les référenceurs qui disent à leurs clients que les annuaires sont super importants pour leur SEO 🙂

Restent 1% des annuaires qui, eux, sont utiles aux internautes. OK, mais ne se référencer que sur ceux-là est-il réellement efficace ? Et comment les trouver dans le magma en fusion des centaines, voire milliers d'annuaires actuels ? Pas si simple…

Dernier point important : fuyez comme la peste les offres de type "inscription dans 500, 1 000 annuaires ou plus pour quelques dizaines d'euros", parce que là, cela peut être clairement négatif pour votre référencement ! Quant à ceux qui demandent un lien en retour obligatoire, méfiance, méfiance...

Les Digg-like

Le symptome est le même que pour les annuaires : des outils au départ créés pour l'internaute, en désuétude aujourd'hui et détournés uniquement à des buts de netlinking. La conclusion sera la même : 99% des liens créés dans les Digg-like en 2012 le sont à des fins de référencement et ne visent en aucun cas les internautes. Bad link, bad trip…

Le Black Hat Linking

Nous passerons rapidement sur les dizaines de façons "illicites" de créer des liens en utilisant des techniques "black hat" : les outils existent, ils sont performants, et passent souvent entre les mailles du filet de Google. Est-ce une raison pour les proposer à des clients de façon plus ou moins officielle et professionnelle ? Cela nous semble impossible… Sauf dans certains cas où le client est mis au courant des risques encourus par ce type de technique. Mais ces risques en valent-ils la chandelle quand on a une réputation et une notoriété à défendre ? Pas sûr...

L'achat de liens

Un "marché parallèle" d'achat de liens existe, c'est une évidence, bien que cette pratique soit interdite par Google (qui demande que, dans ce cas, le lien soit mis en "nofollow", ce que tout le monde fait, bien entendu 🙂 ).
Le fait que ces achats de liens passant du PageRank soient prohibés par le moteur leader règle le problème : il est logiquement impossible de proposer une telle stratégie à un client (bien que la situation en pratique soit toute autre…). Du moins de façon officielle donc 🙂
Ceci dit, puisqu'on sait tous que l'achat de lien se pratique allégrement aujourd'hui, reste à définir sur quels sites ces liens seront achetés (même thématique ou pas ?) et où (dans la zone éditoriale, en footer ?). Un lien acheté n'est donc pas obligatoirement synonyme de lien "puissant" et fournissant beaucoup de "jus de lien"... Et quand on achète, on veut un minimum de retour sur investissement... Autant donc acheter un "double lien" : bon pour le SEO et qui ramène du trafic en plus. Les deux notions semblent ici indissociables.

Si vous avez déjà acheté des liens sur le Web, avez-vous mesuré le trafic direct qu'ils vous ont ramené ?

Les échanges de liens

Cette méthode est également vieille comme Hérode et nous recevons tous chaque jour des "propositions de partenariat" basées sur des échanges de liens. Pour ma part, j'adore quand un site de toilettage canin ou de coiffure à domicile (non mais, vous avez déjà vu ma coupe de cheveux ?) m'explique que "nos deux sites sont complémentaires et auront tout à gagner d'un échange de liens". Sans commentaires…

Les commentaires de blogs et interventions dans les forums

Là encore, de très nombreux blogs et forums mettent systématiquement les liens externes des contributions de leurs visiteurs en "nofollow", rendant caduques la plupart de ces tentatives de netlinking (c'est le cas des blogs du site Abondance, devant le nombre de faux posts inutiles qui étaient diffusés dessus). Ceci dit, des interventions intelligentes sur des sites en "dofollow" pourront créer des liens. Si c'est fait de façon sérieuse, bien sûr (évitez les classiques "moi aussi je suis d'accord" ou "j'adore votre blog" assortis d'un beau lien, qui seront virés dans la minute qui suit par le modérateur)...

Alors, comment faire ?

On le voit (et on pourrait encore passer en revue d'autres stratégies similaires, comme l'intégration de liens dans des widgets sans réel service derrière), la plupart des actions proposées, en termes de netlinking, par les agences SEO actuelles reviennent à créer des liens artificiels, de façon souvent (semi-)automatique, ces liens n'apportant rien à l'internaute. Elles sont donc assimilables à du spam aux yeux de Google. Et pénalisables (notons ici que j'ai envoyé, avant parution, cet article à la "Search Quality Team" - SQT - de Google pour avis).

Il serait de plus utopique de penser que Google ne connait pas toutes ces techniques, ne les détectent pas et ne les pénalisent pas... Ils ne sont quand même pas tombés de la dernière pluie, les googlers de la SQT...

Alors, quoi faire ? Comment créer de "bons liens" ? Malheureusement, c'est là que l'affaire se corse, car il n'existe pas 50 façons de faire : en créant du contenu de qualité, en faisant du travail de recherche de backlink à la main, en contactant des webmasters travaillant dans le même domaine que le vôtre, voire en créant votre propre netlinking en mettant en ligne des blogs, ou d'autres sites connexes proposant un contenu de qualité pointant vers vos pages, etc. Oui c'est du travail, oui c'est du temps, oui c'est de l'argent !

