> > Une députée veut connaître l'algorithme de Google

Une députée veut connaître l'algorithme de Google


Notez cet article

engrenage

La députée Sandrine Mazetier veut s'attaquer à d'éventuels abus de position dominante de la part de Google et demande à ce que le code de son algorithme soit dévoilé. Rien que ça...

Un article sur le site Numerama a bien dû faire rigoler les observateurs du monde des moteurs de recherche et les responsables de Google en particulier. Il explique que, dans un cadre d'éventuel abus de position dominante, largement débattu - de façon pertinente et judicieuse - depuis des mois, notamment au niveau de la Commission Européenne, la députée socialiste Sandrine Mazetier (voir photo ci-dessous) a posé une question écrite à Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'économie numérique, rappelant "qu'être écarté ou mal référencé peut (...) avoir des conséquences dramatiques pour les opérateurs économiques, qui ont un besoin de trafic pour leur développement". Elle demande donc à la Ministre son avis sur plusieurs points :

- Séparer les activités de moteur de recherche vers les liens naturels et les activités verticales favorisant les propres contenus du monopole ;
- Mettre un terme aux pratiques exclusivité ;
- Assurer la transparence du code de l'algorithme afin d'en finir avec les manipulations et les référencements discriminatoires.

Et c'est sur ce dernier point que le bât blesse, car il est difficile d'imaginer que Google dévoile l'algorithme de son moteur de recherche "à l'air libre". Comment peut-on imaginer un instant que Google puisse faire cela ? Il s'agit de son coeur de métier, et s'il "se déshabille" ainsi, tous ses concurents s'empresseront de clôner le moteur leader. Tout simplement impensable. Demande-t-on à Coca-Cola de dévoiler la précieuse formule de son produit leader ?

Bref, l'initiative de la députée part certes d'une bonne intention, mais, comme d'habitude (on a connu la même situation lors du conflit récent entre Google et la presse française et allemande), un flagrant manque de connaissance du milieu Internet - et encore plus de celui des moteurs de recherche - de la part des personnalités politiques françaises rend hélas la situation au mieux cocasse et naïve, au pire presque pathétique... Dommage...

Sandrine Mazetier
Source de l'image : LePost

Commentaires : 35
  1. Aurélien 28 novembre 2012 at 10 h 13 min

    Haha...

    Effectivement plutôt naïve cette demande pour ne pas dire affligeante...

  2. Alex 28 novembre 2012 at 10 h 40 min

    Bonjour Monsieur Andrieu, aucun rapport avec l'article, mais pourquoi personne ne parle de la MAJ google de ce weekend qui a eu un fort impact (bcp de hausse, moins de baisse) ?

    Merci d'avance

  3. Nico 28 novembre 2012 at 10 h 43 min

    Elle peut aussi demander la recette du Coca tant qu'elle y est... et puis aussi les plans de la Zone 51....

  4. Sylvain 28 novembre 2012 at 10 h 47 min

    Arf ! Je m'étais amusé hier de cette demande :
    https://plus.google.com/102038464394278291243/posts/a5PDHgD98c9

    Il faut aussi demander la recette du Coca et du Nutella, non ?

    ps : Olivier, j'adore le capcha que je viens d'avoir à remplir : 2 chiffres et... WH 🙂

  5. Vincent 28 novembre 2012 at 10 h 50 min

    On a tout de même l'impression que lorsqu'il s'agit d'Internet et de sociétés étrangères, nos politiques perdent tout sens commun et veulent faire appliquer des règles qui ne leurs viendraient même pas à l'idée si il s'agissait de société françaises.

  6. Daniel 28 novembre 2012 at 10 h 59 min

    Demander de rendre public l'algorithme ne signifie pas donner les codes sources, ni l'architecture technique pour les mettre en oeuvre, ni même l'index disponible.

    En revanche cela permettrait de contrôler que Google ne biaise pas les résultats pour son propre compte.

    Ceux qui pensent que cette demande est naïve sont des amateurs du net qui n'ont aucune vue d'ensemble ni des enjeux industriels concernés.

    Depuis 2002 la commission européenne repousse toute réglementation sur le statut des moteurs de recherche. Il est temps de s'attaquer à leur obligations. La première étape importante serait effectivement d'avoir une droit de regard sur leur algorithme afin de vérifier qu'il ne trompe pas les utilisateurs. C'est une étape indispensable.

