> > Infographie : Comment gérer en SEO les ruptures de stock sur un site e-commerce ?

Infographie : Comment gérer en SEO les ruptures de stock sur un site e-commerce ?


Infographie : Comment gérer en SEO les ruptures de stock sur un site e-commerce ?
1.89 (37.78%) 36 votes

infographie

Une infographie qui propose un diagramme de flux indiquant la marche à suivre lorsqu'un article se trouve en rupture de stock sur une boutique en ligne. Quel comportement adopter ?...

Notre infographie du vendredi est proposée aujourd'hui par l'excellent site AxeNet et nous propose un diagramme de flux concernant la gestion SEO d'une rupture de stock d'un article sur une boutique en ligne : que faut-il faire dans le cas où un produit est bien référencé (ou pas) : erreur 404 ? redirection 301 ? L'infographie s'accompagne de quelques conseils indispensables. Petit bémol cependant : l'infographie aurait été encore plus complète en traitant le cas de la rupture de stock définitive ou temporaire, ce qui peut amener des traitements différents. Une occasion pour une future infographie ? 🙂 (cliquez sur l'image pour en obtenir une version agrandie) :

infographie-e-commerce
Source de l'image : AxeNet

Commentaires : 10
  1. Chartier Mathieu 6 mars 2015 at 9 h 26 min

    Super infographie je trouve mais il y a juste un point sur lequel je n'ai pas dû "tilter".

    Actuellement, je trouve que la bonne solution quand un produit n'est plus en stock est de maintenir l'affichage de la fiche-produit avec un statut du genre "produit indisponible". On voit ce phénomène sur les principaux sites e-commerce du marché, cela évite la désindexation partielle des pages et surtout les indexations-désindexations de GoogleBot qui ne sont pas éternelles (au bout d'un moment il finit par ignorer les pages dans ma courte expérience).

    La solution des redirections 301 est très bonne aussi puisqu'elle transfère toute la valeur, ça peut être intéressant aussi mais on ne travaille plus les mots-clés de la fiche-produit au fond (sauf si on redirige vers un modèle de page pour les produits hors stock).

    Peut-être me trompe-je complètement mais cela me semble judicieux également...

  2. AxeNet 6 mars 2015 at 10 h 01 min

    Tout d'abord, un grand merci Olivier pour le partage !

    Tu as raison pour le traitement de la rupture temporaire, elle n'est pas dans l'infographie, mais uniquement dans les explications qui l’accompagnent sur la page où elle est présentée.

    Et tu as raison à nouveau, peut-être le sujet d'une nouvelle infographie 🙂

    Pour la rupture définitive, c'est expressément ce qui est détaillé dans l'infographie.

    @ Mathieu

    Je suis partiellement d'accord avec toi.

    Si je parle uniquement de ce que je connais très bien, c'est-à-dire nos clients en e-commerce, et que je regarde sur 1 an. En moyenne, 20% des produits de leur catalogue n'est plus disponible.
    Pour l'un de nos clients déstockeur, ce chiffre passe à 60%.
    Si on laissait affichés ces produits, l'expérience utilisateur serait catastrophique, car l'essentiel du catalogue présenté serait constitué de produits épuisés.

    Tu me répondras alors... On garde la fiche du produit épuisé, mais sans l'afficher dans les catégories. De cette manière elle reste accessible quand une personne arrive de l'extérieur (1 site externe ou Google). Bonne idée !

    Mais du coup, dans ce cas, on conserve (si on l'avait) un bon positionnement pour un produit épuisé, alors que l'on a peut-être un produit de remplacement qui lui est disponible.
    Je trouve qu'il est donc préférable de modifier la fiche existante ou de rediriger en 301 pour donner toute la puissance à une fiche qui satisfera bien plus le visiteur puisqu'il peut commander le produit.

    Le principe est le même pour une fiche qui précise que le produit est épuisé, mais propose des équivalents. Je trouve qu'il est frustrant d'arriver sur une page qui te dit que ce que tu ne peux pas acheter ce que tu cherchais.

    En revanche, tu as totalement raison dans le cas d'une rupture temporaire. Dans ce cas, on peut même laisser le client commander et le prévenir qu'il sera livré dans n jours, ou bien lui proposer une alerte mail dès que le produit est à nouveau dispo.

    Aparté pour les 301. Je me suis laissé dire qu'elles ne transféraient pas tout le jus. On en perd quand même une partie (15% parait-il). Mais mieux vaut récupérer un bout que rien du tout 🙂

    Qu'en penses-tu ?

  3. Sébastien Billard 6 mars 2015 at 11 h 30 min

    Le hic c'est que les 301 un peu trop systématiques sont des plus en plus vues par Google comme des softs 404, pas mal de webmasters ont reçu des messages allant dans ce sens dans GWT. Du coup ces redirections que je comprends d'un point de vue SEO risquent d'être de moins en moins efficaces pour ce qui est de conserver la popularité...

    D'un autre coté sur de gros sites Google est désespérément long parfois pour désindexer des 404...

    Coté utilisateur une redirection brutale est un peu décéptive sans message du type "désolé ce produit est épuisé alors on vous a redirigé vers cette page qui devrait nous l'espérons répondre à votre recherche".