Mais, par expérience, il faut mille fois mieux travailler à une stratégie de netlinking de qualité, générant peu de liens mais proposant le plus de "jus" possible. Et, de plus, des liens intéressants pour l'internaute, qui seront cliqués et généreront donc du trafic direct !

En tout état de cause, je reste aujourd'hui persuadé qu'en termes de netlinking, l'humain est roi et, comme d'habitude, "Content is king (and link is his queen !)".

C'est bien pour cela que je me pose de vraies questions sur les offres de services qu'une agence SEO peut bien proposer aujourd'hui en termes de netlinking. Sincèrement, si elle veut être vraiment honnête, le champ d'investigation n'est pas très étendu, à part aider de façon manuelle son client à identifier des sites "cousins" (dans la même thématique sans être concurrent) susceptibles de pointer vers sa source d'informations… Et toute vélléité de création de liens de façon (plus ou moins) automatique me semble vouée à l'échec à moyen terme. Voire aux pénalités...

D'ailleurs, une bonne façon de vérifier la qualité d'un backlink, c'est de regarder s'il génère du trafic ! Si c'est le cas, il y a de fortes chances que ce lien vous aide en SEO. Sinon...

Vouloir faire du netlinking vers un site creux et sans contenu, c'est un hara-kiri numérique et un non-sens, une utopie ! Et, dans ce cas, je ne saurais que trop vous conseiller de déplacer votre budget "netlinking" vers le poste "création de contenu de qualité", il y a fort à parier que les backlinks viendront tout aussi facilement qu'avec des méthodes "limites", et ils seront bien meilleurs…

PS : je suis bien conscient que cet article est polémique. J'ai volontairement un peu "forcé le trait" pour susciter le dialogue et la discussion. Merci donc, dans vos commentaires, de rester courtois et mesuré. Tout commentaire déplacé (out tentative de troll) sera supprimé pour laisser la place à des argumentaires constructifs et intéressants. Merci pour votre compréhension.

Autres articles à ce sujet

Cet article fait partie d'une expérimentation de posts ayant trait au même sujet ("Plateformes de contenus et référencement en 2012") sur plusieurs blogs, mais traité de façon différente.
Voici les autres posts faisant partie de cette expérimentation et ayant été postés le même jour à la même heure :

Axenet : http://blog.axe-net.fr/plateformes-communiques-presse-referencement-2012/
CWM Consulting : http://cwm-consulting.over-blog.com/article-plateformes-de-contenus-et-referencement-en-2012-96887735.html
Abondance : http://blog.abondance.com/2012/01/net-blingbling-une-prestation-de_22.html
Keeg : http://www.keeg.fr/2012/01/22/communique-presse-liens-referrer/
Julien Deneuville : http://www.diije.fr/seo-avenir-plateformes-netlinking-2012/
Renaud Joly : http://www.renaud-joly.fr/index.php/post/audit-seo
Djolhan : http://www.informatclic.com/acpdigg/
Elannu : http://el-annuaire.blogspot.com/2011/12/70-annuaires-anglophones-gratuits-sans.html
SeoMix : http://www.seomix.fr/referencement/naturel/seo-plateforme-netlinking/
Bruno Hug : http://www.blog-referencement-seo.fr/black-hat/utiliser-facilement-rapidement-sans-risques-les-digg-bookmarks-en-black-hat.php
Florian Guidicelli : http://www.emarketingtuner.com/mesurer-le-succes-des-plateformes-de-contenu/
Infiniclick : http://blog.infiniclick.fr/articles/annuaire-cp-digg-une-moderation-exigeante.html
Jambon Buzz : http://www.jambonbuzz.com/referencement/levolution-des-backlinks-de-cp
Lionel Miraton : http://www.naunaute.com/annuaires-cp-digg-like-2012-85
Nicolas Robineau : http://www.vuduweb.fr/referencement-naturel/avenir-annuaire-portail-seo-2012/
4h18 : http://4h18.com/2012/01/diig-communique-presse-reseaux-sociaux-2012
SeoBlackout : http://www.seoblackout.com/2012/01/22/outils-netlinking-2012/

Commentaires : 55
  1. Anonymous 22 janvier 2012 at 8 h 06 min

    +100 😉
    Donc oui complètement d accord, un bon lien coûte très chère.
    Dans mon agence, ce que l on fait, c est que à côté des liens top qualités (blog dédié par exemple, avec un contenu propre, unique ET intéressant) on mets du moins bon ... Ce qui donne un coup au lien un peu moins élevé, reste à trouver le bon dosage

  2. Wozniak jean philippe 22 janvier 2012 at 9 h 32 min

    J'adore !
    Enfin le "parler vrai" d'un pro du Referencement : comme dans l'IRL il n' y que le travail de qualité qui vaut. Google le sait très bien, pour les petits geeks du seo... Je ne suis pas sûr qu'ils en soient conscients. Le seo est pour eux un défi tout comme les hackers ou pirate qui détournent les systèmes.... Je suis certains qu'ils admirent les "patrons" de megupload et les anonymous
    Pour ma part un bon Referencement rime avec une bonne cohérence éditoriale et un contenu conforme à la promesse produit . C'est tout et rien d'autres

  3. Anonymous 22 janvier 2012 at 10 h 05 min

    Excellent article ! Le dimanche est toujours propice pour prendre du recul 😉

    En tant que SEO freelance, c'est l'éternelle question du linking. Au bout de 10 ans, je suis convaincu par l'importance de la qualité du linking mais j'ai aussi de gros doutes. En tout cas, je suis convaincu que le plus gros du travail doit se faire "in house".

