> > Google avertit les blogueurs testeurs : avertissement logique ou complexe de supériorité ?

Google avertit les blogueurs testeurs : avertissement logique ou complexe de supériorité ?


Google avertit les blogueurs testeurs : avertissement logique ou complexe de supériorité ? 5.00/5 (100.00%) 13 votes

Google avertit les blogueurs testeurs : avertissement logique ou complexe de supériorité ?

Google a posté un article sur son blog pour webmasters qui a valeur d'avertissement pour les blogueurs qui testent des produits et font des liens vers les sites des entreprises les ayant fournis. Une alerte qui pourrait annoncer des futures représailles, et c'est certainement ce que recherche Google. Mais est-ce une démarche réellement cohérente et légitime ?...

Google a dernièrement publié sur son blog pour webmasters un post intitulé "Bonnes pratiques pour les blogueurs testant les produits offerts par les entreprises", article signé (de façon certainement pas innocente) par "l'équipe Google de lutte contre le spam".

Dans cet article, Google rappelle que "certaines entreprises ont recours à une forme de marketing en ligne qui consiste à envoyer aux blogueurs des produits gratuits à tester. Il peut également s'agir d'un remerciement pour une mention dans un article de blog. Que vous soyez l'entreprise détentrice du produit ou le blogueur qui écrit l'article, vous trouverez ci-dessous quelques bonnes pratiques visant à vous assurer que le contenu publié est utile pour les internautes et qu'il respecte les Consignes Google aux webmasters :
1. Utilisez la balise "nofollow" le cas échéant.
2. Faites preuve de transparence.
3. Créez un contenu unique et attrayant.
"

Ce post a certainement une double utilité pour Google : d'une part, être un rappel par rapport à certains excés que l'on voit quotidiennement sur le Web, ce qui est plutôt une bonne chose. D'un autre côté, le but est clairement de créer un buzz, comme il sait si bien le faire dans sa stratégie de FUD, pour faire peur aux blogueurs en brandissant le spectre d'une éventuelle pénalité (qui ne viendra pas forcément, comme on l'a constaté dernièrement dans d'autres cas) afin que tout le monde suive la loi qu'il impose sur le Web. Si le premier aspect est louable (notamment dans le cadre de tentatives de manipulation de son algorithme), le second est, à mon avis, un peu plus discutable. En effet :
1. Les blogueurs qui rédigent ce type de post et qui créent de tels liens le font avant tout pour gagner leur vie (blogueurs que, rappelons-le, Google rémunère grassement pour ne pas les voir partir à la concurrence lorsqu'ils exercent leurs talents sur YouTube).
2. Les marques qui fournissent les produits le font assez souvent dans une optique de création de trafic ou de "placement produits", et non pas obligatoirement pour déjouer l'algorithme du moteur de recherche (même s'il ne faut pas être naïf et que l'on sait très bien que ce type de cas existe également, mais il est loin d'être exclusif). Ce n'est donc pas obligatoirement à Google de leur dire ce qu'ils doivent faire ou pas. Et quelle preuve le moteur a-t-il qu'il y a eu rémunération ?
3. Entendre Google demander aux autres de faire "preuve de transparence", c'est se demander par où est l'hôpital et où se situe la charité qui, bien ordonnée, enfin bref, vous connaissez la suite. Et si on parlait du système de partage des revenus Adsense, entre autres ?...

Qui est garant de la légitimité d'un lien ?

En poussant le raisonnement un peu plus loin, si je parle sur Abondance d'une nouvelle fonctionnalité de Google (donc testée avant d'écrire l'article, comme "Google Destinations" ou "Google Podium" la semaine dernière), il faudrait que je mette en "nofollow" le lien vers cette nouveauté ? Quelle est la différence avec la situation des blogueurs/testeurs ? Qui sait si Google ne m'a pas payé pour parler de ces fonctions et en faire la "publicité" ? Qui va vérifier ? Et si je parle de Bing, Yahoo! ou Qwant, Google va-t-il me pénaliser car ces différents moteurs auraient pu me rémunérer pour cela ? Où s'arrête l'information et où commence la promotion ? A chaque lien créé, devrons-nous dorénavant nous demander si Google est d'accord ? Qui décide de ces critères de "recevabilité" d'un lien ? Qui en a la légitimité ? Google ou un autre ?

Allons donc plus loin encore, en continuant la logique jusqu'à l'absurde : à partir du moment où on fait un lien vers le site d'une société qui n'est pas la nôtre, on devrait donc logiquement le mettre en "nofollow" puisque, quelque part, on lui fait de la publicité. Et l'entreprise en question est donc susceptible de nous avoir rétribué pour cela... En gros, tout lien est potentiellement suspect de manipulation et se doit de disparaître aux yeux des moteurs... Et le PageRank de Google s'effondre par la même occasion. Bref, on nage dans le fuligineux le plus total !

