> > Google a pénalisé un nouveau réseau d'achat de liens

Google a pénalisé un nouveau réseau d'achat de liens


Google a pénalisé un nouveau réseau d'achat de liens
4.33 (86.67%) 6 votes

Google a pénalisé un nouveau réseau d'achat de liens

Un échange de tweets entre un internaute, un googler et un xoogler (ex-googler) semble indiquer que Google a pénalisé (ou va bientôt pénaliser) un nouveau système d'échange de liens factices, comme il l'a déjà fait à de maintes reprises depuis 3 ou 4 ans...

On le sait, Google a dans le passé pénalisé bon nombre de réseaux de liens factices comme Build my Rank en 2012, Sape Link Networks, Text Links Ad, Backlinks.com, Anglo Rank et Ghost Rank 2.0 en 2013, Rankseller et Teliad, Buzzea en 2014, puis des réseaux italiens et espagnols (mars 2014), japonais (avril 2014), polonais (juillet 2014) et tant d'autres (pour ne citer que ceux sur lesquels des informations ont filtré)...

Une nouvelle "affaire" semble avoir été dévoilée sur Twitter dernièrement dans ce même domaine. Tout a commencé par un tweet d'un internaute nommé Henry Denham demandant à John Mueller s'il connaissait le réseau Blogdash qui lui proposait d'adhérer à un système de liens payants (copiant même un courrier assez explicite du responsable marketing de Blogdash) :


Le tweet d'Henry Denham pour John Mueller et Matt Cutts...
Source de l'image : Twitter

Matt Cutts est tout d'abord sorti de sa réserve pour twitter qu'a priori, il connaissait le problème et n'était pas surpris (si tant est qu'on puisse ainsi interpréter sa réponse) :


Le tweet de Matt Cutts...
Source de l'image : Twitter

John Mueller a alors indiqué que "La webspam team est au courant et sait prendre les bonnes décisions dans ce type de cas. Envoyez-nous des exemples si vous en avez..." Bref, le système de Blogdash a été pénalisé par Google ou, si ce n'est pas encore fait, cela ne saurait tarder. On voit d'ailleurs dans ce cas que Twitter est un bon relais pour dénoncer ce type de pratique, en plus d'un spam report.


La réponse de John Mueller...
Source de l'image : Twitter


Commentaires : 8
  1. bernard 11 août 2016 at 11 h 38 min

    Comme quoi, si on a un réseau et que personne ne le découvre et ne le dénonce, c'est pas Google qui va venir le chercher..

    Donc si on fait un tant soit peu correctement les choses, on ne doit pas subir les foudres de la webspam ... 😉
    Donc continuons à vendre des liens en paix ! 😀 😀

    • josleydier 11 août 2016 at 11 h 53 min

      Je me suis dit la même chose en lisant l'article :p
      "Envoyez-nous des exemples si vous en avez.." ça veut tout dire 😉

  2. Antoine Girault 11 août 2016 at 13 h 17 min

    Et ce bon vieux Matt est encore dans l'arène ?! Il avait écrit en juin dernier se détacher de Google pour rejoindre le US Digital Service... La Webspam Team ne peut pas se passer de lui !

    • Olivier Andrieu 11 août 2016 at 21 h 05 min

      Oui il a fait une infidélité au Pentagone pour l'occasion 🙂 Mais le tweet lui était adressé, ainsi qu'à John Mueller...

  3. Manu 11 août 2016 at 14 h 14 min

    Effectivement je croyais aussi que Matt ne faisait plus partie de la Google Team, mais je pense que la team est indissociable de Matt 😉

  4. Gil 11 août 2016 at 22 h 17 min

    En réponse à Mueller, Denham reproduit l'offre apparemment reçue: il y est question de liens dofollow négociés chez Forbes, Huffington Post, Business Insider, Chicago tribune, et d'autres !!!.

    Je ne sais pas ce qu'il en est pour ces sites. Mais, dans les blogs d'actualités que je visite de temps à autres dans divers domaines spécialisés (pas SEO), on y voit des tas d'informations et liens dont une partie a été manifestement payée. Alors, si Google ne les voit pas, c'est qu'il ne veut vraiment pas les voir.

    Ce qui ne va pas dans l'interdiction par Google de liens payants, c'est son caractère profondément discriminatoire.

    Et d'ailleurs, cette interdiction ne se justifie pas ou plus par la "protection' de son algorithme (deux cents autres critères de classement). En fait, ladite interdiction ne vise qu'à orienter les dépenses publicitaires vers google adwords et les autres services publicitaires de google (shopping et comparateurs de prix). Elle est donc totalement contestable.

  5. Charles 12 août 2016 at 6 h 52 min

    Quand on prend le temps d’analyser les pénalités manuelles de google, puisque c'est bien de celles là qu'il s'agit, on se rend compte que les sites qui ont été frappés il y a deux ou trois ans (gros forums SEO, gros annuaires qui se tiraient la bourre....) l'ont été a coup sur uniquement sur dénonciation.
    Pour le cas qui nous intéresse aujourd'hui, c'est une certitude, ce qui prouve bien que le géant a les pieds d'argile, en étant incapable de déceler les éléments qui justifieraient ces sanctions.
    Google est par contre le roi de la com et il lui est facile d'exploiter tout ce qu'il veut pour propager "rumeur", "certitudes" ect... en s'appuyant sur quelques webmasters "influents" en mal de buzz. c'est grâce/a cause de... ces sois disant pointures que la paranoïa envahi la sphere du SEO 😉

  6. Guillaume J 12 août 2016 at 16 h 03 min

    La question que je me pose pour cette pénalité c'est comment google va pénaliser "le réseau" alors que c'est une plateforme de mise en relation entre les blogueurs indépendants et les annonceurs. La liste des sites n'est pas dispo en dur et aucun n'est construit pareil puisque chacun est libre de déposer son blog dessus. Donc comment va s'appliquer la pénalité ?

Un site du Réseau Abondance | Olivier Andrieu | Contact | Publicité sur le site