    Je reste dubitatif entre ce qui se dit et ce qui marche réellement. Pour ma part, j'ai l'impression que le backlink de base dans un footer reste toujours aussi performant. J'ai vu des sites cartonner en 2011 sur ce principe.
    En ce qui concerne les annuaires, ceux que l'on appelle "annuaires de qualité" ont l'air intéressant puisque l'on peut optimiser les ancres. Votre avis ?
    D'un autre côté, il existe certains annuaires de base généralistes où l'ancre optimisée n'est pas possible, mais avec une autorité très forte (cf Open site explorer de Seomoz) : efficace ou pas ? j'ai encore des doutes.
    Pour les doutes, on continue encore.....Le lien du posteur de commentaires dans les blogs : ok ils sont en nofollow, pour la plupart, mais est-ce que le nofollow, repéré par Google, a-t-il encore un sens ? ....Pas convaincu.....

    Bon ben voilà........
    A.

  4. neilgoodness 22 janvier 2012 at 10 h 18 min

    Il faut esperer que le sqt sait faire. Comme Rand Fishkin a dit il y a quelques mois, il y a un vrai danger de tuer notre profession si la qualité des résultats continue a baisser. Le besoin d etre classé dans google n existerait seulement si les internautes ont confiance dans ses resultats.

    En sortant du Seocamp day a Toulouse j ai quand meme l impression que le spamdexing devinent le norme... meme dans les grands agences et les grands comptes.

    Moi je prone toujours une approche wh mais je comprends que des jeunes qui entre dans la profession aujourd huipense que le referencement est synonyme de la creation d une quantite important de contenu et liens de mauvaise qualité

    neil

  5. Anonymous 22 janvier 2012 at 10 h 30 min

    J'aurais envie de répondre que mon client ne me paie pas pour satisfaire l'internaute. Il me paie pour l'amener sur son site et directement ou indirectement, augmenter son chiffre d'affaire. Quand mon client fait un chèque, ce n'est pas pour le but d'apporter "un réel "plus" aux internautes", il s'en fout. Lui son problème c'est le ROI et sur front il n'y a pas marqué "Fondation de bienfaisance pour la qualité des textes en ligne". La première question que je me pose n'est pas "est-ce que l'internaute est content" mais "est-ce que mon client est content".
    Il est défendu ici que le bon BL est celui qui apporte du trafic direct. Wouha ce texte est génial donc je clique. Sauf que le BL est aussi celui qui permet d'apporter du trafic par la conquête de positions non ? Directement ou indirectement, le bon BL est là pour apporter du trafic. Sous entendre que l'apport direct est bien et que l'indirect est mal parce qu'il "manipule" Google porte à sourire. OMG j'ai manipulé GG ??? C'est mal ? Parce que GG lui-même ne manipule pas ses propres SERPs quand il a besoin peut-être ? La recherche d'information gratuite n'est-elle pas qu'un prétexte pour vendre des mots clés ? C'est bien ça?
    C'est juste du business. Le contenu on s'en fout. Combien il coûte, combien il rapporte. Si pour rapporter il faut faire des phrases hyper stratégiques et manipulatrices, à coup de storytelling, de leviers psychologiques, pourquoi pas. Sinon tant que le ratio coût/gain est favorable pourquoi vouloir se voiler la face dans une posture évangélique ? Internet est transformé en hypermarché mondial, il faut bouffer le concurrent, écraser l'autre dans une compétition permanente, c'est tout, c'est comme ça.

  6. Emmanuelle 22 janvier 2012 at 11 h 59 min

    Ahhh, bah je suis bien contente que cet article ait finalement vu le jour !
    Et que pense alors la Search Quality Team de ton article, ils ont répondu ?

    A+,
    Emmanuelle.

  7. Geoffroy @ devenir entrepreneur à succes 22 janvier 2012 at 12 h 27 min

    Bonjour,

    Article très intéressant. Je suis en grande partie du même avis.

    Personnellement, j'ai placé un de mes sites en première position sur Google avec seulement qques liens postés sur d'autres sites et beaucoup de modification de mon contenu.
    Je n'avais véritablement qu'une seule page de contenu et quelques petites pages sans grande importance.

    On parle souvent d'ajouter du contenu pertinent. Mais je pense que modifier son contenu est tout aussi valable.

    Je l'ai expérimenté et cela a fonctionné pour moi.

    Pas besoin de chercher les complications et perdre son temps. On peut arriver à de bons résultats sans faire appel à des spécialistes du domaine même si cela donnera surement un meilleur résultat au final.

    Je parle ici pour les petits sites ou blogs.