En résumé, on peut dire que si ce type d'avertissement sert à "punir" des tentatives isolées de manipulation de l'algorithme du moteur, on peut le comprendre et c'est même normal. Mais comment Google va-t-il séparer le bon grain de l'ivraie ? Si, d'une façon plus générale, il s'agit de réduire certaines pratiques visant avant tout à tromper le consommateur et l'internaute (et pas toujours Google), la société de Mountain View n'est peut-être pas la mieux placée pour s'ériger en juge (voire en créateur) de la loi. Et si cette action est l'image de l'expression extrême d'un complexe de supériorité de la part de de Google, il serait peut-être bon que le moteur de recherche revienne à un peu plus d'humilité et de remise en question...

Nota : Ah au fait, j'ai mis au début de cet article un lien vers l'article du blog de Google. Afin d'éviter tout problème, j'ai mis ce lien en "nofollow". Je ne voudrais pas voir mon site victime d'une pénalité pour "apologie de la communication googlienne"... 😉

test-produit
Les tests de produits sur les blogs dans le collimateur de Google. Source de l'image : Kinamik (dois-je mettre un "nofollow" aussi sur ce lien, monsieur Google, puisque ce site me "prête" une image et que je le "paye" par l'intermédiaire d'un lien ?)

Commentaires : 30
  1. RaphSEO 14 mars 2016 at 8 h 09 min

    Hello Olivier, entièrement d'accord avec toi et si en plus tu rajoutes une couche de DGCCRF par dessus, bientôt tu ne feras plus ni lien, ni mention...
    ++
    Raph

  2. Felix 14 mars 2016 at 8 h 57 min

    On parle beaucoup des blogueurs, mais Google pourrait aussi avertir les journalistes/médias qui reçoivent des voyages de presse, des cadeaux envoyés aux rédactions, des invitations à des événements VIP pour les pousser à faire un article (papier ou web)...

    Deux poids, deux mesures ...

  3. Alain Garnier 14 mars 2016 at 9 h 07 min

    Très bon post Olivier.
    Pour répondre à Félix.
    Il y a bien deux poids deux mesures. Dans le cas d'un journaliste "tradi" , il ne fait pas de concurrence à Google.
    Là ou en revanche, de mettre un lien de pub. Appelons ca par son nom. Est LE modèle de Google. Qui a travers sa préconisation, nous dit simplement : "les seuls liens autorisés vers une marque doivent etre sur Google AdWords". Sinon, c'est interdit.
    Voilà le résultat de la position dominante de Google sur le marché ET de la pub ET du search.
    Vivement que ca change

  4. lolo 14 mars 2016 at 9 h 12 min

    Partant de là, Google pourrait avertir ... tout le monde et interdire toutes formes de liens. Google devait plutôt se pencher davantage sur les "vrais mauvais" liens, plutôt que ce genre de backlinks provenant de blogs. Mais bien sur ... c'est plus difficile.

  5. Felix 14 mars 2016 at 9 h 17 min

    Alain Garnier, je ne suis pas d'accord le RP qui obtient un lien vers la marque d'un produit "cherche" à jouer avec l'algorithme de Google et à faire de la pub pour la notoriété d'une marque ou d'un produit même s’il n'a jamais entendu parler de SEO...

    Je suis d'accord avec Lolo pour dire qu'il y a des liens bien plus négatifs ...

  6. Audrey 14 mars 2016 at 9 h 29 min

    Bonjour,
    Si je comprends bien, pour le moment, c'est simplement un avertissement. Rien n'affirme que cet élément sera pris en compte dans l'algorithme de Google ou encore "sanctionné". Si ?

    Pourtant, si j'ai bien suivi mes cours de SEO, l'essence même de Google est de suivre des liens pour les répertorier dans sa base de données... c'est inscrit dans son ADN. Comment pourrait-il refuser de suivre certains liens (en follow évidemment, même si certains référenceurs pensent que le gredin suit tout de même les liens en No Follow mais c'est un autre débat que nous n'aborderons pas ici).

    C'est très nébuleux... comme si Google était transparent. La culture du mystère (tout en distillant ce type d'informations) est assez pénible.
    Nous suivrons donc l'évolution de la chose :)

  7. Camille 14 mars 2016 at 9 h 51 min

    Ah ! Franchement, le bot le plus mesquin de toute l'histoire de l'Humanité est en train de me vendre du rêve !
    Voilà qu'il s'improvise gardien de l'honneur de l'Internet, de sa vertu de pucelle non-commerciale, et de la transparence des procédés. Enfin, de ceux que notre ersatz de Skynet ne détient pas, naturellement.

