> > Google devra supprimer les images des soirées sado-maso-nazis de Max Mosley

Google devra supprimer les images des soirées sado-maso-nazis de Max Mosley


Notez cet article

justice

Google a deux mois pour supprimer 9 photos des soirées sado-maso de Max Mosley, issues de la vidéo publié par News of the Word en 2008. Ainsi en a décidé le TGI de Paris...

Le tribunal de grande instance de Paris a ordonné la semaine dernière à Google de supprimer de son moteur de recherche d'images 9 images représentant Max Mosley, ancien président de la Fédération internationale de l'automobile, dans des soirées sado-maso où certaines jeunes filles étaient déguisées en uniforme nazi. Ce blocage d'images devra être réalisé pendant cinq ans.

Ces images seraient extraites de la vidéo que le tabloïd "News of the World" avait mis en ligne en 2008, montrant une de ces soirées à laquelle participait Max Mosley. Google a deux mois pour s'exécuter, sous peine d'une astreinte de 1 000 euros par manquement constaté. Il devra également verser un euro de dommages et intérêts à Max Mosley ainsi que 5 000 euros au titre des frais de justice, ce qui ne devrait pas trop gréver ses budgets...

Ces derniers mois, Google avait retiré les images incriminées, lorsque les URL correspondantes lui étaient signalées, mais s'était toujours refusé à intervenir en amont pour filtrer et bloquer des images.

Daphné Keller, conseiller juridique de Google, a cependant indiqué que "Cette décision devrait inquiéter ceux qui défendent la cause de la liberté d’expression sur Internet". Il est également vrai que pour ce qui est de la protection des données privées, Google est un éminent spécialiste 😉

max-mosley

Source de l'image : L'Express

Commentaires : 2
  1. Marie 12 novembre 2013 at 13 h 20 min

    Ils ne savent plus quoi faire pour assouvir leurs besoins sexuels !! Se déguiser en nazi, quelle idée grotesque. Max Mosley n'aurait rien dit ou pas grand chose, je pense qu'on entendrait déjà plus parler de cette affaire depuis pas mal de temps, d'autant que rien n'empêche une sauvegarde des données et une redistribution sur d'autres sites...

  2. Marc, SNAF 16 novembre 2013 at 14 h 43 min

    @Marie, franchement, je ne connais pas vos moeurs sexuels ni ceux de Daphné Keller, mais sans être juge ni moraliste, je trouve "débectant" la publication d'images privées sans le consentement des intéressés tant que leur moeurs restent dans le cadre de la loi, et notamment des libertés.

    @Marie, le jour ou un petit ami ou n'importe qui publiera vos photos intimes sur le web, vous aurez certainement un autre avis sur la question... Je ne vois aucun rapport entre la position de Google et la liberté de l'information.

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site