    Geoffroy

  8. Abondance 22 janvier 2012 at 15 h 47 min

    @ Emmanuelle : en fait, j'ai envoyé l'article à la Google SQT avant publication. Il sm'ont répondu qu'il trouvait que "cet article (était) vraiment bien ficelé et (résumait) bien la situation". Ils m'ont également fait quelques suggestions que j'ai intégrée à l'article.
    Voila 🙂
    Cdt

  9. Chloé Ostéopathe 22 janvier 2012 at 16 h 16 min

    Bonjour,

    je suis assez d'accord avec ce bel article. En effet, il est de plus en plus dur d'obtenir de bons BLs (critères subjectifs). Personnellement, je trouve dommage que certaines plateformes disposent d'un référencement si léger. Du coup, on se dit que le jus qui transite est très léger...

    Cordialement,

  10. Daniel Roch 22 janvier 2012 at 19 h 46 min

    Je serais curieux de savoir ce qu'a dit la search team de google a dit lorsqu'ils ont lu ton article.

    Sinon, entièrement d'accord avec la dernière partie de ton article sur le referencement de sites vides de contenus...

  11. Abondance 22 janvier 2012 at 19 h 47 min

    @Daniel : voir mon commentaire ci-dessus 🙂

  12. LaurentB 22 janvier 2012 at 19 h 48 min

    A la base, Google est coincé par rapport aux liens puisqu'ils n'émanent pas forcément de l'entité liée. Si jamais GG pénalisait réellement pour du linking, c'est la foire au negative SEO qui démarre. Plus personne ne fera de référencement puisque ça sera plus facile de faire du déréférencement.
    Maintenant, c'est clair que la construction du moindre backlink est en contradiction avec les guidelines GG. Ce n'est pas pour autant une raison de penser que le contenu de qualité est la voie du salut; restons réalistes.
    Ce moteur n'est pas aussi sophistiqué qu'on le croit lorsqu'on réalise la manière dont il s'est construit dans le temps. Les méthodes anti-spam restent au labo!

  13. refschool 22 janvier 2012 at 21 h 45 min

    @Anonyme Olivier ne dit pas que le trafic indirect est mal, mais qu'un bon lien est un lien qui ramène du trafic. Si tu travailles sur un site de e-commerce tu t'en apercevras.

  14. azcrea 23 janvier 2012 at 8 h 40 min

    Ton article force un peu le trait? pas tant que ça du tout 🙂 ...comme d'habitude, "Content is king", et sur le web c'est quand même le visiteur qui reste le roi en 2012 😉

  15. Sylvain 23 janvier 2012 at 10 h 01 min

    Rhôô Olivier, si ça ne marchait pas, si ce n'était pas rentable en terme de trafic ciblé, il y a longtemps que plus personnes n'utiliserait les plateformes de CP 🙂

  16. Abondance 23 janvier 2012 at 10 h 50 min

    @Sylvain : je n'en doute pas un instant (double 😉 )

  17. Keeg 23 janvier 2012 at 11 h 03 min

    On ne peut effectivement qu'être en accord avec la non-pertinence utilisateur. Maintenant, c'est un passage obligatoire et c'est la loi de Google. D'ailleurs, ces pratiques propres sont presque encouragées par la team Google.

    Il faut savoir dissocier référencement et qualité de contenu directe pour l'internaute. Et au passage, je ne suis pas persuadé que contacter des webmasters pour des échange ou créer de sites / blogs "satellites" vont dans cette "bonne" direction.

  18. Anonymous 23 janvier 2012 at 11 h 35 min

    @refschool
    La critique porte sur cette dichotomie artificielle "En d'autres termes, les liens ainsi créés génèrent-ils un vrai trafic ou ne sont-ils que des tentatives de manipulations de l'algorithme de Google (donc pénalisables logiquement par le moteur de recherche) ?"
    Problème entre "vrai trafic" et "tentatives de manipulations", dichotomie artificielle. D'où le terme de "bon BL" et "mauvais BL" pour caricaturer la caricature.
    Si vous savez lire, vous allez vous en apercevoir.

  19. Abondance 23 janvier 2012 at 12 h 38 min

    Bonjour
    @Anonyme : euh j'ai pas tout compris ???
    cdt

  20. Christophe 23 janvier 2012 at 12 h 50 min

    Il faut également balancer ton point de vue avec le contexte et la thématique du site. Si les tops concurrents ont tous utilisé des techniques blackhatistes, il va être très difficile d'augmenter la visibilité d'un nouveau site.

    Je pense que la meilleure chose à faire c'est du contenu de qualité sur site + netlinking pour avoir du lien et de le diversifier au maximum sans pour autant tomber dans le spam de dingos.

  21. Julien 23 janvier 2012 at 14 h 54 min

    Content is king ! Merci pour cet article qui enfonce les idées reçues du grand public qui garde encore en mémoire l'idée que le quantité de liens amène plus de trafic vers un site. Evidemment, créer du contenu ça prend du temps et ce n'est pas toujours un aspect pris en compte par les agences qui ont promis de la quantité plus que de la qualité à leurs clients ! Finalement, je ne sais qui est le plus fautif l'agence ou le client qui veut toujours plus?

  22. Agence référencement 23 janvier 2012 at 16 h 47 min

    Ah oui d'accord, je pensais qu'il y'avait une vague de pessimisme général chez les blogueurs SEO ce matin, en fait vous vous êtes passés le mot. Ceci explique cela. Bon, surprise passée, c'est vrai qu'au final, le travail accompli ne semble pas spécialement rentable et j'aurais presque tendance à être touché par ce pessimisme. Mais voila, le métier du SEO évolue. Ne dit-on pas aujourd'hui d'ailleurs que le SEO est intégré au SEM ? Si certaines pratiques se perdent, d'autres naissent. Le plus difficile reste encore de savoir ce qu'il faut garder...
    Merci pour cet article!