    Combien de temps avant qu'il commence à nous faire la morale en expliquant qu'il ne faut pas vendre, qu'il faut que tout soit absolument naturel, à but non-commercial, etc ? Et combien de temps pour qu'il retartine la première page avec une annonce supplémentaire ?

    Google en Cerbère du Web, c'est Monsanto en Jean-Pierre Coffe x)

  8. Bernard 14 mars 2016 at 9 h 55 min

    "Voilà le résultat de la position dominante de Google sur le marché ET de la pub ET du search.
    Vivement que ca change"
    Exact Alain.. et pourquoi ne pas mettre dans la tête des gens que l'on connait autour de nous et plus.. qu'il y a autre chose que Google et ainsi les faire petit à petit changer de moteur de recherche..
    Quand on voit ce que fait Qwant.fr ou com depuis quelques années, on ne peut que les encourager !

  9. Braindegeek 14 mars 2016 at 10 h 04 min

    Merci pour cet article!

  10. f4b1 14 mars 2016 at 10 h 38 min

    Merci pour l'article, c'est quand même drôle de voir Google dire qu'il ne faut pas mettre en avant sans nofollow une marque alors que de leur coté, c'est largement pratiqué ...

  11. Marc 14 mars 2016 at 10 h 50 min

    Ca sent effectivement la menace pour un métier qui s'est largement développé.

    Depuis 20 ans, nous n'avons jamais fait de lien nofollow, que ce soit sur l'annuaire Français ou le nouveau moteur de recherche Premsgo.fr , ce nofollow est pour moi un simple aveu d'impuissance a qualifier avec certitude un lien sortant, hormis si il est purement publicitaire.

    Et encore, a force de recoupement, Google a les moyens de pouvoir déceler les liens purement publicitaire (régies).

    Toute cette stratégie de com de Google (pinguin et autres filtres sur les liens) ne prouve qu'une chose, c'est que le lien reste de loin l'élément de calcul prioritaire de son classement.

    Je dirais simplement aux marqueteurs , grande marques, annonceurs, et a tous ceux qui font l'économie du web, investissez un peu en parallèle sur les autres outils, Qwant , Premsgo etc. Avec le temps et un peu de moyen, peu a peu, ils vous offrirons un peu plus d'espace différent de Google.

  12. Anthony 14 mars 2016 at 11 h 03 min

    Encore une belle manipulation de Google par rapport à l'univers de la "blogueuse mode".

    Il n'y a pas de raison : pourquoi les pros du web seraient-ils apeurés à l'idée même de faire un lien (normal, donc dofollow) alors que les blogueurs en feraient des tonnes sans se poser la moindre question ?

  13. Hasni 14 mars 2016 at 11 h 32 min

    Quand Google prévient pour certaines mises à jour ... on râle ... quand il reste discret pour faire le ménage dans les serps ... et chasser les pourries, on râle aussi .... schizophrénie ou complexe d'infériorité ?

  14. Jo 14 mars 2016 at 12 h 07 min

    1. Bravo Olivier.
    Personnellement, la réflexion que j'ai entamée il y a déjà pas mal de temps sur le sujet me conduit à aller bien plus loin, en mettre en doute la légitimité même de l'interdiction faite par Google à tout webmaster de poster un lien publicitaire payant sans le mettre en nofollow . Ce serait trop long à expliquer ici. Mais, l'article va dans le bon sens.

    ------------------

    2. D'ailleurs, cette interdiction , Google est incapable de la faire respecter et, déjà sur ce plan là, elle est discriminatoire et donc illégitime. Les pratiques publicitaires évoquées dans l'article sont en effet aussi vielles que l'interdiction de Google. Et elles perdurent nonobstant celle-ci.

    Et il y a environ deux ans, Google a sanctionné avec tambour et trompettes un cas de ce genre (Interflora UK). Visiblement, rien n'a changé dans ce domaine, sans quoi Google n'aurait pas besoin de reservir le couvert maintenant.

    -----------------------------------
    @ Olivier, Il y a plusieurs années, je m'étais (un peu) étonné de voir en dofollow les liens vers les produits commerciaux de Google (genre Hotel finder, Fights, ..) dans tes articles parce que finalement, outre d'en faire une publicité, tu (et bien d'autres bloggeurs similaires) leur donnaient ainsi gracieusement du PR juice alors que, en définitive, ce sont des produits purement commerciaux et qu'il y en a bien d'autres équivalents sur le marché.