  7. Papy Spinning 28 novembre 2012 at 11 h 00 min

    Certes la demande montre une méconnaissance du fonctionnement et des enjeux. De là à se moquer et à ironiser je suis plus réservé. Le statut acquis aujourd’hui par la recherche d’information en ligne est de l’ordre du bien de consommation courante. Il n’est pas acceptable qu’une société privée puisse modifier le visage du web selon son bon vouloir et ses intérêts personnels, la chose ayant basculé en partie du côté du bien commun, de la chose publique. A ce titre plusieurs instances demandent à ce que la métrique de classement soit non ouverte mais contrôlée par des institutions publiques. Cela rejoint la problématique de la gouvernance d’internet et sa privatisation après le travail de la National Science Fondation et la création de l’ICAN. Aujourd’hui 70 Etats demandent à ce que les DNS soient gérés par l’ONU et non par une société privée dépendante du ministère américain du commerce (qui fait n’importe quoi soit dit en passant). La société qu’est Google ne sait pas faire autre chose que la recherche de son profit immédiat (normal). Ce qu’elle a entre les mains dépasse de loin son intérêt personnel. Il suffit ainsi à Google de tourner un potard pour générer des milliers de chômeurs qui n’ont rien demandé par exemple. On voit aussi que l’utilisation de sa page d’accueil pour faire sa publicité Google Play contre Apple pourrait poser problème. Les mises à jour des algorithmes ou la création de nouveaux filtres servent pour partie à discréditer la concurrence dans les SERPs au profit de ses propres services web. Etc. La métrique de classement n’est pas neutre, ses critères son politiques (étudiés comme tels à l’université) et ses intentions son commerciales. En parallèle, cette société pille les ressources des pays qu’elle exploite en ne payant les impôts les plus légitimes (mais là c’est un détail).
    Il n’y a pas de quoi rire. Et la comparaison avec Coca Cola est elle-même fort maladroite. Mettre sur le même plan une recette d’eau sucrée avec une problématique au cœur de la troisième révolution industrielle, touchant des dizaines de millions d’emplois et une mutation de la société, est tout à fait risible sur le manque de connaissance des enjeux. Comme quoi l’arroseur est souvent arrosé.

  8. BHP Credit 28 novembre 2012 at 11 h 01 min

    OMG MDR et moi je voudrais savoir la recette du coca cola car je trouve que cette boisson est trop sucrée...

  9. Erwin O 28 novembre 2012 at 11 h 35 min

    Pour les incultes : La recette du Coca Cola est connue depuis bien longtemps. La légende du coffre-fort avec la fameuse recette c'est bien beau mais la chimie (et la chromatographie en particulier) permet de "reverse-engineerer" n'importe quelle composition.

  10. Le Zèbre 28 novembre 2012 at 11 h 55 min

    très important de signaler que de milliers d'emplois, voire plus, sont menacés par les coups de folie de Google qui change d'algorithmes comme on change de sous vêtement... donc pas très naive comme demande...

  11. Anthony 28 novembre 2012 at 12 h 25 min

    L'idée est amusante ! Cette personne n'a pas dû prendre conscience que cette demande ne pourra pas être approuvé par Google ou quelque entreprise qu'il soit.

    Pourquoi pas demander à microsoft de publier son code source ?

  12. Corne 28 novembre 2012 at 12 h 44 min

    J'en connais une qui a téléchargé "The Good Wife" ya pas longtemps...

    http://www.logicielseo.fr/ref-nat/316-quand-google-penguin-inspire-the-good-wife

    En tout ça part d'une bonne intention, mais comme l'enfer en est pavé...

  13. Olivier (encore un) 28 novembre 2012 at 14 h 06 min

    Je suis assez d'accord avec Papy Spinning, à savoir que Google représente aujourd'hui une véritable menace économique et politique. Les serveurs de GG abritent bien plus d'infos compromettantes que n'aurait jamais pu accumulé Wikileaks, ajouté à son quasi monopole sur la recherche en ligne lui donne un pouvoir de mort sur une bonne partie de des PME/TPE pure players. C'est tout sauf anodin et bien loin des considérations purement marketing de telle ou telle recette.
    Alors que la demande de la députée soit mal formulée, c'est évident, mais que les états montent un peu le cran de la pression sur GG à l'avenir est juste logique et nécessaire !