  23. baxxx 23 janvier 2012 at 18 h 32 min

    "Il me paie pour l'amener sur son site et directement ou indirectement, augmenter son chiffre d'affaire. Quand mon client fait un chèque, ce n'est pas pour le but d'apporter "un réel "plus" aux internautes", il s'en fout."
    Et pourtant avoir une offre qui correspond à la demande, c'est un vrai plus en général pour le CA. Quand tes clients verront que le trafic inutile leur coute plus qu'il ne leur rapporte, ils se diront comme beaucoup que le seo ne sert à rien. Un bon seo ne peut pas faire l'impasse sur le contenu.

  24. Sandrine Pouchain - Au Bon Mot 24 janvier 2012 at 14 h 15 min

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui donne un bon aperçu sur la façon de réussir son référencement. Quand on n'est pas spécialiste, on patauge un peu, il faut l'avouer... Pensez-vous que la lecture du livre d'Olivier Andrieu sur le référencement soit un vrai plus ? Merci pour votre aide et bonne continuation !

  25. Abondance 24 janvier 2012 at 17 h 32 min

    @Sandrine Pouchain : moi j'en suis persuadé 🙂
    Cdt
    Olivier Andrieu

  26. abracarambar 25 janvier 2012 at 6 h 33 min

    Bonjour,

    Excellent article, mais qui devrait faire le point sur la pertinence des outils de mesure du référencement, je pense à des services comme Alexa ou à Pagerank.
    Pour ma part ma stratégie mise en doute par les répercutions de Panda et surtout de Panda 2, j'ai vu mes résultats globalement s'améliorer sur l'année 2011 sur ces deux indicateurs. Mais en matière de trafic, ce n'est pas avec satisfaction que j'analyse les résultats. Que faut-il en déduire ? Qu'il y a eu moins d'internautes en 2011 ?
    Je salue ici le travail de ceux qui dans l'ombre de Google, nous concoctent un algorithme qui cherche à s'approcher de la tendance, à moins que je n'aie rien compris.
    Je crache par contre sur les soit-disant agences de référencement qui prétendent être capable de faire gonfler votre Pagerank par enchantement et surtout viennent persuader vos propres clients qu'ils feront mieux que vous.
    Le référencement, tout comme la création de site, reste un travail d'artisan (voire d'orfèvre) et c'est très bien comme çà.

  27. Anonymous 25 janvier 2012 at 12 h 27 min

    Bon article. Pour avoir essayé en tant que webmaster (très ) amateur, c'est vrai que l'inscription aux annuaires etc... permet une meilleur visibilité de son site. Après il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas que google. Soumettre son site à d'autres moteurs de recherche augmente le classement sur google, c'est surprenant mais cela s'explique par les toolbar (celle de google par exemple) qui enregistrent les requetes des internautes (sur un autre moteur de recherche) et les sites web visités.
    Je ne suis pas spécialiste de la question mais c'est évident qu'un site visible qui est pourri, on y retourne pas. Tandis qu'un site bien fait va naturellement monter dans le classement. Ne pas oublier aussi que l'algo de google évolue et que les techniques visant à le déjouer ne marcheront pas eternellement.

  28. Anonymous 25 janvier 2012 at 15 h 31 min

    Net-blingbling : une prestation de netlinking honnête est-elle encore possible en SEO ?

    quel langage, quel langage...... 🙁

    Léo FERRE disait "... les mots nous leur mettons des masques, un bâillon sur la tronche, à l'encyclopédie les mots...."

    leo2hurlevent

  29. Abondance 25 janvier 2012 at 15 h 55 min

    Euh bon d'accord... 🙂
    Cordialement

  30. FrédéricLN 25 janvier 2012 at 18 h 17 min

    Bonjour, je trouve ce billet plein de bon sens et pas du tout polémique. Mais c'est vrai que je n'ai jamais eu à vendre ni à acheter de SEO, donc… !

  31. Sprinteur 26 janvier 2012 at 15 h 02 min

    Le métier de SEO a ceci de commun avec celui d'avocat qu'il faut faire paraître son client sous son meilleur jour.

    Les différents moyens évoqués me font penser aux classiques de l'enfance difficile, de la société qui agresse ou des fréquentations douteuses qui entraînent, tous les avocats le font, les juges les entendent à longueur de journée d'un air entendu ou fatigué, mais le résultat en est-il changé pour autant ?

    Les avocats sont payés pour faire ça, les SEO sont payés pour faire ce qui est décrit dans l'article, le client ou le site web en est-il meilleur pour autant ? On peut dire comme pour la psychanalyse que le prix fait partie du traitement, le client est rassuré d'avoir payé, et ça n'a pas de prix, mais l'article suggère quand même qu'un SEO honnête pourrait conseiller à son client de ne pas recourir à ses services ?

    Je suis sans doute indécrottablement optimiste (pour un article provocateur les commentaires ont aussi le droit de l'être ?) mais je crois qu'un bon site web finira par se faire connaître et que les mauvais finiront par ne plus faire illusion malgré les effets de manche.