    Je me réjouis de voir que les mentalités évoluent et que l'on se montre plus critique.

  15. Emmanuelle 14 mars 2016 at 13 h 09 min

    Excellent, j'ai ri ^^

  16. Mathieu JANIN 14 mars 2016 at 13 h 54 min

    Moi ça me réjouit, en fait, que google continue à confirmer l'importance des liens.
    Pas vous ?

  17. Sylvain Richard 14 mars 2016 at 14 h 17 min

    Je dois être le seul que ça ne choque pas plus que ça.

    Voilà des années que Google nous dit que faire des liens pour manipuler son algo c'est mal. Ils ont flingué des réseaux de sites qui pratiquaient la vente de liens, ils baissaient le pagerank de ceux qui vendaient des liens, mais voilà, le pagerank affiché va disparaître alors il faut bien que GG communique la dessus.

    Dans la pratique, je ne vois pas comment un algo pourrait gérer ça, du coup, ils continueront à le traiter avec des pénalités manuelles pour liens sortants.

    Qui va être touché ?

    - Le blogueur qui balance du lien dofollow sponso non indiqué comme tel sans arrêt dans la plupart de ses articles ? Probablement. Rien de nouveau c'était déjà appliqué.

    - Le blogueur qui une fois sur 30 articles fait une revue d'un truc qu'il a testé ? ça m'étonnerait. Surtout sur de l'ancre non optimisée.

    Je remarque aussi que ceux qui sont spécialisés dans cette activité (blogueuses mode et Cie) font des nofollow depuis un bail. Ils ne seront pas touchés, ils respectent déjà les guidelines  du dieu Google.

    Je remarque aussi le point n°3 « Créez un contenu unique et attrayant. » Bein ouais, facile de se faire gauler quand on publie in extenso le communiqué de la marque...

    Bref, c'est juste une mise à jour des guidelines pour quelque chose appliqué depuis des années.

    Et je ne parle même pas du fait que la loi française interdit de faire de la publicité déguisée...

    En tout cas, pour ce qui est de faire le buzz, ça marche, la plupart des blogs SEO relaient l'information :-)

    Bon sinon je rappelle qu'un a un petit moteur pas si mal que ça en France, il s'appelle Qwant et pour pas mal de recherches il convient très bien. Alors si Google vous embête montrez lui qu'il n'est pas tout seul :-)

  18. Caillaux 14 mars 2016 at 15 h 20 min

    Intéressant. J'avis mis un lien dans un article sur l'hôtel plazza en Belgique, pour illustrer mon article qui reprenait une vielle lettre des années 20 avec l'entête du même Plazza. L'hôtel m'a contacté pour que j'ôte ce lien qui ne respectait pas les contrat de promotion conclus en l'hôtel et Google! Ce que j'ai fait, car je n'en avais rien à faire de leur promotion. Mais comment Google peut il pénaliser les blogs s'ils ne sont pas hébergé chez lui. Arrangerait-il les algorithmes de recherches afin d'effectuer cette pénalisation? Il conviendrait que des lois (Onu ... Com Europ ? ) réglemente afin de ne pas laisser une telle entreprise dicter ses lois.

  19. Yvan 14 mars 2016 at 15 h 30 min

    Encore une fois il semble que Google veuille protéger l'intérêt des lecteurs, et non plus celui des bloggeurs qui cherchent à vivrent de leur activité, via des articles sponsorisés ou autres rémunérations en nature. Je pense qu'il n'y a pas de risque particulier tant que le blog reste d'autorité dans son segment, et que le contenu reste de qualité et vraiment intéressant pour le lecteur. A partir de quel moment passe-t-on le lien en Nofollow si on court un risque, telle est la question ?

  20. Iehlen 14 mars 2016 at 16 h 44 min

    Merci pour cet article intéressant et invitant à la réflexion. Excellent !

  21. Sébastien 14 mars 2016 at 17 h 33 min

    Franchement, ca fait un bail maintenant que Google, je m'en fous un peu les cacahuètes... à un moment donné, faut arrêter qu'il se prenne pour un pseudo Dieu qui fait plus de la communication qu'autre chose.

    Entre l'effet d'annonce et la réalité algorithmique, il y a un monde... c'est juste essayer de manipuler les SEO par la peur pour leur faire prendre des décisions irrationnelles... et puis, Google, c'est bien mais il ne faudrait pas oublier que ce n'est qu'un moyen, pas une fin en soi.