  4. Romain PETIT 6 mars 2015 at 14 h 48 min

    Je me pose une question. Faire une redirection 301 d'un produit qui était bien référencé vers un nouveau produit de substitution, n'est ce pas trompé le client ? En effet, il recherchait l'objet X et on le dirige vers l'objet Y.

    Ne serait il pas préférable de laisser la fiche du produit X épuisé en ligne en mettant en avant le produit Y qui le remplace. Ainsi le client reste bien informé. Après une certaine période le produit Y sera bien référencé et le X n'aura plus lieu d'exister, sa fiche pourra donc être supprimé.

  5. Sylvain 7 mars 2015 at 9 h 26 min

    @ Sébastien
    à suivre en effet. Mais une soft 404 ne vaut-elle pas mieux qu'une 404 pure et dure ?

    @ Romain
    Je pensais avoir été explicite dans ma réponse à Mathieu.

    Je crois qu'il faut aussi relativiser la pertinence de Google.
    Un exemple. Hier soir, je cherche sur GG « cle usb 128 go kingston »
    Je tombe sur une page de LDLC qui me propose en premier lieu une autre marque (Corsair).
    Ou bien sur une page de cdiscount qui me propose en premier lieu des clés 16 et 32 go puis d'autres en 128 mais pas de marque Kingston (juste une au milieu du fourbi.

    Alors si moi j'ai redirigé un de mes modèles kingston 128 go vers un autre modèle kingston 128 go, je pense que le consommateur se sentira largement moins « trompé ».

    Qu'en penses tu ?

  6. Alexandre Gautier 7 mars 2015 at 15 h 42 min

    Super article je suis à 100% d'accord avec toi. Pour ma part j'essaie de faire appliquer la règle de Pareto par mes clients concernant les produits épuisés. 20% des produits épuisés seulement sont dignes d'être conservés en ligne avec mention produit épuisé, bien entendu le produit doit être bien référencé aussi. A ces produits je fais développer en général un module produits de remplacement.

    Pour le reste si c'est bien positionné comme tu l'as dis c'est redirections 301 vers produit similaire ou catégorie parente si pas le droit légalement ou pas de produit similaire.

    Si c'est un produit "sans référencement" je laisse en 404, j'évite de trop en laisser mais disons que je me torture pas pour 15 404 quand le catalogue fait 4000 produits .

    Après j'ai peu être tord pour les 404 mais bon...

    Dans tous les cas je conseille d'automatiser ce process au maximum

  7. Xavier 8 mars 2015 at 9 h 08 min

    C'est déjà ce que j'applique sur le e-commerce que je gère à la nuance qu'un produit définitivement sorti du catalogue est redirigé par 301 vers sa catégorie parente car je n'aime pas du tout proposer un article similaire, sauf si il avait énormément de jus et seulement si il y a un autre produit TRES similaire et dont la marque importe peu.

  8. Rémi 11 mars 2015 at 15 h 17 min

    Cette infographie est très bien faite. Cette stratégie est globalement facile à mettre en place avec les CMS modernes. Notamment Magento qui permet de gérer tout ça directement depuis le back office ! Ce qui ne veut surtout pas dire que le SEO n'est pas un casse tête en e-commerce... 😉
    Pour ma part lorsqu'un produit est épuisé et que je n'ai pas d'autres produits très similaire à proposer, je le laisse en ligne avec la mention "épuisé". Avec les suggestions produits etc... ça reste convenable.

    Cdlt, Rémi.

  9. Christophe 11 mars 2015 at 16 h 10 min

    Très belle infographie (et article) clair, qui me servira pour sensibiliser mes clients a l'importance de ne pas supprimer leurs fiches produit
    Je fais utiliser à mes e-clients comme beaucoup ici une catégorie " EPUISE" qui permet d'une part, d'avoir toujours la fiche référencée et d'autre part, d'inciter via des produits similaires la navigation sur le site des internautes "frustrés"
    Je pense que tu pourrais rajouter dans ton infographie cette possibilité de faire une categorie "EPUISÉ". Ca évite au e-clients de manipuler la redirection 301 (pour ceux et celle que cela rebute), et permet de conserver leurs fiches produit au cas ou...
    Cdlt

  10. CreaPulse 16 mars 2015 at 9 h 47 min

    L'infographie est sympa mais assez simpliste, c'est le format qui veux ça en même temps. Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent faire évoluer les solutions d'un site à l'autre comme la rotation des produits, la plateforme utilisée, la structure du site, ...

    Et même dans les solutions utilisées, il y a plusieurs précautions à prendre, si on met des pages en 404, il faut veiller à bien supprimer les liens vers ces pages.

    Les 404, il faut veiller à ce qu'il y en ai pas trop

    Les 301, il faut veiller à la méthode utilisée car ça peux plomber un fichier .htaccess déja bien chargé et alourdir les temps de chargement.

    Ça aurait été bien d'ajouter aussi le cas pour les fiches temporairement épuisées. Car dans la pratique le client ne sait pas forcément en avance si un produit sera définitivement indisponible ou temporairement. Dans ce cas, il faut mettre en place encore d'autres solutions. Je traite justement de ce cas sur un article récent sur l'audit ecommerce:
    http://www.creapulse.fr/audit-de-site-ecommerce/

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site