  32. Julien 26 janvier 2012 at 15 h 56 min

    D'accord avec l'essentiel de tes propos. Par contre la solution que tu préconises de crer des blogs ou autres sites annexes pointant vers ton site de base peut également s'avérer dangereuse si Google considère ces sites juste comme des satellites et apparente ta galaxie à un réseau.

  33. Jérémie 26 janvier 2012 at 17 h 44 min

    Merci pour cet article.
    Je travaille régulièrement en co-traitance avec des experts SEO sur des projets e-commerce et je suis de plus en plus irrité par l'importance donnée à cette démarche au détriment de l'ergonomie et de la production de contenu de qualité.
    Le e-marchand, dopé par la magie du discours des experts SEO, croit avoir trouvé un remède miracle à son manque de trafic. Mais il oublie qu'une fois sur son site, son client se retrouve face à un contenu imbitable, un ramassi de mots-clés sans aucune valeur. Et il se casse.
    La rédaction est un métier, confiez-là à des rédacteurs ou faites-là vous-même !

  34. Agence Web Rennes 26 janvier 2012 at 20 h 29 min

    Fort intéressant résumé de la situation actuelle qui n'a pas de solution toute faite. Bien d'accord avant tout pour inciter un client avec un site pauvre à penser rédactionnel avant de faire des activité sur réseaux sociaux, mais question de pédagogie aussi: étant donné ce qu'a lu ou entendu le dirigeant de PME de base dans nos clients sur le référencement on ne part pas de 0 connaissance, on a même des idées fausses à déconstruire avant d'éduquer, alors pas simple de lui faire oublier tout ça et nous faire confiance quand il voit ce qu'on lui propose ailleurs ou ce que fait son concurrent.
    Je sais qu'on agit actuellement en schizophrènes pour du conseil et des prestations en référencement: d'un côté on connaît assez bien tout ce qu'il faudrait faire pour "penser utilisateur" et se positionner potentiellement dans le futur, de l'autre on voit des recettes un peu limites qui ont un effet immédiatement valorisant. Pire, on a déjà vu Google ne pas respecter ce qu'il impose à tous.
    Forcément il y a encore pour l'instant des objectifs concrets à court terme qui obligent à passer par des techniques type CP ou liens limites sans tomber dans les actions illégales et nuisibles...
    Cela reste un monde en ébullition constante et passionnant à suivre et construire !
    Pierre, NetAgence.

  35. Anonymous 27 janvier 2012 at 2 h 26 min

    Je vois des propositions d'agence très souvent et je suis consternée par leur agressivité mensongère. En gros, ils proposent des prestations qui ont de fortes chances de faire perdre des places aux sites qu'ils proposent de "retravailler". Et comme la majorité des chefs d'entreprises ne connaissent rien de cette activité SEO, ils se font berner.

  36. Anonymous 28 janvier 2012 at 22 h 38 min

    "Nous sommes en 2012 et le petit monde du SEO a bien changé depuis près de 20 ans que les moteurs de recherche existent sur le Web."

    Quand je lis ce genre d'approximation sur le blog d'un soit disant expert je trouve ça vraiment lamentable... le minimum me parait de connaitre, au moins un peu le média sur lequel on œuvre. Je ne vois pas comment les moteurs de recherche pourraient être nées 2 ans avant l'invention du Web (même si on tient compte de l’approximation que met en avant la phrase). Surtout y'au début il y avait Yahoo mais que ce n'étais pas un moteur de recherche mais un annuaire. Ça me rappelle ce soit disant expert Adword qui il y a 2 ans faisait des campagnes Adword depuis plus de 15 ans, soit largement avant la création de Google.

    Décidément le référencement et le web marketing en général sont vraiment les parents pauvres du Web en terme de compétence mais pas en terme de foutaise...

  37. Gilles galla 29 janvier 2012 at 11 h 49 min

    @ Anonyme : Olivier Andrieu est certainement à ce jour le meilleur expert français en termes de moteurs de recherche. Avant d'écrire des aneries (qui plus est de façon anonyme, ce qui est assez lache), renseignez-vous... Et signez de votre nom, soyez poli au moins !

  38. Abondance 29 janvier 2012 at 12 h 52 min

    Bonjour et merci Gilles pour votre message 🙂
    Je pense qu'il est nécessaire de faire un peu d'historique pour remettre les choses à leurs places...
    La genèse du Web au CERN date de 1989 sous la houlette de Tim Berners-Lee et Robert Cailliau. Soit il y a 21 à 22 ans. Mais des systèmes de recherche sur Internet existaient déjà depuis bien plus longtemps : Wais, Gopher, Finger, Archie, etc. (voir mon premier livre, "Internet guide de connexion", paru en 1994 chez Eyrolles, pour en savoir plus).
    Pour ma part, je me suis vraiment intéressé au Web après une démo du navigateur NCA Mosaic en 1993, démo qui m'avait pas mal soufflé, je dois dire (je m'en souviens encore très bien)...
    Côté Web, dès sa naissance plusieurs projets se sont mis en place pour faire de l'indexation "full text" et le premier à sortir fut Webcrawler, le 20 avril 1994. D'autres suivront (Lycos, Infoseek, Excite, etc.) avant Altavista en décembre 1995 et les autres bien sûr 🙂 plus tard !! Yahoo!, lui, est arrivé légèrement avant Webcrawler, en janvier 1994, sous le nom de "David and Jerry's Guide to the World Wide Web" (le nom de Yahoo! n'arrivera qu'en mars 1995) mais c'était un annuaire.
    De mon côté je me suis intéressé (et je n'étais pas le seul) au référencement de sites web dès l'apparition de ces premiers outils. Même si ça ne s'appelait pas SEO à l'époque, on peut donc dater l'apparition de ces pratiques à l'année 1994. Soit il y a 18 ans environ.
    Donc quand je dis que "le petit monde du SEO a bien changé depuis près de 20 ans que les moteurs de recherche existent sur le Web", je pense que ce n'est pas vraiment une approximation 🙂
    Voili voilou.
    Bon dimanche :-))