  14. Olivier Andrieu 28 novembre 2012 at 14 h 49 min

    @Olivier (encore un) : exactement. c'est bien ce que dit l'article

  15. Annuaire Français 28 novembre 2012 at 15 h 03 min

    Il est évident, ne serait-ce que par les Google Adresse et désormais les pages Google+ Pro ... vides a 90% ... , placée en haut des serps, la réduction des résultats naturel voire leur quasi disparition dans certains cas au profit des Adwords, etc etc ... Google abuse un peu (beaucoup) de sa position dominante.

    Le gouvernement réponds mal a cette situation, et de mon avis strictement personnel, il devrait :
    - coordonner une règlementation internationale sur la loi anti-trust adaptée au web (noms de domaines, moteurs en position dominante ...). Sur les NDD, c'est de la haute voltige du n'importe quoi ... du profit facile, de magouilles en tout genre ... Dans ce secteur, on retrouve bien l'esprit Américain du business "sans foi ni loi", tel qu'il est appliqué dans la finance dans ce Pays. Nos amis américains ont cette fâcheuse tendance a "libéraliser aux requins de haut niveau" leur économie, quitte à laisser se faire dévorer tout cru une population de masse bien démunie ...
    - soutenir le développement d'un moteur de recherche Français ou déterrer Exalead de son "enfouissement actuel de moteur industriel".

    La communauté des pro du web Français a tout intérêt a surveiller son environnement pour soutenir sans hésiter les initiatives permettant plus ou moins d'obtenir de l'indépendance vis à vis de Google, et peut-être ne pas céder a toutes les alléchantes propositions ou voies ouvertes par Google ... Mais plus facile à dire qu'à faire, quand sa propre survie dépends de ce dernier ...

  16. Waaaouh 28 novembre 2012 at 17 h 11 min

    Si l'algorithme était simplement dévoilé à des ingénieurs missionnés par le gouvernement pour une vérification de son objectivité, la concurrence (bing...) ne pourrait pas le copier.

    Je ne vois pas ce qu'il y a de naïf.

    Vous n'avez peut-être pas bien compris la proposition faite par Sandrine Mazetier.

    L'idée me semble bonne venant de quelqu'un qui n'est pas issu du Web.

    Google prend beaucoup de place et a de grosses responsabilités. Ça ne semble normal à personne qu'il y ait inspection là bas ??? Comme il y en a dans l'alimentaire d'ailleurs.

    Puisqu'on s'amuse de l'article avec la recette secrète de Coco-cola, vous ne pensez pas qu'ils sont contrôlés ?

  17. Chocolat équitable 28 novembre 2012 at 18 h 33 min

    Une bonne formation Abondance serait la bienvenue pour certaines personnes.

  18. Chocolat équitable 28 novembre 2012 at 18 h 34 min

    Une formation Abondance ferait beaucoup de bien à certaines personnes.

  19. Christian 28 novembre 2012 at 19 h 07 min

    Je ne suis pas du tout choqué par la demande.
    Aux US, si tu veux vendre un logiciel à une administration, tu dois passer ton source.
    En quoi serait-ce différent ici ?

  20. Annuaire Français 28 novembre 2012 at 21 h 53 min

    La recette du Coca touche la santé, et elle est fixe.
    La recette de Google concerne le porte-monaie, et elle change tout le temps.
    La solution n'est pas dans l'ouverture de l'algo, chose impossible il me semble.

  21. Olivier Guillou 29 novembre 2012 at 1 h 18 min

    Plein de bon sens cette demande et au coeur de tous les enjeux futurs. Mais de là à ce que les moteurs le fassent .. inutile de rêver.

  22. Julien 29 novembre 2012 at 1 h 26 min

    A ceux qui considèrent que Google peut être la source de licenciements... Revoyez votre copie et tapez sur votre patron : on ne met JAMAIS ces oeufs dans le même panier, surtout quand il nous appartient pas ni vous ne savez pas de quoi il est fait !!! Monter des business uniquement sur le SEO ou en être dépendant c'est une bien belle connerie !

  23. Waaaouh 29 novembre 2012 at 2 h 14 min

    @ Julien : qu'on veuille lancer à peu près n'importe quel type de site Web, on dépend de Google. C'est bien beau de dire qu'il faut aussi se concentrer sur les autres sources de trafic, mais même en le voulant très fort, c'est difficile.

