> > Google n'est pas un moteur de recherche, si on en croit l'Union Européenne

Google n'est pas un moteur de recherche, si on en croit l'Union Européenne


Google n'est pas un moteur de recherche, si on en croit l'Union Européenne
5 (100%) 5 votes

Google n'est pas un moteur de recherche, si on en croit l'Union Européenne

Un document de l'UnIon Européenne définit ce qu'est un moteur de recherche sur le Web. Pas de chance, si on suit à la lettre cette missive, il n'existe aucun moteur à l'heure actuelle. Ni Google, ni Bing, ni les autres...

Si on en croit un document de l'Union Européenne daté de décembre 2015 détecté par l'EDRi (European Digital Rights) - une association belge qui regroupe de nombreuses organisations de défense des libertés numériques dans 21 pays d'Europe - Google ne serait pas un moteur de recherche (hormis le fait que c'est plutôt un moteur de réponse), tout comme Bing, Yahoo! ou DuckDuckGo !

En effet, selon ce document, "Google ne recherche pas et/ou n’indexe pas le web obscur/profond (dark web ou deep web) comme Tor, et il n'explore pas les pages qui lui interdisent l'accès via le fichier robots.txt du site". Les mesures prises pour être en règle avec le droit à l'oubli, les demandes de désindexation de type DMCA ainsi que les procédures contre le "revenge porn" vont également dans le même sens.

Et on peut également y lire : "un moteur de recherche en ligne est un service numérique qui permet aux utilisateurs d'effectuer des recherches en principe dans tous les sites web ou, dans un sous-ensemble géographique correspondant, des sites web dans une langue déterminée sur la base d'une requête sur n'importe quel sujet sous la forme d'un mot, phrase ou autre expression et renvoie des liens dans lequel se trouvent les renseignements concernant le contenu demandé."

En clair, si on en croit cette directive sur la Sécurité des Réseaux et de l'Information (SRI), il n'existe actuellement pas de moteur de recherche sur le Web. Car le "bon moteur" est celui qui aspire tout, sans se préoccuper des droits de chacun et des libertés individuelles. Belle vision pour l'Union européenne...

pas-un-moteur-de-recherche
Ceci n'est pas une pipe un moteur de recherche... Source de l'image : EDRi

Commentaires : 5
  1. Jérémy 7 avril 2016 at 8 h 51 min

    Cette vision ne serait pas pour déplaire à Google 🙂

  2. Sebastien 7 avril 2016 at 9 h 23 min

    Il n'y a pas que l'union européenne, on sais tous que c'est une grosse boite de pub 🙂

  3. Premsgo.fr 7 avril 2016 at 10 h 49 min

    Mince alors, du coup, on est nous aussi un simple moteur ...
    Si vous avez un piston en C++ et une bielle en javascript qui traine, on est preneur ^^sourire

  4. Jo 7 avril 2016 at 13 h 10 min

    1. Effectivement, sur beaucoup de requêtes, Google n'est pas un moteur, mais un annuaire de liens publicitaires payants, y compris (pour certains thèmes) sous forme déguisée de comparateurs.

    Le fait qu'après ces liens viennent des résultats d'une recherche ne fait pas de Google un moteur de recherche puisqu'ils ne sont pas vus et qu'ils pourraient très bien être remplacés par n'importe quoi, y compris par "je vous emmerde".

    2. D'autre part, ce qu'on appelle pompeusement "moteur de réponse" ne l'est pas non plus: hormis les cas basiques (du genre x mètres = y miles), les prétendues " réponses"
    -- soit affichent le contenu d'un site par accord commercial (météo) ou par plagiat/scrapping
    -- soit ne font que renvoyer à d'autres pages de Google (au lieu de se faire à l'intérieur du ou des sites web concernés).

    Aucun de ces deux cas n'entre dans le rôle d'un moteur de recherche. C'est à tort que l'on relaye la propagande de Google en parlant de moteur de réponse. Le but est de suivre davantage le comportement de l'internaute et d'avoir plus d'occasion de lui présenter des adwords.

    Tout ceci n'est pas qu'un jeu de mots. Google est de moins en moins souvent un moteur de recherche.

    -------------------------

    J'ignore les tenants et les aboutissants du texte européen incriminé dans l'article ci-dessus. Mais, je me suis donné la peine d'y rechercher les passages incriminés et il ne me semble pas les retrouver dans le texte. Il dit bien "en principe tous les sites", mais, à mon humble avis, ces seuls mots ne veulent pas nécessairement dire tout ce que l'article ci-dessus incrimine.

    De toute façon, il est bien spécifié que la définition ne vaut que pour le cadre de ce seul projet de directive et pas pour d'autres.

  5. Gérald Bouillaud 7 avril 2016 at 17 h 42 min

    Je qualifierai plutôt Google comme un annuaire. Et si on lit bien la définition donnée par l'Union Européenne, aucun des moteurs de recherche que nous connaissons ne remplissent ces conditions. Mais comme toujours, ce n'est pas exhaustif, on sait tous que le genre d'outil que recherche l'Union Européenne ne peut pas encore exister. Enfin, selon mon avis.

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site