  39. GILLES GALLA 29 janvier 2012 at 16 h 51 min

    Ah ben c'est ce qui s'appelle se faire moucher en beauté 😀

  40. Anonymous 30 janvier 2012 at 10 h 51 min

    Euh, faut quand même pas trop se la jouer hein 🙂
    Quand j'allais sur le web à cette "époque", celle où personne encore ne parlait français à part les québécois, le SEO n'existait absolument pas et on utilisait la seule et unique technique : bourrage de meta.
    Chercher les origines du net sur Google/wikipedia ne mouche personne 😉
    Je me souviens juste que je prenais plaisir à chercher des mots un peu exotiques (comme 'paronomase') en français et qu'il n'y avait AUCUN résultat... hormis des sites de cul qui mettaient le contenu du dico en balise keyword !

    Si je suis d'accord avec cet article, il faut se calmer les fanboys Andrieu ! Les experts SEO ne bloggent pas forcément : ce n'est pas pour autant qu'ils n'existent pas. Et je peux vous assurer que la blogosphere SEO française n'est pas ce qu'il y a de plus grandiose, particulièrement côté blackhat.

    M. Andrieu connait son sujet, mais tout comme son bouquin, il y a bien mieux, je vous l'assure.

    Reste qu'il n'a pas la prétention d'autres et qu'il ne dit pas - il me semble - de bêtise, ce qui est déjà énorme face à d'autres comiques bloggeurs.

    PS : je publie en ano puisque en nom/email, il m'indique "L'URL contient des caractères non autorisés." (hum...)

  41. fandeconsoude 30 janvier 2012 at 11 h 26 min

    Bonjour,
    J'ai été très intéressé par l'ensemble des articles écrits par vous spécialistes du référencement.
    Est il possible aujourd'hui de trouver des sites de communiqués de presse dont l'objectif n'est pas (uniquement)le référencement mais aussi d'apporter des informations aux internautes.
    Je suis spécialisé dans le jardinage et en particulier le jardinage bio (culture de la consoude)
    Je voudrais écrire des articles pour les jardiniers qui soient lus par des jardiniers.
    Est-ce encore possible?
    Merci

  42. photographe 30 janvier 2012 at 17 h 18 min

    Ca serait trop demander que de connaitre la procédure pour acheter des liens ? (en tout discrétion).
    Je vois pas mal de sites ecommerces qui ont des liens en footer sur des sites très populaires et qui en retour ne font pas de lien.

  43. Françoise 1 février 2012 at 16 h 55 min

    Excellent ! Cela correspond tout à fait à mon expérience de blogueuse, contactée chaque jour ou presque par des agences qui proposent des échanges de "liens en dur" (et en mou, ce serait quoi ??)... de mon côté à partir de la home page, chez leur client, dans une page enfouie au fond du site. Ils croient que je ne vais pas aller voir peut-être ?
    c'est vrai, le seul référencement qui compte pour l'algo de google, c'est le "naturel", qui se réalise à un rythme humain normal, celui de la construction de vrais liens (réels) avec ses pairs.

  44. Sièges Collinet 7 février 2012 at 16 h 11 min

    Bien que d'accord avec le propos principal qu'est la perte du côté "user-oriented", il est utopique de pouvoir en créer en majorité, même avec si tous les référenceurs/rédacteurs/webmasters y mettent toute la bonne volonté du monde.
    Comment intéresser ou faire voter l'internaute sur un digg like avec un site de pompes manuelles par exemple? Le recours à toutes ces techniques sus-citées est pour le coup obligé.
    J'aimerais moi aussi vivre dans un monde rose ou je ferais du linkbaiting toute la journée : )

  45. Anonymous 25 février 2012 at 18 h 38 min

    "La genèse du Web au CERN date de 1989 sous la houlette de Tim Berners-Lee et Robert Cailliau. Soit il y a 21 à 22 ans. Mais des systèmes de recherche sur Internet existaient déjà depuis bien plus longtemps : Wais, Gopher, Finger, Archie, etc. (voir mon premier livre, "Internet guide de connexion", paru en 1994 chez Eyrolles, pour en savoir plus)."

