> > Faut-il payer et/ou défrayer les intervenants aux conférences SEO ?

Faut-il payer et/ou défrayer les intervenants aux conférences SEO ?


Faut-il payer et/ou défrayer les intervenants aux conférences SEO ? 4.64/5 (92.73%) 11 votes

Faut-il payer et/ou défrayer les intervenants aux conférences SEO ?

Commençons la semaine en ouvrant un débat souvent sensible : le paiement ou le défraiement (remboursement des frais) des conférenciers lors d'événements ou salon SEO. Une situation pas si simple qui nécessite de prendre en considération plusieurs facteurs importants...

Je voudrais commencer la semaine avec un troll récurrent qui fait couler (notamment sur les réseaux sociaux) quelques litres d'encre (virtuelle) à chaque fois qu'il est abordé : la paiement (prestation) et/ou le défraiement (paiement des frais de déplacement/hébergement) des intervenants lors des événements, salons et conférences en général, et plus particulièrement dans le monde du SEO, puisque c'est celui dans lequel je vis depuis maintenant plus de 20 ans...

Depuis que je me suis installé à mon compte en 1996 et la création d'Abondance en 1998, j'ai fait des centaines et des centaines d'interventions, formations et conférences, en France et ailleurs, pour parler des moteurs de recherche et du référencement naturel. Je pense avoir aujourd'hui une certaine expérience (voire légitimité) et un recul nécessaire pour parler de ce sujet de façon calme et réfléchie. Je voudrais donc juste expliquer ici ma vision sur cette problématique et ouvrir le débat de la façon la plus ouverte et constructive possible. En évitant les plus possible les points Godwin... :-)

Tout d'abord, il faut pour moi considérer deux types d'événements, et surtout deux types d'organisations pour ces interventions :
- Les associations à but non lucratif, qui organisent le plus souvent des salons et journées d'informations (conférences, formations, barcamp, etc.) pour diffuser une information avec, comme leur nom l'indique, aucune vision marchande. L'objectif est, le plus souvent de ne pas perdre trop d'argent et, au mieux, d'arriver à couvrir les frais.
- Les entreprises et organismes professionnels qui organisent ce type de salon avec un objectif clair : non seulement il s'agit de ne pas perdre d'argent (but impératif !), mais il est important avant tout d'en gagner et parfois le plus possible !

Point également important : les entrées à la conférence peuvent être gratuites ou payantes. Une option qu'il faut prendre en compte dans sa réflexion... Tout comme l'éloignement géographique du conférencier (ou de la conférencière). Etre basé(e) à Paris et intervenir dans cette même ville, ce n'est pas la même que si vous êtes à Strasbourg, Nantes, Angers ou Cannes (private joke @Mar1e :-) )...

Cette distinction sur l'organisation est essentielle : d'un côté on a une vision associative, de l'autre, capitaliste. Il ne s'agit pas de critiquer cela, les deux méritent d'exister et ont leur place dans notre paysage... Il s'agit seulement de deux approches différentes pour faire un travail finalement assez proche...

Ensuite, il faut bien comprendre que le fait de mettre en place une intervention représente du travail et si on veut bien le faire, cela peut vite s'avérer assez chronophage : recherche d'informations complémentaires, réalisation d'un support, relecture, etc. Il faut parfois compter plus d'une journée pour effectuer un travail "propre" pour une conférence qui pourra durer moins d'une heure.

Un ensemble de facteurs à prendre en compte

On le voit, il est important de prendre en compte un ensemble de facteurs (type d'organisation, gratuité ou pas de la conférence, somme de travail à fournir, frais, etc.) pour prendre la meilleure décision possible pour tout le monde. Le plus important est que ces approches soient cohérentes jusqu'au bout, et c'est souvent là, à mon avis, que le bât blesse le plus souvent...

Pour ma part, j'ai toujours essayé de gérer ces deux "mondes" ainsi :
- Si la structure est associative, je ne demande pas de paiement pour la prestation (sauf si on me la propose, bien sûr :-) ), et je demande juste que soient remboursés les frais de déplacement/hébergement. Ca ne pose d'ailleurs jamais de problèmes. Je trouve cela naturel et parfaitement normal. Je ne me vois pas demander de l'argent à des gens qui n'en gagnent pas. Seule exception : le SEO Campus, pour lequel je ne demande aucun défraiement, parce que j'aime bien ce que fait cette association, et que c'est l'occasion pour moi de "renvoyer l'ascenseur" aux multiples bénévoles qui y travaillent. En tant qu'ancien président d'association, je sais ce que c'est que d'organiser ce type d'événement qui rassemble près d'un millier de personnes pendant deux jours et je trouve humainement normal de ne rien demander à cette occasion. L'événement ayant lieu sur Paris, j'essaie la plupart du temps de combiner ce déplacement avec d'autres rendez-vous et cela se passe toujours très bien.