  24. Vinny 29 novembre 2012 at 4 h 03 min

    Pourquoi pas ? bien tenté en tout cas ^^ On sait jamais, si Google dit oui, imagine

  25. Fred 29 novembre 2012 at 10 h 13 min

    Sauf que Coca-Cola représente 30% du marché des boissons, Google plus de 90 % dans son domaine non ? Et même si un autre moteur de recherche ré-utilise l'algo Google il va pas devenir subitement le leader des moteur de recherche hein... Il est plutôt bien installé sur son trône le Google :p

  26. Franck (So What) 29 novembre 2012 at 10 h 13 min

    Autant la demande de publication de l'algorithme me laisse perplexe, autant je suis d'accord avec la première proposition, à savoir séparer l'activité moteur de recherche/publicité de celle de publication de contenu.

    Car Google est alors dans une situation de juge (monopolistique) et partie.
    Impossible de lutter pour un autre fournisseur de contenu.

    Si Chrome gagne aussi des parts de marché, c'est parce que Microsoft a été obligé de le présenter de façon "équitable" par rapport à IE à l'installation de Windows. Car sinon leur monopole sur l'OS entraînait une disparité de chances sur le marché des navigateurs.

    Là c'est pareil, mais avec Google dans l'autre position...

  27. Franck (So What) 29 novembre 2012 at 10 h 14 min

    @Olivier : un détail, les commentaires sont post-datés d'une heure (10h13 au lieu de 9h13 à l'instantà

  28. Manu 29 novembre 2012 at 11 h 25 min

    C'est bien beau de se foutre de la gueule de cette député et de la vanner sur son manque de "connaissance", mais en l’occurrence, c'est vous qui en faite preuve, de méconnaissance : on peut très bien contraindre une société à dévoiler son code source. C'est exactement ce qu'a du faire Microsoft après sa condamnation, et est même allé plus loin en en donnant plus : http://www.zdnet.fr/actualites/microsoft-ouvre-une-partie-du-code-source-de-windows-pour-calmer-bruxelles-39305718.htm

    Alors pourquoi pas google ?

  29. MoteurZine 29 novembre 2012 at 15 h 26 min

    C'est sûr "pourquoi pas google" comme dit Manu.

    Mais, on devrait se poser les questions suivantes :
    - pourquoi il n'y a plus de moteur de recherche sérieux en France
    - pourquoi il n'y a pas de moteurs européens
    De nombreuses erreurs stratégiques font que Google a eu une autoroute devant lui, résultat, il est le premier et maintenant, certains lui demandent des comptes.
    Il fallait se réveiller avant.
    Maintenant, il ne reste plus qu'à admettre les erreurs faites et ne pas se venger sur Google pour ne pas avoir mesuré la réelle importance d'avoir un moteur de recherche national et européen.

  30. 01 animaux 29 novembre 2012 at 20 h 30 min

    elle vie au Pays des Bisounours ?

    Mais biensur, et la marmotte elle met le chocolat dans le papier...

  31. Home'n'go 30 novembre 2012 at 18 h 26 min

    Ca se tente sait on jamais, Google pourrait rendre son algorithme open source .. Ou pas.

  32. Nicolas 3 décembre 2012 at 14 h 31 min

    Je rejoins Papy spinning sur à peu près tous les points. Euh ah ben non, en fait pas à peu près, tous les points. La demande est effectivement révélatrice d'une méconnaissance du système et elle est saugrenue en l'état, mais le fond du problème, lui, est parfaitement légitime.

  33. soirée rencontre toulouse 17 décembre 2012 at 17 h 45 min

    Les députés socialistes ne fument pas que des cigarettes visiblement...

  34. code reduction 18 décembre 2012 at 23 h 29 min

    Ah ah ah, j'ai bien rigolé, aller je retourne bosser moi....

  35. Pikadom 12 février 2013 at 15 h 52 min

    Même la demande de la députée peut paraitre assez utopique, on peut imaginer que Google sera soumis à certaines contraires assez forte de la part de la France. Après tout, on disait que jamais Google ne paierait contre le "cartel" de la presse en ligne et on voit que la firme de Mountain View a du passer un accord...
    Les forces en présences ne sont pas aussi déséquilibrée qu'il n'y parait !

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site