    Olivier, tu es bien gentil (tu permets qu'on se tutoie ?) mais tu raconte encore de belle bêtises pour essayer de rattraper ta bourde. Tu parles bien du "Web" dans ta phrase, donc pas la peine de venir mettre Gopher, Finger, FTP ou je sais pas quoi dans l'histoire puisque qu'il ne sont pas le Web et n'ont même rien à voir avec lui. Internet et le Web sont deux choses différentes, mais si tu ne sais même pas faire la différence, toi le grand expert, je ne sais pas quoi te dire. Et pour cette histoire de date, le Web est bien apparu au public en 1994 et pas en 1989. Donc je ne vois toujours pas l’intérêt de citer 1989 où il était en développement dans un centre de recherche. Sinon comme l'a dit l'autre Anonyme après moi : c'est bien tu sais utiliser Wikipedia et paraphraser ce que tu y lis... bravo l'expert !

  46. Siteinternet 25 février 2012 at 23 h 55 min

    Bonjour,

    C'est effectivement un bon resumé, mais c'est toujours facile de dire qu'il faut du contenu de qualité, comment l'appliquer pour des sites commerciaux ? Et est que tout le monde est capable d'ecrire du contenu de qualité avec une réelle plus value ? J'en doute fortement, ce qui fait que ces techniques artificielles auront de beau jours devant eux...

  47. Pierre Passat 26 février 2012 at 10 h 25 min

    @anonyme : lol le mec qui se fait passer pour un autre pour accréditer ce qu'il a dit quelques comms plus haut, et le tout de façon anonyme... MDR !! Ca se voit comme les yeux au milieu de la figure ;))) Pitoyable et pathétique...
    Ca ressemble en plus à une tentative de détounrement du sujet principal du post pour ne pas parler de ce qui fache (eh, l'anonyme, tu vends des prestas de netlinking non ???) mdr !!!
    Pierre

  48. Anonymous 26 février 2012 at 18 h 56 min

    LOL, j'adore les gens qui commencent leur phrases par "lol" et finissent par "mdr", on sent tout de suite qu'il y a du niveau et que ça va argumenter derrière. Et sinon je ne vends pas de prestation de netlinking, non MDR !!!

  49. François 27 mars 2012 at 7 h 45 min

    On enfonce les portes ouvertes avec cet article, très bien expliqué soit dit en passant.

    Toute vraie agence de référencement manipule l'algo et prend donc des mesures plus ou moins en infraction avec les guidelines. Sauf peut-être les agences super white (il y en a beaucoup, surtout pour les grands comptes) qui ne font finalement pas de vrai référencement mais qui "préparent bien le site" à la visite de Google bot : optimisation de l'archi/hiérachisation, création de belles landing, etc.

    Pour moi en 2012 une bonne agence seo doit proposer à la fois de l'optim on page, on serveur, de la création de contenu et du linking.
    Si le linking tombe, il reste tout... le reste 🙂 Pas de panique donc, ce sera la même chose pour tout le monde au final.

  50. Axel Chanfrault 25 mai 2012 at 0 h 02 min

    J'en suis venu à la même conclusion que la meilleure pratique est de créer des blogs dédiés au contenu intéressant. Le problème est que ne faire que des liens vers un seul site sur chaque article ne me semble pas pertinent pour google. On en va quand même pas linker la concurrence!
    De même, un site a besoin du plus grands nombres de referrers différents... je pense donc les plateformes de CP devraient encore perdurer un moment.

  51. Xavier 2 juillet 2012 at 16 h 36 min

    Concernant l'achat de lien je ne suis pas 100% d'accord avec ce qui est écrit dans l'article. C'est possible de passer par des régis où on peut choisir les liens qu'on achète. Teliad ou TLA par exemple, donne la thématique du site, les données de REF nat et l'emplacement du futur lien. Perso, j'ai bcp progressé dans les SERps après penguin pour les sites pour lesquels j'achète de liens. Jai des sites tests sur lesquels j'avais netlinker surtout avec du CP et du commentaire de blog, ceux-là ont plutot perdu en visibilité.

  52. digg like 9 octobre 2012 at 13 h 35 min

    merci pour le partage de cet article !! le blog est très utile:)

  53. Huile de figue de barbarie 24 octobre 2012 at 20 h 32 min

    article très très intéressant... mais que nous réserve l'avenir? comment faire du bon référencement (même basique) si on ne peut plus rien faire ?

  54. meduseo 6 mai 2013 at 12 h 44 min

    Comment faire ressortir un site plutot qu'un autre sans l'element "backlinks" ? Juste avec son contenu redactionnel ? Pas possible... Ce qui me plait de lire ne le sera pas forcement aux yeux d'autres personnes.
    Pour en revenir a la question : "une prestation de netlinking honnête est-elle encore possible en SEO ?"
    "Honnête", ca veut dire quoi ? uniquement des bons liens venant de sites faisant autorité dans le domaine du site qui doit recevoir le lien ? c'est du partenariat ca, ou de la vente de lien...
    Prestation de netlinking : augmentation du nombre de bl (sans spam degueu et blast)

  55. droguerie en ligne 10 octobre 2014 at 18 h 25 min

    Très bon article qui montre la complexité d'une stratégie de netlinking. Même en ayant recours à une agence, pas sûr de la qualité du résultat obtenu même si chacun à ses tuyaux pour offrir un résultat de qualité.

    De toute façon, c'est toujours un travail sur le long terme !

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site