- Si la structure est professionnelle, ce n'est plus la même chanson : si leur but est de gagner de l'argent, il est alors normal que le contrat soit "gagnant-gagnant". Je demande alors une rémunération et le remboursement des frais. C'est simplement logique : l'organisation étant basée sur l'argent, les intervenants doivent donc être rémunérés et défrayés. Sinon, le déséquilibre est évident. C'est pour cela que je m'étais embrouillé avec le SMX Paris il y a 5 ans : non seulement cette organisation (à but clairement lucratif, et ils ont raison de ne pas le cacher) ne paie pas les intervenants (ce qui n'est déjà pas normal), mais ils refusent de plus de les défrayer. Dans ce cas, il faut bien avouer que c'est du pur foutage de gueule du style "on gagne de l'argent mais on ne vous paye pas, tant pis pour vous"... . Au fait, quand Rand Fishkin vient des Etats-Unis, il paye son billet d'avion ?? Les organisateurs locaux n'y peuvent rien, d'ailleurs. Il s'agit d'une obligation qui vient directement des Etats-Unis. Mais elle n'est ni logique, ni naturelle, ni cohérente, ni tout simplement humaine. Dans ce cas, et à partir du moment où cela va à l'encontre de mes valeurs, je préfère ne pas participer (et c'est d'ailleurs dommage car parfois, il y a des gens que j'aime bien parmi les organisateurs, mais qui sont pieds et poings liés sur ce type de sujet, sans aucune marge de manoeuvre ; alors, sait-on jamais, ce type d'article fera peut-être un jour bouger les choses...). Le pire, c'est peut-être quand l'organisateur d'un événement à but lucratif ne vous paie/défraie pas et vous rétorque : "Oui mais il y a aura beaucoup de monde et vous pourrez faire de la prospection". Ben voyons... Le genre de remarque qui génère la plupart du temps un refus systématique de ma part. Je déteste qu'on se foute de moi, allez savoir pourquoi...

Je pense que, dans ce type d'organisation, tout est basé sur la cohérence de l'organisation : il n'est pas honteux de mettre en place une manifestation qui a pour but de gagner de l'argent mais, dans ce cas, il faut que tout le monde en profite, sinon le déséquilibre génère un malaise difficile à résorber. C'est donc à l'organisateur de faire des efforts.
Si le but est avant tout de diffuser l'information sans perdre trop d'argent, il est normal pour les conférenciers de ne pas être trop gourmand et de réagir au cas par cas, avec humanité et intelligence. Dans ce cas, C'est au conférencier de faire preuve de souplesse.

C'est en tout cas ainsi que je fonctionne et que je réagis en règle générale. Mais rien ne dit que j'ai raison. Et c'est avec plaisir que je lirai vos commentaires (réfléchis et constructifs, merci :-) ) ci-dessous...

conference-olivier-andrieu
Conférence sur le Duplicate Content au SEO Campus. Source de l'image : 1ère Position

Commentaires : 43
  1. LePhasme 18 janvier 2016 at 10 h 40 min

    Le point de vue développe dans l article me semble cohérent. Il faut peut être juste ajouté que le simple fait de participer à un événement peut rapporter des clients futurs par le biais de la publicité indirecte grâce à la présence sur cet événement. Disons que si l événements est de type associatif et qu il a une certaine renommée, la simple publicité pourrait rembourser le transport.
    Ensuite, de mon point de vue, aucune pitié à avoir concernant les professionnels des salons/forums, il est normal qu ils veuillent payer le moins possible et gagner le plus...
    Soit ils choisissent des intervenants de bas niveau gratuitement, soit des experts reconnus en mettant la main à la poche ...

  2. Olivier Andrieu 18 janvier 2016 at 10 h 42 min

    @ LePhasme : pour la première partie de ton commentaire, j'y réponds dans l'article. Ce n'est pas pour moi un critère, clairement, c'est juste de la mauvaise foi de la part des organisateurs, ce type d'argument :)))

  3. Marie 18 janvier 2016 at 10 h 52 min

    Je n'ai pas grand chose à ajouter de plus tellement je suis d'accord avec ce que tu dis (exception faite du SEO Campus qui, selon moi, devrait avoir les moyens d'indemniser les conférenciers). Quand on habite loin du lieu où se déroule la conférence en question, c'est facilement 500 euros qui partent en fumée (plus le temps passé à préparer l'intervention)... et le retour en "prospection" n'est absolument pas certain étant donné que le public rencontré dans ces conférences sont en majorité... des gens qui font le même métier que l'intervenant. En gros nous formons nos concurrents la plupart du temps. Bref, pour moi, les conférences SEO dans un évènement SEO à l'autre bout de la France c'est terminé. Je ferai en revanche une exception pour les évènements à thématique plus large et qui permettent effectivement de rencontrer des prospects ou des professionnels avec qui il est possible de travailler.

    • XavFun 18 janvier 2016 at 11 h 53 min

      Tout ceci est "défrayant" ! Je comprends pas comment on peut habiter aussi loi de Paris...

      La vrai question est "faut-il toujours attendre un retour financier de tout ce que l'on fait, en exagérant un peu j'aide une petite vieille à porter un truc lourd chez elle du coup il faut qu'elle me fasse un gâteau pour me remercier (sachant sie ca le fait de la pub et que toutes les petites vieilles vont me demander de l'aide ?)

      Ou un autre exemple (pour les non gerontophile) : si j'aide une belle blonde à forte poitrine à faire le site de son association de protection des petits chats, devra-t-elle ppasser sous le bureau pour... ramasser mon gros stylo ? Ou {puis-je|dois-je|est-ce bien de} le faire GRATUITEMENT et donner de ma personne en offrant de mon temps, même si ça me coûte de l argent cette histoire ?