    Je préfère capitaliser sur le client, travailler le branding avec du mailing, des réseaux sociaux, du blogging et cie.. sur le long terme, c'est bien plus perrein, et surtout serein.

    Car si Google est pas content, ben je m'en fous... dépendre exclusivement du trafic SEO sans capitaliser à côté est trop dangereux aujourd'hui. Une fois qu'on a intégré ce critère, on s'adapte. C'est tout.

  22. Linkskin 14 mars 2016 at 17 h 36 min

    Clairement, et comme bien souvent, on joue à la menace du côté de Google, mais ils ne feront rien car, comme tu le dis très bien, il n'est pas possible de prouver quoi que ce soit. Toutefois, si le blogueur précise d'entrée de jeu que c'est un article de test suite à l'envoie d'un produit par le fabricant.fournisseur, là, la preuve est fait que le lien n'est "pas naturel". Cela suffit-il pour autant à mettre du nofollow et à sanctionner ?

    Il y a un moment où Google devrait trouver des solutions au lieu de jouer la terreur, ce serait certainement plus productif...

  23. Yohann 15 mars 2016 at 9 h 53 min

    Ne soyons pas hypocrite, ce qui est recherché c'est la fin d'une certaine sorte de netlinking dans le sens où tu testes l'article, tu en parles (en bien si possible et sans recopier le texte fourni) et tu fais un lien pour savoir où acheter le produit en question avec un intéret SEO bien connu. Voila la théorie, après en pratique, il est impossible de sanctionner cela, énième coup d'épée dans l'eau car Google n'arrive pas à gérer les liens...

    Sauf qu'un jour, ils vont vraiment ne plus donner d'importance aux liens

  24. Fred 15 mars 2016 at 10 h 01 min

    J'ai des blogueurs qui parlent de mes produits car ils l'aiment (sans que je les paye), est-ce que je risque quelque chose ? lol

  25. FRANCOIS 18 mars 2016 at 7 h 29 min

    Ah la la....! Toutes ses recommandations sont toujours déjoués ! Très bon billet

  26. george 18 mars 2016 at 11 h 29 min

    Bravo pour cet artile

  27. Denis 23 mars 2016 at 7 h 54 min

    Dans cette affaire, Google a pour une fois raison. Ce qui est détestable chez ces blogueurs qui vendent leur âme au diable ;+, c'est surtout qu'ils annoncent pas al couleur. Et on se retrouve à ne plus savoir s'il s'agit d'articles sponsorisés.

    Le juge de paix en la matière, c'est ... https://www.google.com/webmasters/tools/paidlinks ;+)

  28. May 30 mars 2016 at 8 h 44 min

    S'il avertit c'est qu'il a doute sur la pertinence des analyses et que ça remet en doute sa stratégie à l'encontre des agences...Là aussi se pose la limite entre le naturel et le faux naturel car il ne peut pas non plus pénaliser les sites qui font ce genre de pratique et qu'il est conscient que ça marche.
    Bref, les articles sponsorisés deviennent de plus en plus naturel car ça apporte une valeur ajoutée aux internautes par rapport à un simple lien dans les résultats de recherches car là au moins le lecteur a les informations vraiment nécessaires pour susciter le click.
    Google a compensé cela avec sa stratégie de 04 liens payants dans les Serps mais je pense qu'il y en aura encore d'autres à venir de ce type de mesures. Wait and see...

    Merci.
    May

  29. Digital 2 mai 2016 at 23 h 27 min

    C'est vraiment n'importe quoi.
    De toute façon, même en creusant, je ne vois pas comment Google peut sortir un algo pour gérer ça ! Je pense que ça va rester des pénalités manuelles pour celles et ceux qui abusent mais ça va s’arrêter là.

  30. Vincent Moreau 3 mai 2016 at 9 h 26 min

    Le monde selon Google, 3 règles de base :
    - les internautes sont totalement libres de créer du contenu, incluant des liens
    - ces contenus permettent à Gg d'en évaluer la pertinence
    - Google est le seul à avoir le droit de tirer un profit économique de la publication de ces contenus

    Dura lex sed Googlelex

Un site du Réseau Abondance  : Information : Abondance - Forums Abondance - Boutique Abondance - Livre Référencement | Outils : Outiref
Divers / Jeux : Googlefight FR - Googlefight EN - Googland |  Moteurs de recherche : Mozbot.fr - Mozbot.com - Grifil.net - SearchWings
Bienvenue  |  Pourquoi Abondance ?  |  Mentions légales  |  Olivier Andrieu  |  Contact  |  Crédits  |  Rédacteurs  | Site hébergé par GPL Service  |  Publicité sur le site  |  Plan du site