      Pour info je suis intervenu dans pleins de trucs qui soient associatifs ou non et sous plusieurs pseudos différents sans jamais rien demander (bon par contre c'est vrai que moi je prépare rien, mais ça me permet de recruter de nouvelles secrétaires)

      PLUS SÉRIEUSEMENT :

      Je pense que ceux qui peuvent se permettre de se payer le déplacement et les frais qui vont avec doivent en "faire cadeaux" à l association afin que ceux qui ont du mal puissent en profiter et faire partager leur savoir.

      => meme si on peut se demander comment quelqu'un qui peut pas payer le déplacement/hébergement peut venir expliquer comment gagner de l'argent ?

  4. jessyseonoob 18 janvier 2016 at 11 h 05 min

    Si je schématise, on te propose à toi, comme aux autres intervenants de venir sur un évènement payant, pour un évènement pour lequel c'est toi (et les autres) qui apportez la valeur ajoutée, et pour lequel c'est toi qui apporte ta clientèle, vu que tu communiques pour qu'ils se rendent à l'évènement ? Normal de défrayer a minima les intervenants ne serait-ce que pour les efforts qu'ils fournissent comme tu le souligne.

    Si tu habites sur Paris, c'est bien. Pour ceux qui viennent du sud il faut ajouter au prix de l'entrée, le prix du train pour venir, l'hôtel, et pour ne pas venir pour rien prendre une chambre pour la veille sinon le train arrivera presque fin de matinée. Il faut également manger. Et là je ne parle que côté visiteur, je n'ai pas a aller à des repas d'organisation pour cadrer l'intervention et autre + temps a téléphone avec l'orga, répondre aux mails.

    C'est important quand même qu'il y ait des évènements, ça fait parler du métier et qu'en France on est pas en reste.

    Je me déplace pas souvent, mais ce que je préfères sur tous les évènements, c'est le off et revoir les potes.

    Effectivement je comprend la réaction de laurent Bourelly et admire ceux qui le font.

    Dans le cadre asso, ça peut se justifier...

  5. SylvainP 18 janvier 2016 at 11 h 08 min

    Voilà un sujet chaud, et qui me tient à coeur puisque j'ai décidé d'organiser queduweb (enfin, pas tout seul) suite à une longue réflexion avec en exergue :

    - Il n'y a selon moi pas de bonne solution dans le milieu associatif actuellement pour un évènement SEO. Je ne dis pas que seocamp(us) est une mauvaise chose, mais le principal problème dans l'associatif lié à un secteur économique est la multiplicité des points de vue, qui n'est pas compatible généralement avec une conférence cohérente.
    - L'objectif premier d'une conférence sectorielle ne doit pas être de gagner de l'argent. Et donc en faire un business me parait délicat.

    Nous avons pourtant décider de partir sur une gestion privée pour queduweb, qui est porté par les ixlabs. Mais les ixlabs n'ont pas comme but premier de gagner de l'argent avec ce type d'évènement, et donc on vise avant tout l'équilibre (ce fut raté pour la première année^^).

    Concernant le défraiement, il est pour moi nécessaire, et nous le pratiquons. La première année ce fut un défraiement vraiment limite, qui est maintenant un peu plus haut, même si pour un intervenant venant de loin cela restera sans doute un peu limite. J'espère qu"on pourra arriver à rajouter un "bonus" pour payer les interventions, mais pour l'instant on ne peux pas le faire.

    Enfin, en tant qu'intervenant quasiment partout, je peux aussi parler du point de vue de l'orateur. J'ai été défrayé sur des évènements très spécifiques (merci aux orgas de ces 2 évènements, qui se reconnaitront car je ne sais pas si je peux dire desquels il s'agit), mais pour les grandes messes jamais. Le coté prospection/publicité c'est la plupart du temps du pipeau. Si vous êtes un top conférencier vous êtes déjà probablement connu, si vous débutez le risque est grand de ne pas réussir totalement votre conférence, et donc que cela ne vous fasse pas plus de pub que ça. D'autant plus que faire de la pub auprès de ses concurrents ne sert pas à grand chose.

  6. SylvainP 18 janvier 2016 at 11 h 09 min

    J'ai oublié un point. Il me parait également normal de défrayer/rémunérer (selon les cas) toutes les personnes impliquées dans un évènement. Même les comités éditoriaux 😉

  7. Patrick 18 janvier 2016 at 11 h 35 min

    Je suis totalement d'accord avec ton constat.
    La difficulté même quand t'es une association c'est de pouvoir payer le defraiement. Selon les villes les coûts sont très élevés pour organiser un évent, et c'est parfois très difficile de juste de rentrer dans les frais. A Genève c'est une horreur au niveau des coûts.

    Si on peut defrayer une fois qu'on sait si on est en positif au niveau budget ça ne me pose pas de problème, et ça me fait vraiment plaisir de le faire. Par contre le promettre avant l'évent et se rendre compte après que ç'est pas possible sauf dans le cas où tu plombes encore plus les chiffres....je trouve ça encore pire. Donc de notre côté pour PerformanceWeb on défraie normalement pas à ce stade.....après si l'évent est un succès, on le fera.
    Pour moi c'est juste une question de pas prendre les gens pour des cons. Si l'évent est une réussite c'est (aussi) grace aux intervenants, donc c'est normal de défrayer dans t'as les moyens de le faire. Notre objectif c'est de diffuser le "savoir" en recevant le mieux possible les intervenants et les participants....afin que tout le monde s'y retrouve.

    Si c'est sous le nom d'une entreprise, dans ce cas c'est défraiement total selon moi.

  8. Laurent Bourrelly 18 janvier 2016 at 11 h 36 min

    Le Pape a parlé; la messe est dite.
    Je suis parfaitement en phase avec ton point de vue.

    De mon côté, c'est à chaque fois un billet de 500€ qui part quand je me déplace.
    Avec une dizaine ou plus de conférences par an, ça commence à faire une jolie somme.
    Etre en déplacement ne me dérange pas trop car je suis organisé pour bosser depuis n'importe où, mais je suis clairement moins efficace en mode digital nomade.

    Attention, je ne me plains pas.
    J'adore rencontrer les gens et partager ma passion, donc je viens volontiers à mes frais car je peux me le permettre.

    Pour ceux qui se posent la question : non ce n'est pas rentable d'un point de vue commercial.
    Ce ne sont pas les événements SEO qui ramènent du client.
    Pour moi, c'était beaucoup plus intéressant de participer à un BlendWebMix, Shake eCommerce ou tout autre événement Web au sens large (WebCampDay, etc.).
    Même les interventions dans les pépinières d'entreprises ou CCI sont plus valables qu'un SMX ou SEO Campus.

  9. Alexandre SANTONI 18 janvier 2016 at 11 h 52 min

    Je suis assez raccord avec cette notion de asso / entreprise. Ensuite, il faut pondérer. Une association qui arrive à remplir les caisses avec un événement peut envisager un défraiement.

    Il y a aussi une notion de frais engagés. Quand je me déplace loin (donc possiblement cher), il me semble logique qu'il y ait un petit défraiement pour couvrir les frais engagés.

  10. Mohamed Zaraa 18 janvier 2016 at 12 h 06 min

    Je suis d'accord avec l'article de plus la valeur d'une conférence est directement en lien avec la "valeur" des conférenciers donc bon . De plus la fausse promesse de prospecter et de trouver des futurs clients me fait doucement rire ...

  11. Véronique Duong 18 janvier 2016 at 12 h 17 min

    Je suis d'accord avec toi Olivier ! Du moment qu'il y a un travail fourni, il faut une contre-partie, pas forcément être payé(e), mais il faut quand même un minimum de "reconnaissance" (cela peut être un partenariat, une offre promotionnelle, etc.), sinon, ce n'est pas normal. En tout cas, merci d'en parler sur ton site ici !

  12. Marie Guyader 18 janvier 2016 at 12 h 36 min

    Tout ceci ma parait logique. Tout travai merite salaire.
    Une contribution a un evenement associatif pourrait etre assimilee a une contribution, mais pour ce qui est des conferences "commerciales" alors pas de raison!
    Ca me rappelle un ou deux projets sur des start-ups plus ou moins bancales on m'a par le passe propose des parts dans la boite a la place de remuneration....

  13. Marc 18 janvier 2016 at 12 h 46 min

    Probablement que le modèle américain dont il est question ici (SMX) doive s'adapter à la culture française, et non l'inverse. Je n'ai malheureusement pas eu la chance d'assister à un SMX sur place aux States, mais je présume que les orateurs font tout pour rentrer dans leurs frais. En France on a du mal avec les interventions qui ressemblent (ou qui sont) de grands discours de vente (achetez mon expertise/ma formation/mon produit) avec très peu de valeur ajoutée.

  14. Olivier Andrieu 18 janvier 2016 at 12 h 53 min

    @ Marc : je ne pense pas que ce soit le cas de SMX ou SEO Campus. Ces deux événements (et les événements SEO au sens large, je trouve) proposent des conférences de bonne qualité, loin de toute vélléité commerciale... Dans leur immense majorité en tout cas. Les intervenants ont compris que vendre leur soupe leur désservait plus qu'autre chose...

  15. Perret 18 janvier 2016 at 12 h 57 min

    Réflexion saine, cohérente et logique. Je ne peux qu'adhérer.

  16. l'Ours 18 janvier 2016 at 13 h 19 min

    Le beurre, l'argent du beurre, la crémière et le Kangoo tant qu'on y est, non mais vraiment vous avez un gros problème d'ego les SEO !

    La principale raison pour laquelle vous donnez des conférences est de vous faire de la pub, donc c'est totalement déplacé de demander une rétribution.

    • Olivier Andrieu 18 janvier 2016 at 14 h 01 min

      Merci pour ce commentaires précis et constructif qui fera certainement avancer le débat dans le bon sens :-)

      • l'Ours 19 janvier 2016 at 0 h 28 min

        Effectivement, mieux vaut botter en touche face à un commentaire qui ne va pas dans le "bon" sens.. Vu que le SEO est au dessus de tout, j'imagine qu'on va finir par le recevoir sur les plateaux télés, n'oubliez pas de demander la dime le jour où ça arrive.

    • Mathieu Chartier 19 janvier 2016 at 1 h 37 min

      Je n'en reviens pas de lire ça... Je suis assez épaté que tu sois dans la tete de tous les SEO pour affirmer ce que tu dis. Il reste encore des gens avec des valeurs et des passions (si si, ça existe ! ˆˆ) qui ne pensent pas tout de suite à se faire du fric à chaque fois qu'ils font un truc.
      D'une part, cela n'a rien à voir avec de l'égo (dire à Olivier qu'il a de l'égo mérite le prix de la meilleure vanne de l'année d'ailleurs), et d'autre part, nous ne demandons pas à gagner de l'argent, Olivier a juste ouvert un débat...

      • ava 19 janvier 2016 at 14 h 08 min

        Mon commentaire n'avait rien de personnel contre monsieur Andrieu, je remarque juste une tendance de se sentir au dessus parce qu'on intervient dans des conférences et j'ai l'impression qu'une intervention en entraine une autre, on est dans du copinage sans fin et quand il s'agit de parler d'argent, ça part systématiquement en sucette. Ouvrir le débat ok, mais soit c'est évident de se faire défrayer et on se répand dans le lieu commun et on continue de s'auto congratuler, soit y a comme un doute et on accepte la critique. J'ai lu plus bas une comparaison foireuse entre un SEO et un groupe de rock, j'ai pas besoin d'être dans la tête de tous les protagonistes pour me faire une idée de l'image qu'ils ont d'eux-mêmes.

        • Mathieu Chartier 21 janvier 2016 at 12 h 40 min

          Je pense que tu fais des raccourcis un peu hâtif. On appelle bien Laurent Bourrelly la SEO RockStar, ce n'est pas pour autant qu'il se la pète quand on discute avec lui.
          Dans tous milieux il y a des gens imbus d'eux-mêmes, ce n'est pas propre au milieu du SEO (il suffit d'aller voir du côté du marketing pur, du design, etc.). Quel que soit le milieu, il semble naturel que les frais de déplacement soient remboursés, que l'intervenant soit bon ou non (ça après, c'est le choix des organisateurs qui est foireux ou non).
          Quant au copinage, il y en a certainement, c'est sûr, mais là encore, comme partout. Je ne dis pas qu'il faut l'excuser, mais c'est un souci récurrent dans tous les domaines. Si tu as un bon à côté de toi, tu préfères prendre un mec (peut-être bon aussi) que tu ne connais pas, sans certitude qu'il soit bon ? Nous proposons tous des sujets pour les conférences, nous essayons de justifier pourquoi nous pourrions apporter une plus-value, ça reste plus ouvert que tu ne l'affirmes.

  17. Victor Lerat 18 janvier 2016 at 13 h 27 min

    C'est marrant que ce sujet fasse débat. Tout le monde semble être d'accord mais pourtant ça se chamaille au sein de la communauté SEO (en même temps, rien de nouveau).

    D'ailleurs, c'est peut-être le seul milieu honnête où les gens s'en mettent plein la gueule en publique. Personnellement je trouve ça plus sympa que dans certains domaines où tout se fait par derrière...

    Bref, le sujet n'est pas là.

    De mon côté, je vais me lancer cette année en tant que conférencier. Je suis jeune et je pourrais avoir deux visions :
    - Je ne suis pas riche et je ne serai pas contre un défraiement.
    - Je suis jeune et j'ai beaucoup à apprendre et beaucoup à recevoir en donnant des conférences et en me montrant en publique.

    Du coup, je n'ai pas à choisir. Si on me propose un défraiement alors tant mieux (c'est le cas à Queduweb par exemple).
    D'autres événements associatifs ne pourront pas me proposer un défraiement et ce n'est pas grave car c'est à côté de chez moi et j'ai aussi des valeurs que j'ai envie de respecter : partage & relation humaine.

    Pour moi ces événements sont profitables aux conférenciers et au public (beaucoup moins aux organisateurs - sauf exception).

    Après, je n'ai rien contre Marie qui souhaite un défraiement ou contre Laurent Bourrelly qui n'en veut pas tout le temps. Les deux choix se respectent entièrement. Il n'y a rien de capitaliste à vouloir être payé pour un travail qui prendra du temps : c'est logique !

    Finalement on est tous d'accord et on ferait mieux se retrouver tous ensemble autour d'une bonne bière, qu'en penses-tu Olivier ?

    • Olivier Andrieu 18 janvier 2016 at 14 h 04 min

      Ah mais je n'ai rien contre une bonne bière (voire un muscat d'Alsace, je suis pas comme ça... :-) ). Ce qui m'importe ici, c'est d'ouvrir le débat pour que chacun puisse intervenir de façon intelligente et constructive. Le plus important pour moi, c'est la cohérence de la démarche... Et une bonne discussion peut aussi se faire devant une bonne bière :-)

  18. Xavier 18 janvier 2016 at 13 h 34 min

    Un sujet qui touche à l'éthique.
    Au fond, ce n'est pas seulement la motivation de la structure associative ou de l'entreprise qu'il faut prendre en compte ; c'est aussi celle de l'intervenant comme précisé en conclusion. C'est la logique personnelle qui prend le dessus, et heureusement 😉

    Doit-on intervenir contre frais/rémunération lorsqu'il est question de partager dans une rencontre comme celles organisés par le SEO Camp ? ça me paraît également exagéré, et pas seulement parce que cette association a besoin de bénévoles, parce qu'elle œuvre dans l'intérêt de la profession qui englobe l'intervenant ; le minimum s'impose.

    Doit-on être plus demandeur lorsque l'association en question ne nous émeut pas ? Je pense bien, les valeurs sont source de motivation. Ce n'est pas la structure en ce sens qui définit les prix.

    Doit-on s'émouvoir d'être exigeant avec une conférence animée par une entreprise qui souhaite un retour sur investissement ? C'est l'essence même du métier de SEO à mon avis que de faire comprendre que l'investissement implique un retour... sur investissement.

    Au fond, un critère qui me paraît juste est "cela correspond-t-il à mes valeurs ?". On veut bien donner un peu plus pour des causes qui vont au-delà des individus et de l'intérêt personnel, soit ici se priver.

    • Olivier Andrieu 18 janvier 2016 at 14 h 05 min

      Super commentaire, merci !!!

    • Olivier Andrieu 18 janvier 2016 at 14 h 07 min

      (bon, les autres commentaires sont bien aussi, hein...) :-)

  19. Erwan 18 janvier 2016 at 16 h 02 min

    Faut même pas réfléchir pour une entreprise, c'est juste illégal s'il n'y a pas de rémunération. Désolé de poser ce terme qui ne semble pas dans le débat mais c'est quand même une question de droit avant d'éthique ou que sais-je.

    Pour une association, je trouve normal de défrayer quitte à le faire à minima au début comme le note Sylvain. C'est anormal de pénaliser le conférencier qui vient de l'autre bout de la France alors que tout le monde se goinfre aux petits fours.

    Je partage plutôt l'avis de Mar1e pour le SEOcampus, vu les chiffres annoncés un défraiement doit être le minimum.

  20. Ecribouille 18 janvier 2016 at 16 h 35 min

    J'ai déjà organisé un événement sur 3 jours, avec 2 500 visiteurs, et plusieurs centaines de conférences dans le domaine informatique.
    Nous ne défrayions pas les conférenciers sauf exception car un partenariat Air France le permettait. L'événement était associatif et nous n'avions clairement pas les moyens de défrayer autant de personnes.

    Cependant, de gros efforts avaient été faits pour que tous les frais, pour qui que ce soit, soient les moins hauts possibles : négociation d'hébergements étudiants vides en été, partenariats hôtelliers, restaurations, bons de réduction SNCF pour les participants à l'évènements, etc. Les dossiers de financements locaux permirent également de subvenir aux besoins logistiques.
    Si le conférencier n'y gagne pas directement, parce que c'est une association, je trouve logique que ce soit l'adhérent à l'association qui bénéficie d'avantages. Surtout qu'il est souvent lui-même acteur de l'organisation de l'évènement.

    Bien-sûr tout cela demande beaucoup de travail. Une bonne cinquantaine de personnes actives dans le comité organisateur, et 1 an de préparation.

  21. Leblanc 18 janvier 2016 at 19 h 22 min

    Des fois ça serait bien que les conférenciers soit juste patron de leur boite sans donner de conseils également - J'ai assisté il y a quelques mois à une conférence sur lyon où l'organisateur à dû s'en mettre plein les poches avec une présentation digne d'un débutant seo, j'étais outré d'avoir payé pour qu'on me dise d'optimiser mon title. A bon entendeur, je ne troll pas je fais juste un constat

  22. Sylvain 18 janvier 2016 at 20 h 58 min

    Désolé, j'avais du travail, je n'ai pas pu venir à la récré aujourd'hui avec vous pour participer, je me rattrape donc ce soir.

    Alors voila, je fais partie du comité consultatif du SMX (je travaille sur les sujets) et je n'ai pas d'infos sur les tarifs, le plus simple me parait tout bêtement comme pour les défraiements de demander directement à l'organisateur. Enfin moi c'est ce que j'aurais fait...

    Je me suis renseigné quand même et je peux maintenant vous certifier une chose :

    >>> Aucun intervenant n'a jamais été torturé pour venir faire une conférence <<<

    Celui qui ne veut pas, il ne vient pas et c'est réglé. Est-ce compliqué ?

  23. Sébastien Monnier 18 janvier 2016 at 21 h 47 min

    Ah ce grand débat qui revient régulièrement. Personnellement, le défraiement ne me choque pas. Je n'ai jamais été défrayé pour aller à un événement et je n'y ai même jamais vraiment pensé. Maintenant que j'ai des responsabilités au SEO Camp, cela peut être différent. SI je vais à un event SEO Camp pour représenter l'asso et aider l'orga, je trouve normal d'être remboursé d'au moins une partie de mes frais.

    En tant qu'intervenant pro, le fait de pouvoir montrer son expertise à un large panel me suffit déjà amplement et je trouve que cela aide grandement à trouver des clients. Ils ne sont pas forcément dans la salle, mais peuvent être sur Twitter ou ailleurs. En plus, un concurrent un jour peut devenir un partenaire, un client ou un fournisseur un autre jour. Notre monde évolue tellement vite qu'on ne sait jamais très bien comment se construit une notoriété. Avoir un client après une conférence , c'est un peu comme la conversion après affichage de bannière. Il a vu la bannière, tu sais pas trop s'il l'a capté, il a pas cliqué, mais cela a tout de même aidé à la conversion. Parler à une conf' c'est la même chose. C'est utile pour trouver des clients et continuer à asseoir une certaine notoriété.
    Pour le défraiement, par contre, il est plutôt normal d'aller défrayer des responsables marketing chez l'annonceur. L'annonceur n'a pas grand chose à gagner à cette présence, le défraiement n'est pas illogique.

    Ce qui se fait dans des conférences plus académiques, c'est un système de bourse (qui peut même être utile pour des simples participants). En fonction de ton profil, tu postules pour que l'asso prenne en charge une partie de tes frais. Ce n'est pas automatique, mais peut aider pour des jeunes intervenants qui viennent de se lancer ou ceux qui viennent de l'étranger par exemple.

  24. Antoine 18 janvier 2016 at 22 h 25 min

    Je pense que la problématique est finalement assez simple: pourquoi faire une conférence quand on est expert en SEO?
    1) Pour partager sa passion et ses connaissances
    2) Pour gagner de l'argent, de manière directe (si on est payé), et indirecte (par l'aquisition de notoriété)

    La raison 1) est selon moi très bisounours et, quand bien même certains vont effectivement faire une conf de manière désintéressée, c'est loin d'être la majorité. Je ne dis pas que les conféciers sont calculateurs, loin de là, mais on fait rarement les choses sans arrière pensée aucune.

    Dès lors, pourquoi jouer sur une certaine hypocrisie judeo-chretienne à la française du dévouement à autrui: "tu aideras gratuitement ton prochain en SEO". Non, la sphère SEO est ultra capitalistique, les conférenciers doivent être rémunérés car ce sont les meilleurs et ils réalisent un travail réel . D"autant plus que quand on peut sortir le carnet de chèque, on peut s'offrir à peut près tous les conférenciers et non pas en choisir certains par défaut, quitte à en choisir moins...

  25. Xavier 18 janvier 2016 at 23 h 03 min

    Sujet récurant dans notre asso, également je suis globalement d'accord avec cet article.

    Personnellement je pense que dans le cadre associatif, l'asso qui bénéficie d'un service, se doit au minimum de proposer le défraiement (déplacement, alimentation, hébergement...) à la discrétion ensuite de l'intervenant d’accepter ou non la totalité ou une partie de contrepartie.

    Quand au cadre pro, bien que c'est compliqué il est évident que le défraiement de l'intervenant est un du, et que l'intervention, si elle n'est pas facturé, doit être valorisé d'une manière ou d'une autre (visibilité, invitations etc... ). Ahma, sur un "évent pro" (dans le sens ou l'évent à pour but de faire du bénéfice) ne pas "rémunérer" les intervenants reviens à "du travail dissimulé" ..

  26. Mathieu Chartier 19 janvier 2016 at 1 h 30 min

    Super débat, sur un sujet toujours complexe...ˆˆ
    Je n'ai clairement pas ton expérience en matière de conférence donc je vais comparé avec ce que je peux... 😀
    Pour ma part, j'ai été défrayé uniquement pour le SEO Camp'Us l'an passé. La raison est simple, je viens de Poitiers, la SNCF n'est pas offerte (mais j'aimerais bien...ˆˆ) et je ne veux juste pas perdre d'argent quand les frais sont trop importants.

    Je n'ai pas un salaire de fou, je vis bien mais je ne vois pas ces conférences comme un business. Peut-etre suis-je un OVNI en disant ça mais pour le moment, je ne suis pas convaincu que les conférences que j'ai dispensées à Paris, à Angers ou à Nantes m'aient apporté le moindre client. Je fais ça surtout parce que je trouve cela passionnant de partager sur un de mes métiers, de discuter avec des passionnés comme moi, et c'est déjà pas mal.
    Pour faire un parallèle avec mon sport, je ne suis "payé" que 25€ par jour en tant qu'arbitre national, c'est minuscule, on est pris pour des débiles en plus. Là, je m'en moque d'etre payé en SEO tant qu'on me respecte, mais un défraiement me semble logique quand le budget de l'événement le permet.

    Préparer des conférences qualitatives (tant que possible ˆˆ) prend du temps, le déplacement aussi, etc. Je pense qu'un défraiement serait logique sans etre un "vol" en soi. En meme temps, si c'était l'argent qui nous guidait, écrirait-on tant d'articles par jour et des livres qui ne rapportent quasiment rien ? On se comprendre Olivier ? 😀

    • Olivier Andrieu 19 janvier 2016 at 8 h 42 min

      C'est clair que si le fait d'écrire des bouquins était rentable, ça se saurait depuis longtemps :-)

  27. Antoine Girault 19 janvier 2016 at 9 h 51 min

    Je n’ai pas l’étoffe des SEOs qui viennent commenter ici, mais j’y vais quand même de mon avis et de mon commentaire, sans rentrer dans le débat de l’éthique ni de la passion, mais en me contenant d’une réflexion vénale :

    Etant sollicité principalement pour des interventions/mini-conf très locales, je ne demande jamais de défraiement.
    Pour ma part, ce genre d’intervention apporte de la crédibilité/notoriété locale, mais pas forcément du business sonnant et trébuchant !

    Lorsque je sors de mes frontières alpines se pose la question du défraiement, mais en ce qui concerne la facturation de l’intervention, c’est plus délicat : moi qui suis pour ainsi dire inconnu dans la sphère SEO nationale, il faudra bien que je fasse un effort sur ce point-là pour sortir de ma zone de confort !

    Pour un consultant SEO notoire sur le plan national, je pense néanmoins qu’il est tout à fait normal de faire payer son intervention dès que l’évènement émane d’une initiative privée générant des profits. Maintenant, si les organisateurs ont pris l’habitude que ce soit « free », vous leur avez peut-être donné des mauvaises habitudes ? Aussi, ce serait dommage que l’intervention soit mal préparée parce que l’intervenant estime qu’il n’a pas été payé pour le temps de préparation… ça tirerait le SEO vers le bas.

    PS : Olivier, je viens de prendre 5 minutes pour écrire ce commentaire, donc j’aimerais bien que tu me défraies 😉 d’autant plus qu’avec mon VPN, mon post est passé par Berlin :) ça fait de la route quand même

  28. Nicolas Robineau 19 janvier 2016 at 12 h 08 min

    Je n'avais pas encore pris le temps pour répondre à ce débat, je vais donc le faire maintenant.

    Fini de prendre des pincettes, tout déplacement ce doit au minimum d'être défrayé. Les intervenants et le contenu de leurs conférences sont la plue value d'une événement et c'est bien sur le programme que décide de s'inscrire (ou non) les participants.

    J'imagine la gueule d'un groupe de musique à qui on proposerait de venir de Marseille pour jouer aux Vielles Charrues à leur frais "Hey les mecs c'est la chance de votre vie là, vous pouvez bien jeter 500€, en plus la place est offerte c'est d'enfer !".

    Nous sommes en 2016, on parle de chômage, de travail à tout bout de champ, il est temps d'avoir une véritable bienséance sur ces questions de défraiements et de les généraliser une bonne fois pour toute.

    Qu'un intervenant vienne par plaisir et ne souhaite pas être défrayé, qu'à cela ne tienne, on ne peut pas le forcer, mais force est de constater qu'il s'agit ici d'un minimum syndical, quand bien même le plaisir de venir voir des potes et "donner de son temps" est également grisant.

    Je me permets de cité mon très grand Florian Marlin. Depuis Manchester, il nous a fait le plaisir de venir au WebCampDay l'année dernière (comme toi Olivier). Et même s'il le fait par plaisir avant tout pour le weekend qui en découle, ne pas le défrayé serait revenu à l'insulter, en quelque sorte.

    On remarque qu'avec les lignes que je force à ne pas trop cumulées, je n'ai même pas mentionné un autre fait important...Plus les intervenants se sentiront intégrés à leur juste valeur dans un processus d'événement (défraiement, bouffe entre intervenant, petit cadeau), meilleures seront les prestations, c'est indéniable...

    Je vous laisse donc suivre mon regard concernant la réciproque à cela et imaginer ce que je pense de la plupart des événements SEO 😉

  29. l'Ours 21 janvier 2016 at 12 h 27 min

    Question : puisque le SEO vaut largement un chanteur de rock, trouvez-vous normal que Johnny est été "défrayé" pour sa prestation place de la République en hommage à Charlie ?

    • Mathieu Chartier 21 janvier 2016 at 12 h 34 min

      Ne tombe pas dans la mauvaise foi quand même. Tu confonds "défraiement" et "rémunération" ici, ce n'est plus la même chose. Que tu aies une haine contre les SEO ou l'égo de certains est une chose, mais il ne faut pas frôler le ridicule non plus...
      D'ailleurs, ton égo est-il plus faible que celui des SEO que tu critiques ? 😀

  30. yohann 21 janvier 2016 at 13 h 19 min

    Ayant participé au SMX 2015, je suis un peu déçu de leur mentalité...

    Perso, ma boite paie 500€ pour y être + frais déplacement, bouche et 2 nuits d'hôtel donc 900€ en gros. Ca me ferait chier d'avoir une conf où le mec vend son truc (produit, expertise) sans rien apporter à l'auditoire tout cela car il veut rentrer dans ses frais.

    Il y a les conf sponsorisées pour cela mais bon c'est un native advertising humain 😉

  31. Gothuey Consulting 26 janvier 2016 at 12 h 28 min

    Bonjour Olivier,

    Disons que c'est une stratégie commerciale qui peut se comprendre (pourquoi payer des intervenants s'ils peuvent les avoir gratuitement?) mais qu'il serait logique de l'appliquer (ou non) au cas par cas.

    Tous les consultants SEO ne sont pas forcément à la recherche de nouveaux prospects (il n'y a que 24h par jour...), donc dans ce cas si le SMX souhaite les faire intervenir il est logique de les rémunérer. Vu le prix du billet (...) et le fait que le SMX représente la facette "grand public" du SEO il me semble dommage de ne pas avoir de souplesse vis-à-vis de cette politique. Surtout si ses organisateurs viennent vous démarcher.

    Jean-Francis

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site